top site
n'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum
Poudlard a besoin d'étudiants!
merci de privilégier les élèves aux adultes à l'inscription
intrigues
inscrivez-vous aux nouvelles intrigues ici & ici !

 :: WIZARDING WORLD :: chemin de traverse

  “ The fear of death follows from the fear of life. ” (Bellatrix)

AuteurMessage
profil
▪ messages : 390
▪ pseudo : elow
▪ multinick : none
▪ célébrité : bill skarsgård
▪ points : 105
▪ statut : sang pur
▪ âge : twenty
▪ maison : serpentard
▪ emploi : cleans when it's needed.
▪ orientation : heterosexual & homophobic
▪ situation : why spend a life with only one person when you can spend every minute with someone new ?
▪ crédits : moi-même (avatar)

▪ duels :
10 / 1010 / 10
▪ potions :
6 / 106 / 10
▪ métamorphose :
6 / 106 / 10
▪ legilimancie :
4 / 104 / 10
▪ occlumancie :
5 / 105 / 10
▪ quidditch :
2 / 102 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Evan Rosier

10/100/18/KB/V

Lun 6 Juil - 21:48



The fear of death follows from the fear of life. A man who lives fully is prepared to die at any time.


Suivre les ordres, ce n'était pas difficile. Pour Evan, c'était même la chose la plus simple au monde. On lui fixait un objectif et tout ce qu'il avait à faire, c'était l'atteindre. Rien d'autre n'avait d'importance si ce n'était le résultat. Voilà pourquoi il était le mangemort idéal. Il n'y avait pas de limite à ce qu'il pouvait accomplir simplement par désir d'ambition. Sa baguette suivait librement chacun de ses mouvements et sortilèges pour l'aider à produire ce dont il avait besoin. Jusqu'ici, Evan n'avait pas connu grand obstacle, sans doute parce qu'il n'avait pas encore eu de mission du même niveau que celle de son père. Il était encore trop jeune, trop peu expérimenté pour jouer dans la cour des grands. Pourtant, c'était tout ce qu'il voulait. Tout depuis le début. Depuis que la magie fait partie de sa vie, Evan aspire à être le pion dont aucun joueur ne veut se séparer. Pour le moment, il semblait être sur la bonne voie, comme s'il avait très vite compris le rôle qu'il avait à jouer dans cette guerre. Il faut dire que de ce côté-là, Evan était plutôt perspicace. Il avait fait beaucoup de choses durant ses années à Poudlard. Il avait prouvé ses talents de duellistes tout en ne négligeant aucune autre compétence. Il avait excellé, fier d'être l'ainé, comprenant parfaitement le statut qu'il avait à jouer. Il voulait être digne de son rôle d'héritier, plus que de son rôle d'exemple envers ses frères. Maintenant qu'il en avait fini avec les études, maintenant qu'il y avait une marque à son bras, il comptait bel et bien poursuivre ce qu'il avait commencé. Il comptait être à la hauteur, voire plus si cela était possible. Il voulait dépasser les espérances qu'on avait sur lui, étonné même et peut-être marquer les esprits comme jamais. Au fond, il était pour l'instant un adolescent comme les autres, les yeux comblés d'étoiles et de rêve qu'il était le seul à pouvoir réaliser. Et pour l'instant, Evan ne voyait aucun obstacle se tenir devant lui.

Marchant rapidement, la longue robe noire d'Evan trainait à même le sol. Il était accompagné de deux autres mangemort dont l'âge n'était pas si éloigné du sien. Il avait déjà cette essence de leader, détestant être derrière les autres. Evan avait beau cumuler les défauts, il n'en restant pas moins quelqu'un de fier, dont l'honneur comptait plus que tout. S'il devait y avoir un combat, alors il serait le premier à attaquer, brandissant fièrement sa baguette en bois de tremble dont la blancheur ne témoignait certainement pas de sa bonté. Lançant quelques regards aux alentours, Evan vérifia qu'il n'y avait personne avant de guider ses camarades dans une ruelle particulière. Contrairement à ses amis, il ne portait pas de masque. Depuis qu'on l'avait reconnue, il n'en voyait pas l'utilité. De toute manière, il ne s'était jamais imaginé vivre une double-vie, n'ayant jamais contredit qui que ce soit sur son ambition de servir le maitre. De toute manière, il savait que les choses changeraient bientôt et qu'il n'aurait plus à se cacher bien longtemps. De la patiente, il en avait. À partir du moment où ils allaient remporter cette guerre, il n'aurait plus à s'en faire pour quoi que ce soit.

« - Où sont-ils ? » Il s'arrêta, vérifiant du regard les alentour avant de se tourner vers celui qui se tenait à sa droite. « - Plus très loin. » Sortant désormais sa baguette, le rythme d'Evan divisa par deux, alors qu'il longeait les murs. Cette fois, la mission qu'on lui avait confiée était différente de ce qu'il avait à faire d'habitude. Il n'était pas là pour rayer d'une liste le nom d'un être qui ne méritait même pas d'exister. Il n'était pas là pour nettoyer les restes. Les choses étaient plus compliquées, tout en étant plus précieuses encore. Evan ne connaissait pas exactement tout ce que cela impliquait, ni même l'étendue du besoin de sa présence. Il devait être là, voilà tout. Il ne cherchait jamais à discuter les ordres du Seigneur Des Ténèbres. Chacun avait un but, une chose à faire et Evan ne comptait pas changer ça. Entendant du bruit, il s'arrêta. Un étrange sourire semblait prendre place sur son visage. Des sorciers étaient en train de se battre, il pouvait le sentir. Un frisson le parcourut alors qu'il accéléra le pas, se retrouvant au cœur même de mouvements de baguettes, d'étincelles et autres sortilèges parfois informulé. Sans attendre, lui et les autres suivirent le mouvement, s'attaquant à ceux qui osaient ruiner les plans du maitre. Il s'attaqua dans un premier temps au premier venue, réussissant rapidement à le désarmer avant que son regard n'aperçoive plus loin un visage qu'il ne pouvait supporter.

C'était presque automatique chez Evan. Son sourire pouvait disparaitre pour laisser place à quelque chose de plus grand encore. Il voyait en Alastor Moody une cible de choix. Un gros poisson qu'il serait fier de pêcher. Clairement, cela lui démangeait de ne pas avoir encore réussi à mettre fin à la vie de l'Auror. Quel exploit cela aurait été ! Lui, fraichement sorti des bancs de Poudlard, éradiquant l'un des meilleurs. Sans attendre, il s'avança, ripostant à certains sorts, ignorant le danger dans lequel il mettait les pieds. La lueur dans son regard parlait d'elle-même. Evan voulait la mort d'Alastor. Plus que toute autre chose. Il voulait être la main par laquelle il allait périr. Comme les fois précédentes, Evan l'attaqua directement, soutenu par la présence des mangemort qui l'accompagnait. Il ne pouvait pas se permettre de l'attaquer seul pour le moment, il le savait. Il n'avait pas encore le niveau requis, mais il n'en était pas loin. Ce n'était qu'une question de temps et d'entrainement avant qu'Evan n'arrive à se mesurer correctement à l'Auror. Il faisait pour l'instant preuve d'une grande dextérité et de contre-attaque bien-pensée qui devait sans doute surprendre celui-ci. Il jura cependant, alors que ses efforts étaient vains et qu'il manqua de peu de se retrouver dans une situation plus délicate encore. Il comptait répondre, se retourner et montrer la force des Rosier quand quelqu'un le pris par le bras, l'éloignant rapidement de toute menace. Evan ne se débâtit qu'une fraction de seconde avant de reconnaitre le regard qui s'était posé sur lui.

Il pouvait entendre au loin les duels se poursuivre, mais cela ne tarderait pas à se terminer bien assez vite. Le temps semblait ralentir alors que son regard suivait les mouvements rapides de sa cousine. Il savait. Il savait pourquoi elle l'avait si vite éloigné de tout ça. Pourquoi elle le tenait comme un enfant qui venait de commettre une erreur et qui ne méritait plus qu'une chose, celle d'être punis. D'être remis à sa place. Sentant quelque chose lui brulait, les doigts d'Evan effleurèrent une plaie à son cou. Cela ne lui faisait rien. Le sang, la douleur, n'avait aucun impact sur lui. Il n'était pas du genre à pleurer lorsqu'il était blessé, surtout lorsque c'était aussi mineur. Au plus profond de lui-même, il envisageait chaque cicatrice comme une victoire. Un exemple de sa robustesse. Comme les épines bien visibles d'un rosier qui ne voulait laisser aucune main l'approcher.

Il souriait, riait presque. Ses yeux semblaient voir des images qu'il était le seul à pouvoir capturer. Il y était presque, il le sentait. La victoire était proche, non, sa victoire était proche. Il avait la sensation que sa main géante planait au-dessus de Moody, n'attendant que le feu vert pour l'écraser. Il y avait quelque chose d'apaisant dans l'idée que ses buts n'étaient pas si impossibles à accomplir. Il se perdait ainsi aisément dans ses pensées, alors qu'il sentait que Bellatrix le lâcher enfin. La voix de celle-ci le ramena légèrement à la réalité alors qu'il croisa enfin son regard. Il se recoiffa rapidement. Personne ne pouvait lui parler sur un ton pareil et pourtant, il se laissa faire sans un mot quand Bellatrix prenait la parole. Parce qu'à ses yeux, elle représentait parfaitement le genre de personne qu'il voulait être. Le genre de sorcier qu'il voulait devenir. Bellatrix avait un rôle, une présence, une aura différent des autres, ce qui plaisait complètement à Evan. Il lui arrivait parfois d'être aussi légèrement jaloux, parce qu'elle était haut, proche du sommet. Elle avait une place de choix à côté du Seigneur des Ténèbres, alors que lui n'était pour l'instant que le fils de…

Il se laissa tomber sur un fauteuil, reprenant un air plus sérieux. Il n'était pas habitué à être réprimandé et voilà un moment maintenant qu'il avait décidé qu'il serait le seul maitre de ses actes et convictions. Il l'avait prouvé, à de nombreuses reprises, mais surtout avec Sin. Cet acte l'avait émancipé, l'éloignant plus que jamais de l'emprise que son père avait sur sa vie. Emprise qui désormais se resserrer sur ses deux frères et à voir l'attitude d'Audran, Evan se disait qu'un jour celui-ci allait exploser. Comme une bombe à retardement dont l'impact était dix fois supérieures à la normal. Personne ne pouvait supporter une vie dictée par un autre. Evan ne l'avait pas toujours ressenti de cette façon, mais maintenant, il ne pouvait se défaire de cette image. Il pouvait comprendre le besoin de faire respecter les traditions. D'apprendre les valeurs et les principes de la noblesse magique. Il avait lui-même gardé en tête ce qui lui semblait le plus important. Cependant, il se sentait capable d'être maitre de son propre destin, de choisir lui-même le chemin à prendre pour attendre respect, gloire et honneurs. Il savait cependant que Bellatrix n'avait pas apprécié ce qu'il avait fait. La façon dont il avait déshonoré Sin, avait créé pas mal de problèmes. La relation entre Rosier et Fawley aurait pu mal finir, mais ils avaient trouvé une parfaite solution. L'idée du siècle sans doute. Confier Sin à Luke. Cela avait étonné Evan que la famille de la jeune femme avait accepté après ce qu'ils avaient fait et pourtant, elle était désormais enchainée à un autre Rosier. Elle allait devoir grandir et évoluer dans un mariage où elle croiserait, encore et toujours, le visage de celui qu'elle avait auparavant aimé.

Levant son regard vers sa cousine, Evan avala sa propre salive, cherchant à ignorer cet appel au fond de lui. Il avait envie de rire, d'hurler à quel point il n'était pas loin d'atteindre quelque chose de grand, de beau. À quel point s'attaquer à Alastor avait de l'importance pour lui. Il voulait expliquer, prendre son temps, donner les détails de ce besoin d'anéantissement, mais il savait que ça n'aurait aucun impact. Que tout le monde savait déjà, que tout le monde avait compris. La mort d'Alastor était la clef à sa gloire. À son ascension vers le haut de la pyramide. Evan savait que Bellatrix s'en doutait. Comme tous ceux qui avaient déjà vu Evan s'acharner sur l'Auror. C'était tellement évident qu'en réalité, il n'y avait pas d'explication à donner. Ce qui était tout aussi évident, c'était sa détermination. Sa haine envers Alastor, son acharnement. Ceux qui connaissaient le mangemort, se doutaient qu'il n'y avait rien à faire. Rien à dire. Evan était têtu, incroyablement têtu. Lui faire changer d'avis, changer de plan même, était quasiment impossible. Mot qui n'existe sans doute pas dans le vocabulaire de Bellatrix. Voilà qui allait donner lieu à un débat sans fin, sans doute.

Il se contenait cependant, sachant parfaitement que ce n'était pas une attitude à avoir surtout maintenant, d'écouter et de se concentrer sur ce que sa cousine lui disait. Il savait que personne n'arriverait à lui faire changer d'avis. Qu'il continuerait à s'attaquer à lui, baguette en avant, la tête haute. Il faisait tout de même l'effort de ne pas interrompre sa cousine. De la laisser dire ce qu'elle avait à dire bien qu'il sentait son sang bouillir, que les mots semblaient vouloir s'échapper de sa bouche et qu'il avait envie de danser. Incroyable quand même, cette euphorie alors qu'il était encore loin d'avoir accompli quoi que ce soit… Il tremblait, légèrement, tellement l'adrénaline était encore là. Et il adorait ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 1546
▪ pseudo : Twisted Sunshine
▪ multinick : Achille, Atlas, Raed, Sirius
▪ célébrité : Eva Green
▪ points : 10
▪ statut : sang pur
▪ âge : 26 ans
▪ maison : serpentard
▪ emploi : main du destin
▪ orientation : dark-lord-sexuel
▪ situation : Mariée
▪ crédits : Schizophrenic

▪ duels :
10 / 1010 / 10
▪ potions :
3 / 103 / 10
▪ métamorphose :
4 / 104 / 10
▪ legilimancie :
3 / 103 / 10
▪ occlumancie :
7 / 107 / 10
▪ quidditch :
4 / 104 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Bellatrix Lestrange

50/1000/24/KB/V

Ven 17 Juil - 23:32

Rien ne se passait jamais comme prévu. C’était une donnée que Bellatrix avait acceptée depuis longtemps. C’était une idée qui composait la sorcière jusqu’au plus profond de ses os. Rien ne se passait jamais comme prévu, et la meilleure chose à faire était d’être préparé à tout. Elle ricanait vicieusement à chaque fois que l’on osait lui parler de plan. A quoi bon ? Il y aurait une fuite, ou un auror aurait l’esprit placé à l’endroit exacte que celui du mangemort qui préparait le plan. Bellatrix n’était pas dupe, il y avait, parmi les rangs du Seigneur des Ténèbres, des menteurs, des traitres, et quelques graines de héros qui pensaient pouvoir s’en sortir. Ils avaient tords, mais en attendant ils en trompaient surement plus d’un. Bellatrix, elle, n’était pas dupe, et elle refusait pour cette raison toute nouvelle tête, tout sang n’ayant ne serait-ce qu’un goutte d’impureté. Et même les autres elle ne leur faisait pas confiance. Alors elle ricanait au plan, ou elle piquait du nez, ou elle refusait de les suivre, délibérément. De son expérience, seule l’improvisation illuminée fonctionnait. Après tout, à quoi bon sur-réfléchir puisqu’il se battait contre des sorciers qui avaient le même cerveau que le leur, mais cette fois-ci avec des aspirations bâtardes. Si un plan avait été imaginé d’une part, il pouvait de l’autre côté, avoir été imaginé exactement de la même façon. Bien sûr, on pouvait venir avec un, deux, trois, quatre autres plans sous le coude. Mais à quoi bon déranger son cerveau de donné inutile lorsque l’on pouvait fonctionner à l’instinct éclairé ?

Bellatrix était fière de se qualifier illuminée, éclairée, et surtout imprévisible. Tout le monde n’avait que sa folie à la bouche, que sa cruauté et… Comment est-ce que cela avait été décrit déjà ? Her obsessive overkill. Mais elle était surtout une pointure en duel, et une sorcière doté d’un rare instinct et de réflexes exceptionnels. Il y a longtemps qu’elle avait su attirer l’oeil du Seigneur des ténèbres et en quelques années elle s’était glissée brillamment dans le cercle le plus restreint des mangemorts. Elle avait réussit à supplanté quelques croutons de la première heure, et faisait tout pour s’assurer qu’elle restait l’élément essentiel de la nouvelle. Ce qui impliquait malheureusement pour elle de devoir parfois passer en seconde et devoir accompagner quelqu’un. Lorsque c’était Rodolphus se n’était vraiment pas un problème. Ils fonctionnaient d’un commun accord et si l’on ne pouvait pas parler d’amour ou d’alchimie, on pouvait définitivement parler de complicité mortelle. Ils avaient un talent sans fin pour être odieux, et étaient généralement sur la même longueur d’onde. Seulement voilà, parfois c’était Lucius, Travers, ou Dolohov. Parfois il fallait qu’elle courbe l’échine et qu’elle suive un plan. Pourtant c’était stupide. Elle le savait bien que c’était stupide. Elle écoutait le plan et quand elle l’écoutait vraiment elle décelait déjà une dizaine de chose qui pourrait mal se passer. Mais les lâches s’en fichaient, ils auraient leur masque, et au premier problème ils rentreraient au bercail. Au moins, elle se retrouverait en charge. Mais sans aucun back up. Elle serait obligée de faire un massacre. Si on la poussait sans cesse aussi. Enfin, il n’y avait pas encore lieu d’être pessimiste. Peut être que cette fois-ci, tout se passerait comme prévu.

Rien ne s’était passé comme prévu - c’était à prévoir. Elle avait senti le traquenard à l’instant même ou elle avait transplané sur les lieux. Là ou Lucius se demandait déjà qui avait bien pu les vendre, elle s’occupait déjà de réparer les dégâts - ou plutôt d’en causer. Elle siffla en direction des autres mangemorts que puisqu’ils avaient des invités, il valait surement mieux les accueillir, et ramener au Lord, quelques têtes. Elle ajouta que le premier qui osait fuir avant d’avoir une très bonne raison - il fallait tout de même savoir reconnaître un combat sans issus et garder ses forces pour la prochaine fois, il était inutile de mourir ou d’être incarcéré avant l’heure. Elle nota bien rapidement la présence d’Alastor Moody, mais en dehors d’un salut vicieux dans l’un de ses rires cristallins elle ne fit pas plus attention que ça à sa présence. Bellatrix était une mangemorte particulièrement juste. Il y en avait pour tout le monde, et elle ne faisait pas de favoritisme. Elle prenait même un malin plaisir à s’occuper des plus jeunes, et à les éduquer un peur, avec une poigne de fer. Elle détruisait les idéaux de justice des nouvelles recrues, leur faisait abandonner leur idéalisme, et leur rappelait qu’ils étaient dans le camp qui ne pouvait rien.

Elle tarda à apercevoir les renforts. Peut être parce qu’elle ne s’y attendait pas. Surement aussi parce qu’elle était trop occupée à jouer - oui jouer - avec Alice Longbottom - bon peut être qu’elle faisait elle même un peu de favoritisme. De tous les aurors, la jeune femme était surement sa préférée. Elle avait une rage et une volonté de vaincre à toute épreuve. Elle gobait systématiquement tout ce que Bellatrix lui lançait et suivait les règles du jeu à la lettre. Elle était d’un divertissement sans borne. Et Bellatrix devait avouer, que le jour ou elle la tuerait, elle verserait peut être une petite larme - juste une - en l’honneur de son ancien jouet favori. Elle ne réagit pas pour autant lorsque la silhouette de son cousin apparu dans le coin de son oeil. Evan était suffisamment grand et douer pour se défendre. Elle cessa cependant de jouer et mit plus de coeur à l’ouvrage dans l’idée de vaincre. Elle commençait à se lasser, et elle venait de remarquer la cible qu’avait choisi son cousin. Evidement. Elle n’allait pas lui en vouloir. Elle le comprenait d’ailleurs facilement. Seulement Evan était jeune, et quoiqu’excessivement doué, il avait la fougue brouillonne de la jeunesse - une fougue qui la caractérisait bien souvent par ailleurs, mais elle avait d’une part prit un peu de plomb dans la cervelle et d’autre part elle s’était considérablement améliorée. Elle lança un Doloris dans la direction d’Alice qui se plia sous la douleur. Elle ne perdit pas de temps à jouer avec le sortilège - pourtant Merlin ce qu’elle aimait le faire - et elle profita de la douleur de l’auror pour se rapprocher de Moody. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas été dans un affrontement aussi ouvert avec les aurors. Peut être parce que généralement elle évitait de trop se faire remarquer. Sans doute aussi parce que toute sa puissance reposait sur le faite qu’elle réalisait, invisible et mortelle, ses missions. Le bruit des combats étaient assourdissants, les mouvements se faisaient de plus en plus brouillon, des deux côtés on se fatiguait. Evan, sans s’en rendre compte fatiguait. Elle aurait pu le prévoir. On ne vainquait pas Moody avec de la bonne volonté. Cela se saurait, et elle aurait depuis bien longtemps amené sa tête devant son maître. Depuis son propre duel, elle gardait son cousin en vu, depuis le coin de son oeil, prête à intervenir.

Ce n’était pourtant pas son genre. Bellatrix ne faisait jamais attention qu’à elle même. Il était connu de tous qu’elle laisserait mourir son mari en mission si elle pouvait s’en sortir seule. Elle était généralement tout à son combat, et se fichait bien des potentielles victimes. Mais son cousin était prometteur, et elle ne tenait pas à perdre un aussi bon élément sur une erreur aussi stupide. Lorsqu’elle le vit perdre du terrain et qu’elle reconnue ne plus être suffisamment à son propre combat elle transplana dans une épaisse fumée noire avant de réapparaître pleinement auprès d’Evan pour le tirer à elle alors qu’un sort de l’auror marquait l’endroit exacte ou il s’était tenu. Elle le tira durement loin des combats, et relâcha à peine la pressions sur son bras. Elle rabattit instinctivement la capuche sur sa tête, il n’était pas nécessaire d’attirer d’avantage l’attention sur elle. Elle remonta sa main sur la nuque de son cousin et planta l’ongle de son pouce dans sa gorge tout en le faisant avancer. « Idiot arrogant ! Je t’ai appris mieux que ça ! » Le fait est qu’elle n’avait pas grand chose à redire de sa technique. C’était son cerveau qui était ailleurs, c’était son coeur qui allait un peu vite en besogne.

Elle ne dit plus rien avant de se retrouver entre les sacro-saints murs de son manoir. La porte fermée, elle explosa, fulminante. « Es-tu si pressé de mourir que tu fonces la première et sans réfléchir vers le seul auror sans conscience ? » Il n’avait pas besoin de répondre, elle connaissait la réponse. A vrai dire, elle pouvait prévoir toutes les réponses qu’il pourrait lui faire. Elle le comprenait. Elle le comprenait parce qu’elle avait ressenti ce qu’il ressentait. Elle le ressentait toujours d’ailleurs, cette montée d’adrénaline, la puissance rugissante du pouvoir dans ses veines. Ce n’était pas une raison pour oublier de faire marcher son cerveau. « Je comprends Evan ! Tu te sens invincible, il est insupportable, et sa tête est surement ta clé vers le sommet de la pyramide ! Et crois moi, il n’y a rien de plus délicieux qu’une ascension rapide ! » Oh elle pouvait se vanter, elle en avait le droit ! « Mais tout ça sera inutile si tu es mort ! Et ma compréhension de ta stupidité ne te ressuscitera pas ! » Elle fulminait, et il l’écoutait d’une oreille distraite. Parfois il lui ressemblait atrocement, et elle comprenait ce qui avait pu passé par la tête de ses parents. « Et cette fois-ci était exceptionnelle ! La prochaine fois je le laisserais te cramer la tête et je le féliciterais ! » Bon, peut être pas pour les félicitations, mais elle ne le sauverait clairement pas deux fois. « Tu as dix huit ans putain ! Tu n’étais pas né qu’il était déjà auror ! J’étais pas née qu’il était surement déjà auror ! Et je ne dis pas que tu ne peux pas l’avoir ! Juste, pas maintenant, pas comme ça, et pas tant que tu seras bien plus entraîné ! » Elle ne savait pas si c’était parce qu’il était un homme, mais il était encore plus impatient qu’elle. Ou peut être pas. Avant même qu’il envisage de répondre. « Contredis moi et je te jure que je te prouve qu’aujourd’hui tu es incapable de le battre ! » Oh ça pouvait blesser son égo, mais elle n’hésiterait pas à le blesser en duel pour marquer son point de vu.


sail with me into the dark
©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 390
▪ pseudo : elow
▪ multinick : none
▪ célébrité : bill skarsgård
▪ points : 105
▪ statut : sang pur
▪ âge : twenty
▪ maison : serpentard
▪ emploi : cleans when it's needed.
▪ orientation : heterosexual & homophobic
▪ situation : why spend a life with only one person when you can spend every minute with someone new ?
▪ crédits : moi-même (avatar)

▪ duels :
10 / 1010 / 10
▪ potions :
6 / 106 / 10
▪ métamorphose :
6 / 106 / 10
▪ legilimancie :
4 / 104 / 10
▪ occlumancie :
5 / 105 / 10
▪ quidditch :
2 / 102 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Evan Rosier

10/100/18/KB/V

Mar 18 Aoû - 0:02



The fear of death follows from the fear of life. A man who lives fully is prepared to die at any time.


L'appel d'une mission était aussi envoutant que les plus douces des musiques. Evan y répondait avec ce qui semblait être le plus heureux des sourires. Il savait l'importance de chacune d'elles, l'importance de chaque réussite. C'était dans ses moments-là qu'on pouvait apercevoir son ambition dévorante. Cette soif, si grande qu'elle l'empêchait parfois de voir le danger évident qui se déposait à ses pas. Aujourd'hui n'était pas une exception. Il avait foncé, le cœur dans l'action, comme si tout son monde ne reposait que sur cette mission. Sa baguette en position, il avait le regard vif et les gestes précis du duelliste de talent qu'il était. Clairement plus doué que ceux qui l'accompagnait, mais pas assez encore pour vaincre celui qui l'ennuyait. L'Auror qu'il avait dans le collimateur était clairement au-dessus de ses moyens. Mais comme la plupart des jeunes de son âge, même lorsque ses envies dépassaient largement ses capacités, il essayait. À ses yeux, c'était la seule façon d'arriver à atteindre son but. D'arriver à planter sa baguette devant les yeux si expressifs de l'homme qui avait toute son attention.

Il aurait pu mourir. Perdre toute vie, ce soir encore. Mais cela ne retira en rien la satisfaction qu'il avait eue à faire face à Moody. Comme une réussite majeure dans ses plans. Evan pouvait l'approcher, Evan pouvait se tenir devant lui et rire de sa laideur. Il pouvait lui montrer qu'il n'était en rien semblable à de simple mangemort, qu'il était bien plus dangereux que son âge ne le laissait paraître. Le sorcier n'avait pas besoin de mot pour exprimer la haine sans limite qu'il avait en l'Auror. Il ne le connaissait pas, mais il savait qu'il faisait partie des ennemis les plus redoutables. Il avait empêché des choses, il avait arrêté des gens. Il ne méritait que la mort, simplement. Ceux qui osent se mettre en travers des idéaux de Seigneur des ténèbres ne méritaient rien d'autre. Il fallait les éradiquer du monde, effacer leurs noms de l'histoire, faire oublier leur existence jusqu'à ce que plus personne n'ose un jour prononcé la moindre parole à l'encontre d'une quête qui valait bien à Evan de sacrifier toute son énergie. Et Evan allait s'assurer qu'il aurait le cœur d'Alastor Moody entre les mains. Il allait tellement savourer ce moment que l'idée ne lui procurait que des frisons d'excitation. Il savait pourtant, qu'il avait encore le temps. Qu'il avait besoin de peaufiner ses sorts, ses techniques. Son intelligence n'était qu'ignorée par l'ombre de son ambition. Pourtant Evan avait toujours excellé, surprenant parfois ceux qui ne voyaient en lui qu'un tyran.

Puis il y avait des sorciers comme Bellatrix. Une femme qui représentait à la perfection ce qu'il voulait être. Et ce qui renforçait son ambition pouvait se résumer en une façon très simple. Bellatrix avait foi en lui. Elle voyait le potentiel qu'il représentait. La force dans son regard n'était pas le reflet d'un ego démesuré, bien fait celui d'une loyauté sans limite. Il était en parfait accord avec ce que le Seigneur des Ténèbres représentait. Il était prêt à vouer sa vie à cet homme qui représentait tout à ses yeux. Bellatrix l'avait compris, ressenti même. Elle savait qu'Evan était à la hauteur. Elle savait aussi qu'il aurait été terrible de le laisser mourir bêtement. C'était sans doute pour ça qu'elle était là. Qu'elle l'avait éloigné du danger, qu'elle l'avait amené là où elle pourrait lui ouvrir les yeux. Essayer d'apporter un peu de raison dans une folie grandissante. Evan pouvait finir par être l'un des mangemort les plus redoutables, tout comme il pouvait s'éteindre prématurément. Il était jeune et même s'il ne supportait pas qu'on lui renvoie cette phrase à la figure, il savait que l'expérience était un atout.

Il fallut un moment avant qu’Evan ne réalise où il était et ce qui s’était passé. Qu’il n’entende réellement sa cousine et qu’il lui réponde. Il s’était tellement emporté dans l’action qu’il n’avait pas fait attention. Il s’était retrouvé pigé dans sa propre joie, comme l’enfant qu’il était. Après tout, son regard avait croisé celui de son ennemi et l’espace d’un instant, le sourire qu’il avait affiché, avait clairement touché celui qui se croyait invisible. Evan avait l’impression d’avoir accompli quelque chose, comme si tout ceci n’était que le commencement. Le réel commencement d’une histoire qui ne pouvait finir que par la mort d’un des deux personnages principaux.

Il fronça les sourcils, peut ravis à l'idée que sa cousine s'emporte d'une telle façon. « - Tu n'auras qu'à le féliciter la prochaine fois, alors. » Il se releva, ayant pleinement conscience qu'il était un peu tard pour répondre et qu'il aurait dû se réveiller un peu plus tôt. Il savait qu'il devait probablement à Bellatrix sa vie. Il savait aussi qu'elle avait raison, complètement. Il allait trop vite, il n'était pas assez entrainé et sans doute en avait-il trop fait ce soir. Un peu comme les autres soirs. Il avait planté son regard dans les yeux de sa cousine, se rapprochant d'elle et lui faisant pleinement face. Elle avait touché un point sensible, il le savait. « - Je crains, malheureusement, qu'il soit fort probable que j'arrive à me contrôler en sa présence. » Il était très sérieux. Comme si tout ceci était devenu personnel. Comme si Alastor avait fait quelque chose à son âme, alors qu'il n'était en réalité qu'un projet. Un but à atteindre. Un moyen comme un autre d'assouvir une soif de sang et d'honneur. « - Tu vois, Cousine, je suis destiné à faire couler son sang. Et je ne raterais aucune des opportunités qui s'offrent à moi. » Il sentait tout son corps tremblait à l'idée d'enfin mettre fin à la vie d'Alastor. Comme si tout trouvait enfin une vérité, un sens. Il faisait énormément d'effort, il travaillait, s'exécutait aux tâches qu'on lui donnait, sachant que cela le rendrait plus fort. Il voulait être plus fort encore. Comme Bellatrix. Mais meilleur encore. Il savait qu'il pouvait l'être. Qu'il y arriverait. « - Sa mort, est mienne. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 1546
▪ pseudo : Twisted Sunshine
▪ multinick : Achille, Atlas, Raed, Sirius
▪ célébrité : Eva Green
▪ points : 10
▪ statut : sang pur
▪ âge : 26 ans
▪ maison : serpentard
▪ emploi : main du destin
▪ orientation : dark-lord-sexuel
▪ situation : Mariée
▪ crédits : Schizophrenic

▪ duels :
10 / 1010 / 10
▪ potions :
3 / 103 / 10
▪ métamorphose :
4 / 104 / 10
▪ legilimancie :
3 / 103 / 10
▪ occlumancie :
7 / 107 / 10
▪ quidditch :
4 / 104 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Bellatrix Lestrange

50/1000/24/KB/V

Lun 7 Sep - 13:20

Il y avait peu de chose que Bellatrix détestait. Non en réalité il y avait une foule de chose que Bellatrix détestait, depuis des années la liste s’était allongée, allongée, et elle faisait peu de hiérarchie dans sa haine. Certes les sang-de-bourbes étaient en haut du classement, suivit de près par les traitres à leur sang, les aurors et les membres de l’ordre. Mais ensuite, c’était une marre informe de petite chose qui faisait que la jeune femme était pleine de haine et de colère. Bellatrix n’aimait pas grand chose, et c’était surement plutôt de ce côté là qu’il fallait commencer. Quelque part, elle aimait son cousin. Elle l’aimait comme s’il était son propre sang, sa propre chair. Elle voulait le voir grandir, le voir briller. Elle s’investissait en lui, était fière de ses succès, déçue de ses échecs. Aujourd’hui elle était déçue, terriblement déçue. La déception la mettait en colère. Elle détestait être déçue. Elle détestait encore plus que ses mots tombent dans l’oreille d’un sourd. C’était peut être l’hôpital qui se foutait de la charité, et elle était elle même incapable d’écouter un ordre direct en dehors de ceux du Lord. Mais ce n’était pas une raison pour que la nouvelle génération fasse la même chose. D’autant plus que c’était pour son bien qu’elle faisait ça. Elle qui ne supportait pas l’autorité, n’essayait pas particulièrement de prouver son ascendant sur le jeune homme. Elle ne faisait pas ça pour l’embêter, ni même pour lui mettre des bâtons dans les roues. Au fond d’elle, elle voulait le voir réussir, et après tout, elle savait ce que c’était d’avoir une obsession en tête. Depuis le temps qu’elle rêvait de décimer la famille de sa très cher soeur - qui ne l’était plus réellement. Elle avait elle même, gravée au fer rouge dans le cerveau, une liste de nom qu’elle écraserait, torturerait, et ferait disparaître. Mais contrairement à son jeune cousin, elle n’était pas si emportée que ça au sujet de cette fameuse liste. Trop fidèle au Lord pour faire passer son propre agenda avant le sien, elle se pliait d’abord au mission qu’on lui donnait, et cherchait ensuite à vaincre ses propres démons. Telle qu’elle voyait Evan, elle se doutait qu’il était capable d’oublier la mission si jamais il croisait le chemin de Moody. Et c’était impossible. elle se foutait de quel grief son jeune cousin avait contre l’auror - quoiqu’elle pouvait les deviner assez facilement. Soit il rentrait dans le rang et prenait du plomb dans la cervelle, soit elle serait obligé de s’occuper elle même du problème. Et elle se doutait que cela ne plairait ni à l’un, ni à l’autre. Si elle avait une autorité naturelle, et qu’elle n’aimais pas être contredite, elle ne souhaitait pas être tyrannique. Elle laissait à la sauvagerie sa place, et ne tenait pas à réfréné les accès de violence et les besoins de sang de son cousin. Néanmoins il devait grandir, et gagner en maturité, et elle détestait devoir jouer la voix de la sagesse. Elle n’était pas sage, ce n’était pas son rôle. Mais il était peu probable qu’il écoute quelqu’un d’autre.

Elle fulminait intérieurement devant l’absence de réaction du jeune homme. Elle avait l’impression de lancer des mots dans le vide, elle aurait presque pu les entendre se cogner au silence. Elle haïssait cette situation. Et il était peu recommander d’énerver Bellatrix, aller perdait vite son sang-froid, et cousin ou pas cousin, il n’était clairement pas à l’abris de recevoir un sortilège perdu. Elle fut presque apaisée d’entendre sa voix, mais se crispa aussitôt de colère lorsqu’elle vit la silhouette du garçon s’étendre devant elle. Mine de rien, que cela soit le but ou non, il affirmait sa stature, et ainsi sa position. Ses mots suivaient ses gestes, se plaçant ainsi en contradiction avec tout ce qu’elle venait de dire. Elle grimaça, ravala sa langue pour quelques secondes, et mauvaise et grinçante siffla « Peut être devrais-je plutôt lui apporter ton cadavre si tu n’es pas capable de grandir un peu tout seul… » Serait-elle capable de mettre ses menaces à exécution ? Difficile à dire. Elle pourrait surement le tuer, ce n’était l’affaire que d’un seul sort, d’un duel peut être, mais elle ne doutait pas de sa victoire, et elle n’avait guère de scrupule quand à l’assassinat. En revanche elle ne l’amènerait surement pas à l’Auror, quoique, si cela fait parti d’un plan plus grand… Mais Bellatrix n’était pas une fanatique des plans.

Néanmoins, elle laissa son cousin dévoiler le sien. Il était presque terrifiant de voir à quel point il avait développer une telle obsession à un tel âge. Elle n’était pas réellement un modèle en la matière et elle ne pouvait pas juger. Elle le faisait quand même, parce que c’était ce qu’elle faisait de mieux. Elle chercha à maîtriser sa colère pour mieux le raisonner. On n’écoutait pas les personnes vociférantes. Elle aurait plus de succès avec une voix froide, glaçante presque. Elle fit craquer les os de sa nuque, plantant son regard glacé dans celui de son cousin. « Tu vois cousin, tu es destiné à servir le Seigneur des Ténèbres ! Je crois que tu n’as pas bien compris tes priorités. » Il y avait peut être beaucoup de chose que Bellatrix comprenait, mais elle ne tolérerait pas que quelqu’un s’éloigne du droit chemin. « Sers le Seigneur des Ténèbres et il t’apportera ce que tu désires. » N’était-elle pas la preuve vivante que c’était ainsi que cela marchait et pas autrement ? Elle avait tout obtenu, la puissance, la renommée, et même la gloire. Déjà qualifiée dans toute l’Angleterre comme l’un des meilleurs lieutenants de celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom elle était la sorcière la plus recherchée de l’époque et la plus terrifiante. « Cherches ta propre gloire avant celle du Lord et tu mourras indigne, oublié et méprisé. » Ce n’était presque plus des menaces, c’était une réalité. S’il devait délaisser ses missions au profit de son propre agenda, il n’y aurait plus rien pour lui parmi les mangemorts, ni pouvoir, ni puissance, ni gloire. « Alors cousin, dis-moi, quelle est ta destinée ? » Elle ne tolérerait pas d’erreur. « Sa mort sera la récompense de celui qui en est digne. » Et pour le moment ce n’était pas le cas d’Evan. Il était trop jeune, trop fougueux, et par conséquent trop brouillon.


sail with me into the dark
©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 390
▪ pseudo : elow
▪ multinick : none
▪ célébrité : bill skarsgård
▪ points : 105
▪ statut : sang pur
▪ âge : twenty
▪ maison : serpentard
▪ emploi : cleans when it's needed.
▪ orientation : heterosexual & homophobic
▪ situation : why spend a life with only one person when you can spend every minute with someone new ?
▪ crédits : moi-même (avatar)

▪ duels :
10 / 1010 / 10
▪ potions :
6 / 106 / 10
▪ métamorphose :
6 / 106 / 10
▪ legilimancie :
4 / 104 / 10
▪ occlumancie :
5 / 105 / 10
▪ quidditch :
2 / 102 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Evan Rosier

10/100/18/KB/V

Sam 19 Déc - 17:52



The fear of death follows from the fear of life. A man who lives fully is prepared to die at any time.


Pour Evan, le monde s'effaçait considérablement une fois qu'il était en face d'Alastor Moody. Il n'y avait alors plus de mal ou de bien, plus de règles, plus de famille. Il n'y avait que l'Auror. Le jeune mangemort ne pouvait pas se contrôler, parce qu'il vouait à cet homme une haine incomparable au point ou sa mort dépassait même ses ambitions d'arriver parmi les bras droits du Seigneur des ténèbres. Alastor était l'un des ennemis les plus puissants, ayant déjà contrecarré les plans de beaucoup. Ce côté redoutable n'avait fait qu'agrandir la colère d'Evan qui refusait qu'un tel sorcier s'oppose aux désirs de son maitre. Par conséquent, il devait l'arrêter. Il n'avait pas le choix, c'était comme si cette idée avait émergé en lui à l'imagine d'une obligation. D'un ordre incontrôlable qui n'avait aucune limite. D'un appel, qui résonnait sans cesse une fois que son regard croisait le visage du sorcier. C'était assez étonnant qu'Evan ne prépare pas de plan d'attaque. Qu'il ne met pas en place la mort d'Alastor, mais c'est parce qu'il ne voulait pas faire preuve d'insubordination. Il savait qu'il ne pouvait pas courir après l'Auror à chaque seconde de sa vie, cela aurait été stupide. Cependant, il pouvait essayer, dès qu'il en avait l'opportunité, dès que le destin lui prouvait que la mort de Moody était bel et bien sienne et qu'aucun autre ne pouvait prétendre y arriver. C'était sans doute encore trop tôt pour Evan qui savait qu'il n'allait pas tuer le sorcier du jour au lendemain, qu'il n'était pas encore assez puissant pour cela, mais cela ne l'empêchez pas d'y croire. D'embrasser la sensation ultime qui faisait bouillir son sang simplement pour tendre sa baguette au bon moment. Quelque part il avait conscience de ce qu'il faisait. Du danger que cela pourrait lui causer, outre sa mort. Il savait que cette obsession pouvait mettre en péril les missions qu'on lui confiait. Pour l'instant, cela n'était jamais arrivé. Evan était doué et suivait les ordres, espérant toujours sortir de l'ombre que son père avait posée sur lui. Il faisait de son mieux, afin que ses actes soient parfaits et à l'image de ce qu'on attendait de lui. Mais avec Moody dans les parages, c'était comme si les missions d'Evan se retrouvaient confrontées à une impasse et que le seul moyen d'y arriver était de le tuer.

Evan connaissait Bellatrix. Il avait un profond respect pour sa cousine qui était bien l'une des seules à comprendre la folie qui parfois le traversé. En dehors du maitre, elle était l'unique personne qui pouvait le faire taire. L'unique personne pour qui Evan baisserait la tête. Elle avait plus d'expérience que lui, une position plus affirmée et il ne demandait qu'à apprendre d'elle. Mais l'Auror semblait encore se moquait de lui et son esprit resta un moment coincé ailleurs, comme en face d'un rire qu'il voulait étouffer à tout prix. Certes, il avait encore effleuré la mort, mais il avait aussi atteint Alastor. Son regard avait croisé le sien. Son sourire avait percuté son visage, comme le lancement d'une malédiction qui ne finirait que dans la mort.

Son réveil, bien que tardif, ne manqua pas de lui procurer toute la confiance qui pouvait exister en lui. Evan pouvait capituler devant Bellatrix, mais pas sans avoir levé la tête fièrement, représentant à jamais un nom qui ne pouvait être oublié. Il était prétentieux et parfois trop certain de lui-même, mais c'était des traits qui appartenaient à sa famille. Il aurait été synonyme de honte s'il avait simplement donné raison à sa cousine sans chercher à se défendre un minimum. Malgré tous ce qu'il disait et tout ce qu'il allait dire, cela ne changeait en rien ce que Bellatrix représentait pour lui. Il finirait par entendre raison, ce n'était qu'une question de temps. Il ne cligna pas des yeux quand celle-ci avoua qu'elle pouvait tout aussi bien apporter son cadavre à l'Auror. Il savait que la mort n'était pas un problème parmi eux. Que tout était possible, surtout le pire. « - Si tu as besoin de si peu pour me tuer, alors vas-y. Tu sais bien que je n'ai pas peur de mourir par ta main. » Il y avait quelque chose de peu honorable à être mort en combattant sa cousine, comme un traitre. Mais s'il devait choisir entre mourir par la baguette de Bellatrix ou par celle d'Alastor, il préférait sa cousine sans le moindre doute.

Elle n'avait pas tort, il le savait. Il en avait parfaitement conscience. Sa priorité devait être – et uniquement – servir le Seigneur des ténèbres, mais son obsession prenait le plus souvent le dessus et sans qu'il n'arrive à s'arrêter. Il avala alors son sourire et sa ténacité face aux paroles si réelles de sa cousine. Il y avait beaucoup de choses en jeu, mais quelque part tout semblait si lié. Si Evan parvenait à mettre fin à la vie d'Alastor, le maitre ne lui en serait que plus reconnaissant…

« - Ce n'est pas la gloire que je cherche, je peux te l'assurer. » Même si c'était au départ son ambition qui l'avait poussé à tenter sa chance. Aujourd'hui tout était plus confus, ayant laissé place à un désir profond qui émergeait à chaque fois sans qu'Evan ne puisse le contrôler. « - Ma vie appartient au Seigneur des ténèbres et j'accomplirais à jamais ses demandes. Mon monde ne se résume qu'à son nom. » Il n'y avait rien de plus vrai en Evan que ses paroles qui représentaient le but de son existence même. Il était loyal, bien trop même, depuis son enfance il voyait le maitre comme la réponse à toutes ses prières. Son regard plantait dans celui de sa cousine, il n'avait pas besoin de faire beaucoup d'efforts pour faire apparaitre l'honnêteté de ses mots. Une petite lueur apparut alors dans ses yeux, signe d'une faiblesse qu'il ne savait pas contrer.

« - Mais lorsque je le vois, cousine, quelque chose se passe en moi. Comme si une étrange mélodie m'avait envoutée et que l'unique façon de l'arrêter était de mettre fin à sa vie. Je te promets que je ne passe pas mes journées à préparer sa mort, mais que faire lorsque son odieux visage apparaît devant le mien ? Que faire quand mon corps lui-même ne se contrôle plus ? » Il s'éloigna, retournant à sa place comme si c'était la seule chose à faire. C'était peut-être finalement une faiblesse. Cette obsession était un danger, une porte vers l'échec. « - Il est une menace, pour nous tous. Le laisser en vie est un crime. » Il ne comprenait toujours pas pourquoi personne ne s'était encore occupé de lui. Pourquoi il était encore en vie alors qu'il y avait parmi les disciplines du Seigneur des ténèbres des personnes assez fortes pour l'anéantir. « - Je serais à la hauteur. » Il avait relevé la tête vers sa cousine, son obsession toujours bien présence. Cela n'allait pas être facile de lui faire changer d'avis. Evan sentait que son destin était à jamais lié à cet homme. La seule façon d'éviter qu'il place inutilement sa vie en danger, était de le ralentir dans sa quête. Il devait s'entrainer, améliorer ses compétences, devenir plus fort encore avant de se confronter une bonne fois pour tout à l'Auror. Mais même ainsi, cela semblait improbable. Il était trop jeune, il le serait toujours à l'avenir. « - Penses-tu que j'en sois incapable ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 1546
▪ pseudo : Twisted Sunshine
▪ multinick : Achille, Atlas, Raed, Sirius
▪ célébrité : Eva Green
▪ points : 10
▪ statut : sang pur
▪ âge : 26 ans
▪ maison : serpentard
▪ emploi : main du destin
▪ orientation : dark-lord-sexuel
▪ situation : Mariée
▪ crédits : Schizophrenic

▪ duels :
10 / 1010 / 10
▪ potions :
3 / 103 / 10
▪ métamorphose :
4 / 104 / 10
▪ legilimancie :
3 / 103 / 10
▪ occlumancie :
7 / 107 / 10
▪ quidditch :
4 / 104 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Bellatrix Lestrange

50/1000/24/KB/V

Mar 22 Déc - 11:08

Parfois, lorsque Bellatrix regardait Evan, elle avait l’impression de voir un gamin. Pourtant, ce n’était pas son genre d’infantiliser les gens. Elle savait qu’il y avait plus que l’âge pour qualifier la maturité de quelqu’un. Elle avait été adulte très tôt. Peut être même qu’elle n’avait jamais véritablement été une enfant. Parce qu’elle était l’aînée, et qu’elle avait été élevée dans une famille sévère pour ne pas dire abusive, elle avait rapidement pris un rôle de protectrice. Elle avait très vite fait attention à ses soeurs, et les avait protégée le mieux possible. Cela faisait grandir quelqu’un. Elle n’avait jamais été insouciante. La maturité était une nécessité, sans quoi elle serait surement devenue folle. Alors elle adoptait facilement le même regard sur ses petits cousins que celui qu’elle avait toujours eu. Peut importe leur âge, elle les jugeait apte. Apte à comprendre, apte à faire. Il n’y avait pas d’âge pour être adulte, pour être mature. Il y avait juste une volonté farouche et un désir de bien faire. Cela rendait mature n’importe qui. Mais aujourd’hui, lorsqu’elle regardait son cousin, elle voyait un gamin. Et elle était agacée. Si elle aidait et éduquait volontiers les jeunes adultes, elle ne voulait pas changer les couches d’un gamin. Bellatrix n’avait pas particulièrement la fibre maternelle, et si Evan avait soudainement besoin de quelqu’un pour balayer derrière lui, ramasser les pots cassés, et lui sauver la mise, il allait devoir aller chercher protection ailleurs. Ce n’était pas le job de Bellatrix de s’occuper de quiconque sauf d’elle. Si elle avait voulu avoir un gosse, elle en aurait eu un. Peut être. Surement. Evan l’agaçait donc. Son air supérieur qu’elle reconnaissait si bien la mettait hors d’elle. Cette suffisance lui donnait envie d’entrer dans une rage sourde. Une part d’elle avait envie de le punir. Elle voulait le punir comme elle avait été punit, mainte et mainte fois. Mais elle se souvenait aussi du sentiment de haine qu’elle éprouvait pour son père dans ces moments là. Elle se souvenait du respect qui s’était évaporé, peu à peu, à chaque fois qu’il la punissait, sans raison. Et si elle punissait, si elle était connue pour sa cruauté et sa sévérité, elle voulait aussi être connu pour sa droiture et son sens de la justice. Elle ne pouvait pas décemment attaquer son cousin parce qu’il avait décider de se les jouer tête brûlée.

« Gamin arrogant et suffisant. Je sais ce que la langue d’un serpent peut avouer. Ta langue m’agace actuellement. Tais-toi. »

Elle était sévère, elle ne tolérait pas d’écartade, mais elle n’était pas sa mère. Elle avait fait ça pour son bien, mais elle n’avait pas à tolérer les actions et les dires de son cousin. Elle ne voulait pas qu’il joue au plus intelligent avec elle. Elle ne le voulait pas mielleux à accepter subitement sa mort parce qu’elle viendrait d’elle. « Et tu es stupide d’accepter ta mort de quiconque autre que le Seigneur des Ténèbres. » Il était sur que pour elle, personne d’autre n’avait droit sur sa vie. Oh bien sûr, elle acceptait de mourir au combat s’il le fallait, et elle donnerait volontiers sa vie à son maître. Mais si jamais, pour une quelconque raison, elle devait mourir de la main de quelqu’un de son camp, cela serait le maître lui même, ou personne d’autres. Et il devait en être pareil pour Evan. Si quiconque d’autre s’en prenait à lui, il aurait intérêt à se battre et à tout faire pour sauver sa peau. Sinon c’était pitoyable.

Quoiqu’il en soit, Evan ne se taisait toujours pas, mais semblait revenir sur ses idées. Il semblait soudainement comprendre ce qu’elle lui disait. Elle n’était pas sûre à cent pour cent qu’il n’était pas seulement entrain de dire ce qu’elle voulait entendre. Mais elle devait avouer qu’il y avait du mieux. Il fallait dire qu’affirmer le contraire lui aurait valu un châtiment d’une violence inimaginable. Bellatrix n’avait pas de pitié pour les traitres. Elle en avait jamais eu, et n’en aurait jamais. Elle pourrait tuer chacun des membres de sa famille qui avait fauté. Même sa propre soeur, encore mieux son propre cousin. Evan ne ferait pas exception si jamais il tournait les talons pour assouvir une vengeance personnelle. Mais Evan de s’arrêta pas en si bon chemin. La conversation aurait pourtant pu se finir là. Cela aurait été bon et intelligent. Il aurait acquiescé, il aurait compris, Bellatrix aurait fait appel à Rabastan qui se serait occupé des blessures d’Evan, et on en parlerait plus. Mais il avait continué, et Bellatrix avait revu le gamin du début de la conversation. Son sang bouillit dans ses veines, elle serra sa mâchoire et crispa sa main sur sa baguette. A peine eut-il finit qu’elle lâcha, violente, mauvaise et sèche « Eh bien contrôle le ! » Elle avait élevé sa voix. C’était un ordre. Il n’y avait rien à discuter. Evan était un gamin qui ne réfléchissait pas. « Tu risques tes missions à chaque fois que tu l’aperçois. Il serait presque plus logique de monter un plan contre lui, et de le laisser tranquille le reste du temps. » Et pourtant, Bellatrix n’était pas réellement une fan de plan. Mais elle devait avouer que lorsqu’elle avait des ennemis qui lui tenaient à coeur, elle se débrouillait pour s’en occuper hors de ses missions. Après tout, ils n’étaient pas vingt quatre heure sur vingt quatre entrain de suivre les ordres de leur maître, ils avaient du temps libre, et ils pouvaient en faire ce qu’ils voulaient. Bellatrix par exemple, pourchassait et traumatisait dans la mesure du possible la famille Tonks. Ou alors elle partait à la poursuite des Longbottom. C’était des passes-temps comme les autres. Mais lorsqu’elle était en mission, elle ne pensait pas aux Tonks et aux Longbottom, ou du moins cela venait toujours en deuxième position.

La dernière question fusa et provoqua un soupire chez la sorcière. Elle ne tenait pas à détruire ses rêves, et peut être qu’un jour il en serait capable. En tout cas, pour le moment, il était évident qu’il était trop impulsif et irréfléchi pour réussir quoique ce soit. Il était trop jeune et trop inexpérimenté. Elle souffla, sèche et sans appel « Si tu en étais capable, l’un de nous l’aurait déjà tué avant toi. » Parce qu’il y avait bien meilleur sorcier qu’Evan, à commencé par elle même, et il y avait définitivement une raison pour laquelle Alastor Moody était encore envie. « Dans quelques années peut être. » souffla-t-elle sur le même ton sec. « Si jamais tu t’entraînes suffisamment et que tu apprends à réfléchir. »


sail with me into the dark
©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 390
▪ pseudo : elow
▪ multinick : none
▪ célébrité : bill skarsgård
▪ points : 105
▪ statut : sang pur
▪ âge : twenty
▪ maison : serpentard
▪ emploi : cleans when it's needed.
▪ orientation : heterosexual & homophobic
▪ situation : why spend a life with only one person when you can spend every minute with someone new ?
▪ crédits : moi-même (avatar)

▪ duels :
10 / 1010 / 10
▪ potions :
6 / 106 / 10
▪ métamorphose :
6 / 106 / 10
▪ legilimancie :
4 / 104 / 10
▪ occlumancie :
5 / 105 / 10
▪ quidditch :
2 / 102 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Evan Rosier

10/100/18/KB/V

Ven 19 Fév - 23:02



The fear of death follows from the fear of life. A man who lives fully is prepared to die at any time.


Evan était entêté lorsqu’il s’agissait de ce qu’il devait faire ou non. Surtout lorsque l’envie qui le parcourrait venait d’un endroit bien précis : le cœur. C’est ce petit muscle qui le rendait parfois inconscient, lui qui avait été élevé en premier et qui n’avait jamais eu le temps de faire des erreurs. Cela paraissait logique, étant donné le nom qu’il possédait. Suivre les ordres étaient une nécessité, parce qu’il était l’exemple et il était celui qui veillait sur les plus jeunes. Loin d’être un grand-frère exemplaire, Evan avait tout de même cette manie de garder un œil sur Luke et Hyppolite. Ce besoin de leur montrer le chemin à suivre, les règles à respecter. Mais depuis peu, depuis que sa propre conscience s’était mise à réfléchir d’elle-même et pour elle-même, il tournait le dos à une partie de cette héritage traditionnelle qu’on lui avait soufflé. A partir du moment où il avait refusé certaines choses, il savait que c’était le résultat d’une longue et terrible frustration. Il n’en était pas pour autant idiot au point de tout bannir, sachant où était sa place et quel était son rôle. Il croyait en son devoir de mangemort et ça personne ne pouvait le lui retirer. Pourtant ce qu'il avait fait aujourd'hui, cet acte demi-suicidaire, il savait que c'était idiot tout comme il savait qu'il ne pouvait le contrôler. Il y avait quelque chose chez Moody, quelque chose qui faisait bouillir tout le sang du sorcier au point où sa baguette savait, avant même qu'il ne prononce quoi que ce soit, ce qu'elle avait à faire. La mort, c'était ce qui attendait Alastor et Evan ne pouvaitEvan ne pouvait pas s'arrêter. Se contrôler n'avait, au grand jamais, était son point fort. Il était impulsif et même s'il tentait de combattre cette partie de lui, le plus souvent, il perdait. Il ne pouvait pas changer du jour au lendemain. Il ne pouvait pas se transformer en quelque chose qu'il n'était pas. Il ne pouvait pas être ce sorcier qui ne saisissait pas une opportunité quand elle était sous ses yeux, aussi minime soit ses chances de réussite. Ce désir de faire couler le sang de l'Auror pouvait conduire Evan à être ce qu'il désirait tant : Un mangemort puissant et respecter qui sortirait de l'ombre dans lequel son père l'avait enterré. Mais cela pouvait aussi le conduire à sa perte et il en prenait conscience.

Bellatrix allait le punir. Le frapper peut-être. Elle était en colère, terriblement agacé par Evan et par sa bêtise. Cela ne l’étonnait pas. Il respecterait quel que soit ses choix, quel que soit les coups qu’elle pourrait lui porter. Ses paroles prouvaient bien qu’il devait faire attention. Qu’il devait se taire. Sans attendre plus longtemps, elle lui reprocha d’accepter de se faire tuer par sa cousine, là où la seule personne qui aurait le droit de vie ou de mort sur lui serait le Seigneur des Ténèbres. Il n’avait pas besoin de répondre pour montrer qu’il était d’accord. Son silence suffisait. La loyauté d’Evan était connue, sincère. Il n’y avait rien de plus vrai, de plus honnête en lui. Il était capable de bien pire encore, si on lui demandait. Mais peut-être il y avait une nouvelle frustration dans son existence de mangemort : celle de ne pas être là où il devrait. Celle de ne pas avoir déjà la place dont il rêvait. Il aurait pu en finir là, mais Evan n’était pas du genre à se cacher. S’il y avait bien quelqu’un à qui il osait tout dire, c’était elle. C’était cette femme qui se trouvait devant lui et qui pouvait très bien le tuer dans la seconde. Il n’avait pas peur d’elle, mais il voulait savoir. Il voulait entendre son avis, mieux il voulait entendre sa voix résonnait dans la pièce comme une voix intérieure qu’il ne pourrait jamais nier. Et cela ne tarda pas, car Evan était doué pour parler avec passion et arrogance. Pour parler avec légèreté, comme un gamin qui ne savait rien faire d’autre qu’aimer.

L’ordre que lui donna Bella passa inaperçu, car il n’en avait pas fini. Il n’en rajouta pas plus, mais il avait d’autre chose à dire aussi. De nouveau à sa place, il ne manqua pas d’audace pour reprendre la parole et avouer tout haut ce qu’il pensait bien plus fort encore. Laisser Alastor en vie est un crime. Sa voix, rapide et sec témoignait de son amertume. Il aurait aimé passer son temps libre à élaborer quelque chose, à écrire le destin de Moody et l’anéantir. Mais c’était un art qui se mettait en place doucement, c’était un art qui demandait du temps. Pour l’instant, Evan rassemblait des informations sans pour autant les utiliser. Il se préparait, mais il ne pouvait rien prévoir. Pas encore. Il avait d’autres choses en tête, d’autre plan en parfaite exécution. Moody allait mourir, c’était une réalité qu’Evan n’oubliait pas, mais d’autres sorciers devaient savourer le nom de Rosier avant qu’Evan ne consacre tout son temps à l’Auror.

Il n'était pas du genre à prendre mal tout ce qu'on lui disait, mais il était naturellement blessé dans l'idée de ne pas être à la hauteur. Il savait qu'il avait encore des choses à apprendre, mais depuis qu'il avait quitté Poudlard en y laissant sa marque, il s'était dit qu'il n'y avait plus rien à faire de plus si ce n'était suivre les ordres et prouver sa valeur. Il détourna le regard, combattant son envie de contredire sa cousine. De se montrer plus arrogant encore, mais il préféra se taire, se mordant la lèvre inférieure en guise de mécontentement. Il se releva ensuite avec lenteur, n'ayant qu'une envie : quitter la pièce. Mais sa langue ne tenait pas en place et il était dans l'obligation de rajouter quelque chose. De dire à sa cousine ce qui le dérangait.

« - Tu te trompes. » Son regarda bien planté, sévère à son tour, Evan se montrait imprudent. Mais c'était un trait habituel chez lui. « - Je n'aurais pas besoin d'années pour être à la hauteur. » Et il quitta la pièce, sans attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
  
    avatar
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 

“ The fear of death follows from the fear of life. ” (Bellatrix)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Evanna~Death is not the opposite of life, but a part of it.
» I don't fear death. [Terminée]
» Commande Death at Koten
» Cities of Death
» Mes Death Skullz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ϟ FLOO POWDER-