top site
n'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum
Poudlard a besoin d'étudiants!
merci de privilégier les élèves aux adultes à l'inscription
intrigues
inscrivez-vous aux nouvelles intrigues ici & ici !

 :: LUMOS :: the sorting hat :: fiches refusées

 Teddy Bear Ϟ N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas.

AuteurMessage
profil
  
    avatar
Invité


Mar 2 Sep - 17:32

Edward Ted Tonks

   
ϟ Âge : 24 ans
   ϟ Nationalité : Anglaise
   ϟ Métier : Edward travaille au ministère dans le département des accidents et catastrophes magiques. Son boulot consiste à camoufler les informations liées à la magie mais aussi à transmettre des messages du ministère britannique aux sorciers du monde non magique, ou éloignés de la capitale anglaise.
   ϟ Ancienne maison : Poufsouffle
   ϟ Camps : Neutre (Pro ordre du phénix cependant)
   ϟ Sang : Né-Moldu et fier de l'être. Ed revendique ses origines et n'a pas honte du sang qui coule dans ses veines.

   ϟ Avatar : Aaron Tveit
   

   
Baguette : C'est treize ans plus tôt que Ted a franchit les portes d'Ollivander's. La boutique l'avait tout de suite enchantée, avec son odeur boisée intense et son stock impressionnant de baguette magique. Né moldu, il a particulièrement affectionné cet endroit qui a vu naître sa vie de sorcier. Bien évidemment il affectionne encore davantage sa fidèle baguette qui le suit depuis plus d'une dizaine d'année maintenant. Faîtes en bois de hêtre, elle reflète parfaitement le caractère intègre et ouvert d'esprit de Ted. Plutôt grande, elle mesure 28,77 centimètres très précisément. Une taille parfaite qui vient dans le parfait prolongement du bras du jeune homme. En son cœur se trouve un crin de licorne qui empêche la baguette d'être trop rigide. Elle est donc parfaitement adaptée à l’utilisation des enchantements dont Ted a particulièrement besoin dans son travail.

   Miroir du Riséd :Lorsque Ted contemple le miroir du Riséd, il y a bien sur, le visage de sa chère et tendre épouse qui se dessine à ses cotés. Bien sur il y a aussi la jeune Nymphadora qui se tient à leur coté. Sa couleur de cheveux change encore, lorsque derrière eux apparait l'image de ses parents moldus. Un franc sourire vient illuminer le visage du Poufsouffle. Une famille soudée voilà ce qu'il voit. Mais au delà, de ces êtres qui lui sont si chers, il entre aperçoit également autre chose. Il y a une main tendue. Un bras fin et mince, une silhouette féminine, floue mais qui ressemble indéniablement à Dromeda. Une main tendue. C'est tout ce que Ted espère. Une main tendue des Blacks. De sa belle famille. De ceux qui l'ont toujours rejeté et qui on fait payer leur fille pour l'avoir épousé. Un geste de paix sincère. Tonks n'est pas naïf, il sait bien que les Black ne l'accepteront jamais. Mais ils pourraient les accepter elles. Leur fille et leur petite fille. Une main tendue c'est tout ce qu'il espère.

   Épouvantard : L'épouvantard de Ted a toujours eu du mal à prendre une apparence définie pour la simple et bonne raison que sa peur est impossible à représenter physiquement parlant. Non lorsque l'épouvantard apparait c'est à travers une épaisse fumée noire qu'il se matérialise. Elle vient alors entourer le jeune homme de façon à ce qu'il perde tout ses repères. Puis petit à petit, elle en arrive à réduire son espace. A lui faire sentir qu'il étouffe, qu'il est dans un espace confiné. Et c'est cela qui l'angoisse, être enfermé dans un petit espace, c'est ça qui lui fait peut. Car oui depuis qu'il est un enfant, Teddie est claustrophobe. Pratique quand on travaille dans un ministère où les seuls moyens de se déplacer sont des ascenseurs !

   Amortentia : Trois odeurs bien distinctes se dégagent de l’amortentia lorsque Ted se penche au dessus de ce puissant filtre d’amour. Abrupt, fort et corsé, il peut d’abord deviner l’odeur d’un vin rouge fruité aux arômes profonds et puissants. Souvenirs des longues soirées passées en compagnie de sa Dromeda dans les couloirs de Poudlard, cette odeur reflète probablement la profondeur des sentiments qu’il éprouve pour elle. Viennent ensuite des odeurs plus fruités et légères. On y retrouve notamment le doux parfum de la fleur d’oranger. Délicat et léger, il est lié à son enfance et particulièrement à sa grand-mère paternelle. Pourquoi ? Parce qu’elle avait ce don pour faire les madeleines parfumées à la fleur d’oranger les plus délicieuses au monde. Ted pourrait reconnaître cette odeur entre milles, tant elle a bercé son enfance. Enfin dans ce curieux mélange d’odeur, se dégage une fraîcheur liée au parfum du propre. Vous savez cette odeur indéfinissable qui est simplement liée à la propreté, au frais, au sens bon quoi. Cette odeur que personne n’est capable de décrire mais que pourtant tous le monde connait. Une pointe mentholée, cette odeur est associée pour Ted à sa vie moldue. Bien avant de découvrir ses dons, Ted était un enfant serviable qui aidait souvent sa mère dans les tâches ménagères (étrange quand on sait ô combien il est peut doué pour ce genre de chose), il aimait particulièrement faire la lessive, d’où son affection pour cette odeur précise.
   

   
Compétences magiques
   
Chaque sorcier commence le jeu avec 40 points de compétences magiques, à disposer comme il le souhaite entre les différentes compétences listées ci-dessous. Ces points pourront influencer le jeu, et il est possible d'améliorer chaque compétence au fur et à mesure du jeu.

   Duels : 7/10
   Potions : 6/10
   Métamorphose : 7/10
   Sortilèges : 9/10
   Légilimancie : 2/10
   Occlumancie : 5/10
   Quidditch : 4/10
   Divination : 0/10
   

   
ϟ Pseudo/prénom : Papple, Anne-Laure pour les intimes    ϟ Âge : 22 ans ϟ Fréquence de connexion : 7/7 généralement et 2/7 pour le RP (enfin ça dépend mais avec la rentrée faut voir quoi   ) ϟ Ce personnage est : le scénario de la femme de ma vie   ϟ Où nous avez-vous connu : Ma soeur (Alice sur le forum) m'a fait parvenir l'adresse de ce petit bijou    ϟ Le mot de la fin : Les Tonks vaincront    
Revenir en haut Aller en bas
profil
  
    avatar
Invité


Mar 2 Sep - 17:33

CHAPTER I


   
« Mamaaaaaaaaaaaan ! » Un cri larmoyant résonna dans une banlieue londonienne. Une frêle silhouette s’élance sur ses petites jambes vers une femme à la chevelure blonde. Des larmes de crocodiles se dessinent petit à petit sur son visage, alors que sa chevelure se laisse porter délicatement par le vent. Le genou en sang, l’enfant semble blessé comme si il avait fait une chute. La femme s’accroupit pour se mettre à sa hauteur. Dégageant le visage puéril de son fils, elle souleva délicatement et avec tendresse son menton de façon à pouvoir accrocher la prunelle de ses yeux. Un doux sourire était dessiné sur son visage, un sourire bienveillant et rassurant. Un sourire rempli d’amour comme on en croisait souvent dans ce quartier résidentiel moldu. Les yeux larmoyant, la petite tête blonde observe le visage de sa mère, espérant y lire un peu de compassion. « Edward combien de fois t’ais-je dis de ne pas sauter depuis le haut du train en bois du parc ? ». Sa voix était douce et calme. Ce n’était pas là un sermon, mais une simple constatation. Qui pouvait bien empêcher les enfants de faire des bêtises de toute façon. Surtout lorsqu’ils commençaient à atteindre cet âge là. Après cinq années de vie à être bercé et choyé par maman et papa, il était temps de commencer à expérimenter de nouveaux jeux, quittes à parfois tomber. Il suffirait alors de se relever pour recommencer, dans une éternelle continuité. Déposant un léger baiser sur le front de son fils, la femme l’attrapa pour le hisser dans ses bras, ce qui fit immédiatement cesser les quelques pleurs de l’enfant. Les yeux rougis, les joues humides, il avait placé un doigt dans sa bouche. « Et ne met pas tes doigts sales… »  « … dans la bouche », compléta Teddie en retirant brusquement sa main avant de sourire. Jusqu’ici tout avait été calme et tranquille. Sa vie était aussi plate et banale que celle de la Tamise. Pourtant en ce treize juillet, les aventures du jeune Edward Tonks ne faisaient que commencer.

***

Maths, histoire, grammaire, orthographe, sport, conjugaison, biologie et j’en pense. Les journées à l’école primaire passaient et se ressemblaient plus ou moins toutes. Une longue routine s’était installée dans la vie de Ted Tonks depuis qu’il avait eu « la joie » de découvrir l’école primaire. Oh n’allez pas croire que cela lui a déplut dans l’immédiat. Non Ted est un garçon curieux, vif d’esprit qui aime toucher à tout. Cependant à ses yeux, tout ce qui lui était enseigné était d’un ennui mortel. Il préférait de loin chahuter dans la cours de récréation avec ses amis moldus. « Teddie est amoureux, Teddie est amoureux, Teddie est amoureux… » Une voix chantonnante et aiguë résonnait entre les arbres et les jeux mis à disposition des enfants. Dans le grand espace qui leur était dédié, une jolie brunette sautillait en répétant à qui voulait bien l’entendre que le jeune Tonks était amoureux. Face à cette situation (peut être pas si éloignée que ça de la réalité toutefois), Ted éprouva un certain agacement. Agacement qui bien vite évolua en colère, lorsqu’il comprit que quoiqu’il puisse dire ou faire, la brunette ne se tairait pas.  Perché sur ses courtes pattes, le blondinet pourchassa alors la brune, avant de se mettre à lui crier dessus. « TAIS TOI TU DIS N’IMPORTE QUOI ! » Endurant et sportif, il la rattrapa bien vite, prêt cette fois ci à la faire taire. « Menteur ! Tu es amoureux de SO-PHIE ! Teddie aime Sophie, Teddie aime Sophie ! ». Gonflant ses joues, comme il a appris à le faire lorsqu’il est en colère, le jeune garçon allait de nouveau répliqué lorsqu’un évènement inattendu se produisit. Un évènement tellement surprenant et surréaliste qu’il en laissa le blondinet sans voix pendant quelques instants. Puis son rire cristallin et joyeux éclata en milles éclats de voix. Ne pouvant s’arrêter, il attira sur lui les regards de ses petits camarades qui se mirent alors à chuchoter entre eux. Pointant sur la brune un doigt, il reprit sur le même air qu’elle avait fredonné auparavant « Amy a les cheveux roses, Amy a les cheveux roses, Amy a les cheveux rooooooses ! » Ne cessant pas de rire, il se mit alors à sautiller comme elle l’avait afin d’alerter tous ses camarades. Moqueur le Teddie ? Si peu. Son attitude, ainsi que les pleurs de sa camarade attirèrent rapidement les enseignants. Ne parvenant pas à tirer autre chose d’Amy que « C’est la faute d’Edward » pour expliquer la subite teinte qu’avait pris ses cheveux, ils avaient cherché à comprendre comment cela avait pu arriver, sans succès. Les seuls mots du jeune Tonks pour expliquer la situation étant « C’est arrivée tout seul, comme par magie », l’incident fut clos. Inutile de préciser qu’Amy a toujours gardé depuis une grande rancœur envers celui qui l’avait fait ressembler à une barbe à papa géante.

Étrangement, Edward Tonks se trouvait souvent impliqué dans des histoires de ce type. Chaque fois qu’un phénomène bizarre apparaissait, il était aussi présent. A croire qu’il en était souvent pour ne pas dire toujours, à l’origine. Ses enseignants finirent par convoquer Mr et Mrs Tonks dans le but d’obtenir des réponses et de leur faire prendre conscience que leur fils filait un mauvais coton. Cependant cela ne se révéla guère efficace. Ses parents eurent beau discuter avec lui, essayer de comprendre ce qui se passait et pourquoi toutes ses choses étranges apparaissaient autour de lui, Ted était bien incapables de les expliquer. Et il n’eut finalement pas à le faire. La réponse arriva à la fin du mois d’Août, alors qu’il avait onze ans passé. Une enveloppe épaisse et lourde adressée à Edward Ted Tonks arriva, apportant avec elle, un flot de réponse aux évènements surnaturels qui avaient lieu en sa présence. Il avait parcourut la lettre de long en large. A vrai dire, il l’avait sans doute même relu au mois une cinquantaine de fois pour s’assurer qu’il avait bien compris les mots qui avaient été couchés sur le parchemin. Cette lettre d’admission dans cette nouvelle école Pou… Poudlard semblait tout aussi surréaliste que les évènements qui entouraient le jeune Teddie. Et pourtant quelque part, cela expliquait tout. Si la lettre disait vrai, alors il était un sorcier. Un sorcier. Un sorcier qui faisait de la magie. De la magie. Il faisait de la magie. Les cheveux roses d’Amy, le gonflement surprise des racailles, la métamorphose des choux de Bruxelles en frites… Tout trouvait soudainement une explication. Assis sur les marches de l’escalier qui menait à l’étage, Ted était tellement concentré sur sa lecture qu’il n’entendit pas la porte d’entrée s’ouvrir et se refermer. « Edward ? Ca va ? Tu en fais une tête ! ». Relevant ses profonds yeux bleus sur le visage bienveillant de sa mère, il ne put prononcer un seul mot. Comment annonçait-on à ses parents après plus de onze ans qu’on était un sorcier ? Clignant des yeux, la bouche ouverte, aucun son ne sortait pourtant de cette dernière. Il était comme figé. Incapable de bouger ou de dire quoique ce soit. « Ted ! » Sa mère affolée de ne voir aucune réaction chez son fils avait grimpé les marches quatre à quatre, afin de s’assoir à ses cotés. Saisissant le lourd parchemin qu’il tenait, elle le parcourut rapidement des yeux. Son teint devient vite livide et à l’image de son fils, elle fut incapable de parler à nouveau. Parcourant les différents parchemins en dehors de la lettre d’admission, elle tomba sur la liste des fournitures obligatoires nécessaires aux sorciers de premières années. Chaudron en étain, baguette magique, livres et grimoires en tout genre… Soupirant, elle ne trouva rien d’autre à dire. Attrapant la main de son fils, elle la serra dans la sienne avant de déposer un baiser son front. Arborant toujours un sourire doux et bienveillant, elle passa une main dans la chevelure blonde de son fils. « On va se débrouiller. » ajouta-elle simplement. Si elle le disait, alors tout se passerait bien.
   


   
CHAPTER II


   
Poudlard unique école de sorcellerie en Angleterre. Une des plus reconnues dans le monde entier, chaque années des milliers d’élèves entraient ou sortaient de cette célèbre école. Répartis en quatre maison différentes, les élèves étaient placés selon leur caractère et leur personnalité soit à Gryffondor, maison des rouges et or reconnus pour leur courage, soit à Poufsouffle les jaunes et noirs reconnus pour leur loyauté, les Serdaigles ou bleu et bronze qui étaient connus pour être des érudits, ou les Serpentards, les verts et argents qui eux se démarquaient par leur ambition. Ted avait lu tout ce qu’il avait pu sur sa future école, tout. Il avait compris que de par son statut de « né-moldu » comme on disait chez les sorciers, il aurait sans doute un temps de retard sur les autres. Aussi, il avait voulut mettre les bouchées doubles, il avait voulut apprendre tout ce qu’il pouvait avant de mettre les pieds dans le train qui le conduirait jusqu’à sa nouvelle école. Depuis qu’il s’était rendu au chemin de traverse pour acheter ses fournitures scolaires, il n’avait pas un instant quitté les livres qu’il avait pu acquérir. Mais au-delà des livres, des ingrédients étranges qu’il avait pu acheter, ce qui le fascinait le plus, c’était ce banal morceau de bois qui lui servait de baguette magique. Il n’avait cesser de retourner l’objet dans ses doigts, brûlant d’envie d’essayer de lancer quelques sortilèges. Il ne s’en serait sans doute pas privé, s’il n’avait pas eu peur de faire exploser la moitié de la maison de ses parents. En attendant de pouvoir utiliser ses nouveaux pouvoirs correctement, il se contentait simplement de cette sensation de chaleur que dégageait l’objet. C’était comme si  cette baguette en particulier avait été faite pour lui, comme si l’un et l’autre s’était reconnu et choisi. Comme si c’était évident.
Faisant tourner le morceau de bois entre ses doigts, comme il avait l’habitude de le faire avec ses stylos, il n’avait pas remarqué qu’à l’extérieur, la nuit était tombée depuis plusieurs heures. Trop absorbé par ses réflexions et ses interrogations, il n’avait pas non plus réalisés que demain à cette heure ci, il serait dans la grande salle de Poudlard, sous son ciel magique, répartis et prêt à entamer sa nouvelle vie. Trois coups secs à sa porte le ramenèrent à la réalité. La silhouette massive et imposante de son père se dessina dans l’encadrement de la porte à la plus grande surprise de Ted. Depuis qu’il avait appris la véritable nature de son fils, le patriarche avait pris ses distances. Cela faisait des semaines que tous les deux ne s’étaient pas adressé la parole. Ni l’un ni l’autre n’avait pris les devants sans doute trop effrayés par les mots qu’ils pourraient laisser s’échapper de leurs lèvres. Le père d’Edward se racla la gorge, visiblement mal à l'aise avec la situation qui s’était mise en place entre lui et son fils. Cependant peu habitué aux effusions de sentiments, il ne fit pas un pas vers son enfant. « Tu… Vas te coucher Edward, une longue journée t’attends demain ». Ces quelques mots prononcés d’une voix abrupte suffirent au jeune garçon. Un large sourire se dessina sur son visage, sourire qui se répercuta sur le visage de son père. Sans rien dire de plus chacun comprit que les quelques  semaines précédentes étaient oubliées. C’était donc serein et détendu que le jeune Tonks s’endormit profondément, rêvant probablement à son avenir à Poudlard.

***

A l’intérieur de la pièce, on pouvait clairement distinguer le brouhaha des conversations des élèves entre eux. L’effervescence et l’agitation était à son comble comme lors de toutes les rentrées à Poudlard. Derrière la porte de la Grande Salle, une foule de première année se tenaient droit comme des piquets. Certains s’agitaient, d’autres sautillaient sur place, certains discutaient entre eux. Ted lui observait, il ancrait le moindre détail du château dans sa mémoire. Attentif à tout, il entendit à peine que les chuchotements s’étaient stoppés. Une femme à l’allure stricte et sévère, le regard dur venait de se frayer un passage entre les élèves pour se tenir devant la porte de la grande salle. Le blondinet resta figé face à cette femme qui dégageait une telle autorité. Le silence étant à présent total, elle leur expliqua qu’ils allaient tous passer la cérémonie de la répartition, avant de les inviter à la suivre. Pas stressé pour une noise, Teddie avait à vrai dire hâte de savoir dans quelle maison il allait être réparti. Il avait essayé à de nombreuses de deviner où le Choixpeau pourrait le placer. Il en était rapidement arrivé à la conclusion qu’il ne serait ni à Serpentard, ni à Gryffondor. Non il hésitait en revanche entre Poufsouffle et Serdaigle, pour la simple et bonne raison qu’il se demandait si en tant que né moldu il pourrait être aussi doué qu’un enfant de sang pur ou  de sang mêlé. Il avait toujours été bon à l’école (et ce sans en faire beaucoup), mais serait-il doué en magie pour autant ? Sur ces tendres réflexions, la foule de premières années avança prudemment sous le ciel étoilé de la grande salle. Des bougies flottaient doucement en l’air éclairant ainsi l’immense pièce. Quatre tables correspondant aux quatre maisons prenaient la plupart de l’espace. Une dernière au fond de la pièce accueillait les professeurs. Et devant se trouvait un simple tabouret sur lequel reposait le Choixpeau qui déciderait de l’avenir de chacun des élèves n’étant pas encore réparti. Un doux sourire aux lèvres, le jeune Tonks n’était pas inquiet quand à sa répartition, en réalité il était plutôt excité et impatient. Il avait hâte. Hâte de découvrir ce nouveau monde, celui auquel il appartenant.
La répartition s’effectuant par ordre alphabétique, la file des élèves s’était considérablement réduite lorsque le nom d’Edward Tonks fut prononcé. Le pas léger, la tête blonde s’installa sur le tabouret, faisant ainsi face à l’ensemble de la grande salle. Son sourire ne le quitta pas un seul instant, jusqu’à ce que la voix de l’objet ensorcelé s’exprime enfin. « POUFSOUFFLE ! ». Une valse d’applaudissement s’éleva alors de la table des jaunes et noirs pour le plus grand plaisir du jeune garçon. Toujours aussi souriant, il s’éloigna du Choixpeau, laissant sa place à un autre, pour se diriger vers sa nouvelle maison. Accueillit par les précédents répartis et par les anciens élèves, il serra quelques mains avant de se retourner vers la table des professeurs. Le regard pétillant, il ne quitta pas son sourire, pas plus que sa bonne humeur. Finalement sa mère avait raison. Tout se passait pour le mieux, il n’y avait pas lieu de s’inquiéter pour si peu.

Deuxième année, cours de métamorphose. Ted Tonks est déjà reconnu comme un des bons éléments de Poudlard, son inquiétude lié à ses origines moldues s’est vite envolée, lorsqu’il a réalisé qu’il était aussi doué que les autres lorsqu’il s’agissait de la magie. Ayant largement pris confiance en lui au cours de sa première année, il ne craint plus ce monde qui lui était auparavant inconnu. Au contraire, il y évolue avec aisance et sérénité. Toujours d’un naturel très calme et souriant, il n’a eu aucun mal à se faire des amis et à trouver sa place parmi les sorciers de Poudlard. Mais pour certains, il ne restait qu’un Sang de Bourbe, un né moldu, un parjure. Comme pour elle, par exemple. Andromeda Black. Le professeur McGonagall les avait mis ensemble pour effectuer un travail de métamorphose sur des animaux. Sans prendre la peine de se présenter la demoiselle s’installa et lui présenta le sort qu’elle pensait utiliser pour réaliser l’exercice. Pas impressionné par la demoiselle et encore par moins par son statut de sang pur, la réplique du jeune Tonks ne se fit pas attendre. « Bonjour Andromeda. Moi, c’est Ted. Je vais très bien, j’espère que toi aussi ». Sa voix douce et posée sembla un instant déstabiliser la serpentarde qui ne tarda pas à se reprendre. « Ouais. Tout va bien. C’est génial. Donc, je me doute que tu ne sais probablement pas ce que… » Elle le calculait à peine. Tout ça parce qu’il était né de parents moldus. Bien décidé à faire valoir ses origines et à les assumer, le blondinet poursuivit sur le ton de la conversation. « Ravi de l’apprendre. J’ai entendu dire que ta petite sœur allait rentrer l’année prochaine. Vous êtes donc trois, c’est ça ? Ou il y en a encore une après ? Personnellement, je n’ai pas… ». Son regard exprimait son agacement, elle était complètement fermée à ses tentatives de conversations. « Bon, tu veux bien arrêter ? » Ses idéaux étaient arrêtés à ce qu’on lui avait appris, mais il était temps que cela change. « Arrêter quoi ? D’avoir une conversation civilisée ? Parce que mes parents sont moldus, ça te perturbe à ce point que je sois plus évolué qu’un dindonneau ? ». Au long silence qui s’en suivit, Ted en conclu avec tristesse que c’était effectivement le fond de sa pensée. Sous prétexte que du sang de personnes moldues coulait dans ses veines, il devenait un moins que rien. Ses pommettes rosirent légèrement, avant qu’elle ne reprenne la parole, en axant cette fois son discours sur l’objet de l’exercice. Pour autant Ted n’en avait pas fini, elle ne voulait pas croire qu’il était aussi doué qu’elle, fort bien, il lui prouverait. Vera Verto, c’était de leur niveau mais tout les deux étaient capables de faire beaucoup mieux non ? Souriant toujours, il fit venir trois perroquets jusqu’à eux, avant de les métamorphoser en un splendide service aux couleurs tropicales. La jeune fille à la chevelure noire de jais s’empara alors d’une des pièces pour l’observer attentivement. « Impressionnant. ». Teddie haussa les épaules, sans grande conviction. A vrai dire, ce n’était pas impressionnant, elle le savait et lui aussi. « Non. Pas du tout. Et tu le sais. Tu te forces encore à croire que je suis sous-doué. ». Il devenait las de chercher à lui faire comprendre que le sang qui coulait dans leur veine n’était pas à l’origine de la puissance de leur pouvoir. Bien qu’elle essaya de protester, Tonks l’arrêta tout de suite. « Ose me dire non. Ose un peu me dire que tu aurais choisi un sortilège accessible à n’importe quel chimpanzé venu si tu avais été avec n’importe lequel du paquet de serpillières qui traînent dans ce cours ? Ose nier l’évidence, Andromeda Black. » Il n’était pas en colère, non il était triste. Triste de voir qu’une fille comme elle ne pouvait pas voir l’évidence, qu’elle se bornait à croire des idées d’un autre temps. La belle cligna des yeux sans doute surprise de voir que les Serpentards n’étaient pas aussi respectés que ce qu’elle pensait. Lorsque le blaireau confirma ses pensées, ses poings se serrèrent et ses yeux descendirent sur ses genoux. « Okay, petit Blaireau, que dirais-tu de transformer un miroir en oie ? ». Arborant un sourire des plus éclatants, Ted se laissa prendre au jeu. « Tu veux dire une surface réfléchissante qui pourrait très bien nous renvoyer nos sorts en pleine face s’ils ne sont pas envoyés par le bon angle avec la bonne intensité et provoquer des dégâts particulièrement désagréables ? » Elle était ambitieuse. « Des dégâts irrémédiables, indeed.  Et je ne te parle même pas de l’agressivité des oies magiquement créées… » Le sourire de Ted s’élargit encore un peu, illuminant son visage. « Ca, ça me plait… Par contre… Concernant le « petit blaireau »… Je suis plus grand que toi, Black, come on. » « A qui tu veux faire croire ça, Tonks ? ». Cet échange d’amabilité eut au moins le mérite de faire naître sur le visage de la Black un léger sourire. Ce n’était presque rien, il était à peine perceptible à vrai dire. Mais Ted l’aperçut. Tout n’était donc pas perdu.

***

L’ombre des flammes vacillaient sur les murs de pierre de Poudlard. Dans ce long couloir qui menait à la tour des Poufsouffles et à leur salle commune, le silence régnait. Pourtant bien caché, à l’abri des regards des curieux, deux élèves avaient décidé de braver les règles et le couvre feu imposé. Dissimulés derrière une alcôve et quelques sortilèges de protection, le duo Black/Tonks se partageait une bouteille de vin. Ted observait intensément la beauté subtile d’Andromeda. Depuis leur première rencontre beaucoup de chose avait changé. Entre eux, les choses étaient différentes, la confiance s’était installé, laissant place à de l’amitié, du respect mais aussi de l’amour. La Black but une longue gorgée de  vin avant de tendre la bouteille au blond qui l’imita. Il ne put retenir une remarque sur sa descente impressionnante. Qu’elle ne tarda pas à expliquer. Dans sa famille, les jeunes filles étaient habituées dès leur plus jeune âge à boire de l’alcool afin de pouvoir assister à des cocktails notamment. Le regard surpris, cette nouvelle fit réfléchir Ted plus qu’il ne l’aurait pensé. Caressant avec douceur la peau de sa belle, le jeune Poufsouffle laissait ses pensées vagabonder distraitement. Sentant le pouce de la douce dériver sur sa mâchoire, c’est presque avec surprise qu’il sentit ses lèvres s’emparer des siennes. Andromeda avait cette façon presque brutale d’exprimer ces sentiments. Elle avait mordu légèrement ses lèvres, mais il s’en foutait. A vrai dire, il aimait ça. Il aimait cette façon qu’elle avait de lui transmettre cette rage qui bouillonnait en elle. Elle était plus vivante que n’importe quel personne qu’il avait pu rencontrer jusqu’à présent. Et à travers ses gestes, sa fougue, il se sentait lui-même plus vivant. Ses mains parcoururent avec agilité et douceur son torse pour se frayer un chemin jusqu’à son ventre. Mais avant qu’elle ne puisse l’atteindre, Ted la stoppa. Doux mais ferme, il avait attrapé son poignet. Les questions qui étaient venues à son esprit avaient pris une forme telle qu’il ne pouvait pas faire semblant. Il devait lui en faire part. Et elle le sentait. « Il y a un… problème ? » Hésitant, il se demanda un instant, s’il devait bien lui faire part de ses inquiétudes… Baissant les yeux, il avoua malgré tout, à demi mot, que quelque chose le tracassait. « Ted… Dis-moi.» Sa voix était ferme, même si tout son corps était paralysé. Il pouvait le sentir, chacun de ses muscles étaient aussi tendus que possibles. « Tu ne me présenteras jamais à ta famille, hein ? » La tension qu’elle avait accumulée s’estompa d’un coup, alors qu’elle reculait contre le mur, en ramenant ses jambes contre elle. « Non, Ted. Non. » Il détourna le regard en l’écoutant. Avaient-ils vraiment une chance si sa famille ne voulait pas de lui ? « Cause… Cause you’re too… Too Good, Ted. Really too Good for them ». Elle s’était emparée brusquement de sa main, la serrant sans doute un peu trop. Pourtant il ne se dégagea pas. Laissant ses doigts se mêler aux siens, il ferma les yeux un bref instant. Pourquoi soudainement ses doutes s’emparait-il de lui ? Il n’avait jamais douté de son sang de ses origines… Rouvrant les yeux, il regard Andromeda et comprit. Ce n’était pas pour lui qu’il avait peur. C’était pour elle. Il ne voulait pas qu’elle renonce à tout pour lui. Expirant doucement, il laissa un instant le silence reprendre possession des lieux avant de reprendre. « Tu sais, il y a quelques temps beaucoup de moldus… Des moldus « marginaux » avaient une philosophie… Une espèce de mantra. Un signe reconnaissance. Une façon de se distinguer dans leur différence… Peace and Love. » Elle arqua un sourcil, sans doute surprise avant de répéter dans un murmure les mêmes mots.  « Peace and Love. »
   


CHAPTER III


 
Sortant de Poudlard avec les meilleures notes, les éloges de ses enseignants mais aussi une insigne de préfet preuve qu’il était un élève les plus responsable de sa promotion, c’est sans aucune difficultés que Ted Tonks a pu intégré le département de des catastrophes et accidents magiques. Ses nombreuses aptitudes magiques liées à ses connaissances du monde moldu lui ont permis de rapidement exceller dans son travail. Chargé de transmettre des informations du ministère aux sorciers vivants dans le monde non magique, il utilise mille et une méthode pour mener son boulot à bien. Usant bien entendu de son légendaire sourire mais aussi de son sang froid, il sait manipuler, trafiquer et créer comme bon lui semble. Épanoui dans son travail, il avait cependant du mal à gérer les frustrations de sa bien aimée depuis quelques temps. Andromeda avait été élevé pour être une parfaite femme au foyer et en ce sens elle se débrouillait sans doute bien mieux que Ted pour qui le qualificatif désorganisé était un euphémisme. Ses pensées tournoyaient dans l’esprit de l’ancien jaune et noir, alors qu’il admirait les courbes parfaitement dessiné de celle qu’il aimait. Sous la lumière de la lune, sa peau semblait encore plus pâle, plus scintillante, plus belle. Il pouvait lire en elle, ses doutes, ses craintes. Et il voulait que sa cesse. Il voulait qu’elle soit heureuse, libre. Pas emprisonné dans une prison dorée. Andomeda était fière, ambitieuse. Elle méritait mieux que la vie qu’elle avait eue jusqu’à présent. Tirant une longue bouffée de nicotine, il laissa la fumée bleue s’étendre hors de ses lèvres. « Tu n’es pas obligée d’être femme au foyer, tu sais. Je ne te demanderai jamais ça. ». Elle ouvrit de grands yeux avant de taper doucement sa baguette contre ses lèvres. Se crispant soudainement le jeune Tonks fut parcourut d’un frisson. Malgré les années à la côtoyer, il avait du mal à s’habituer au caractère plus qu’affirmé de la baguette de la serpentarde. « Tu pourrais travailler. Tu as toutes les compétences pour travailler au ministère. Autant que moi. Probablement plus. Elles ne se sont pas envolées après la cérémonie des diplômes à Poudlard… » Un sortilège lancé à la va vite fit s’envoler toutes ses affaires qui vinrent s’entasser en une pile nette. Haussant les sourcils, il comprit que cette aptitude à ranger, nettoyer, plier relevait plus du don que de l’entrainement chez elle. Mais il savait aussi que la belle était loin de se résumer à cela. Et il ne voulait pas qu’elle s’enferme dans ce cliché stupide qui avait été construit pour elle. « Tu as des relations. Tu sais parler plusieurs langues. Tu as l’habitude des milieux mondains… » Ses paroles ne semblaient pas l’atteindre, du moins, elle ne le laissait pas paraître. Pourtant, il le  savait, son esprit fonctionnait actuellement à cent à l’heure. « Tu pourrais travailler à la Coopération Magique Internationale… » Regardant toujours par la fenêtre, elle ne se tourna toujours pas, mais continuait cependant d’envoyer ses sorts. « Tu dis ça comme si je pouvais choisir de ne plus être une Black… ». Cette phrase lui arracha un sourire. Il n’y avait aucune conviction dans sa voix. Elle était persuadée que toute sa vie, elle resterait une Black, que c’était ancrée en elle. Mais elle avait tord. « Oui. » Son visage préoccupé pivota vers lui, affichant une mine d’incompréhension. Lorsqu’elle avait une idée en tête, il était délicat de lui faire voir les façons sous un autre angle, il était bien placé pour le savoir. « Là. Tout de suite. » Mais il était aussi bien placé que rien n’était impossible et que si quelqu’un pouvait lui faire voir les choses différemment c’était lui. « Tu peux choisir de devenir une Tonks. »

***

Passant une main dans sa tignasse blonde, le Tonks désespérait devant son propre bordel. Il n’avait jamais été organisé, ni maniaque. Le simple fait de devoir faire du rangement lui donnait mal au crâne. Ne prenant pas la peine de masquer un long bâillement, il n’entama donc pas le rangement qu’il était censer faire. Après le désordre ne le dérangeait pas plus que ça. A vrai dire, il se sentait même mieux dans un environnement désorganisé. Cela lui ressemblait plus et cela lui permettait de rester calme. Ted aimait vivre dans son désordre. Pourtant avec la présence d’un enfant à la maison, il devrait probablement s’habituer à ranger un peu plus, surtout si certains objets dangereux – tels que sa baguette par exemple – trainaient. Cependant, il était convaincu que cet effort serait vain puisque Dora ne se gênerait pour suivre l’exemple de son père et mettre un foutoir encore plus monstrueux sur son passage. Se glissant discrètement dans la chambre de sa fille, il laissa la porte entrouverte pour qu’un fin rayon de lumière puisse doucement éclairé la pièce. La petite dormait encore paisiblement. S’approchant doucement du berceau, il se pencha afin de mieux l’observer. Ce matin, elle arborait une tignasse blonde et un visage plutôt rond qui la faisait ressembler de manière frappante à Ted. Cependant, il savait pertinemment que cela ne durerait pas. D’ici une heure ou deux, elle aurait sans doute la peau mate et les yeux verts. Né avec la capacité de modifier son apparence à volonté la petite Nymphadora avait surpris tout le monde. Tout particulièrement son père qui avait bien du mal à se remettre de cette découverte. Sans doute parce qu’à cause du don de son enfant, on ne décelait pas nécessairement sa ressemblance avec ses parents. De ce fait Ted avait du mal à trouver sa place. Ou peut être était ce parce qu’il n’avait pas prévu qu’un enfant pointe le bout de son nez si vite après son mariage avec Dromeda. Dégageant une mèche de cheveux de sa fille, il l’observa ainsi pendant une bonne dizaine minutes. Il se retrouvait à être responsable de cette petite chose et c’était peut être cela qui l’inquiétait le plus finalement. La jeune Dora lâcha un éternuement qui fit virer ses cheveux au violet, avant d’ouvrir doucement les yeux. Ne lâchant pas des yeux le mobile qui tournait au dessus de sa tête, elle finit par se lasser des hippogriffes et se tourna alors vers son père. Un sourire éblouissant éclaira alors tout son visage, alors qu’elle s’agita dans tous les sens. « Okay, j’en déduis que t’es à l’étroit ici, viens par là ». S’emparant du poids plume, il l’accueillit dans ses bras avant de le conduire jusque dans la cuisine. Sachant qu’elle allait surement réclamer un encas, il l’installa dans sa chaise haute, sans réaliser que sa baguette trainait à sa portée. Occupé à lui chercher une compote, il se figea lorsqu’un éclair rouge lui effleura le bras. « Mais.. Qu’est… » Se retournant vivement, il crut un instant que sa chère et tendre épouse lui faisait une mauvaise blague, avant de comprendre qu’en réalité c’était Nymphadora qui s’était emparé de son arme favorite. « Putain de merde ».

Fort heureusement pour lui, Andromeda n’était pas là pour entendre ses poétiques paroles résonner à ses oreilles, sans quoi elle l’aurait déjà sermonnée. Restant un instant immobile, Ted craignait fortement que sa fille n’agite à nouveau sa baguette et que celle-ci ne fasse tout exploser. Levant doucement les mains vers elle, comme si elle était prête à le tuer, il tendit l’une d’entre elle vers elle. « Allez Dora, rends sa baguette à papa… ». Il n’eut pour réponse qu’une suite de babillage enfantin qu’il ne sut bien sur pas déchiffrer. Ravie d’avoir trouvé un nouveau joujou, Dora s’en donna à cœur en agitant de nouveau la baguette. Cette fois ci un rayon violet pris la direction d’une pile de vaisselle qui explosa sous l’effet du sortilège. S’étant baissé pour éviter le rayon de lumière, Teddie se releva prudemment, et lâcha un soupir. « Ta mère va me tuer quand elle va voir ça. T’imagine un peu, la porcelaine des Black réduite en bouilli… Bien joué chérie ! ». Tentant une nouvelle approche, il se jeta sur sa fille, sans pour autant réussir son coup, précoce la métamorphomage réussit à faire léviter son père dans les airs, ce qui sembla énormément l’amuser. « Pourquoi a-t-il fallut que tes parents soient tous les deux extrêmement doués en sortilèges ? ». Flottant en l’air, Edward entama alors une brasse dont il se souviendrait toujours pour se rapprocher de sa fille. Cependant le sortilège cessa brusquement, Dora n’étant pas assez puissante pour le maintenir plus longtemps et il s’écroula brutalement et bruyamment sur le sol, ce qui eut le mérite de faire rire aux éclats la gamine. Arrivé au plus prêt de sa fille, Ted se releva pour finir par enfin s’emparer de sa baguette qu’il rangea précieusement. « Allez fini de jouer ma belle ! » Certainement pas du même avis et ayant perdu son nouveau jouet, la petite fille décida alors de reprendre ses activités quotidienne et arbora fièrement une chevelure rose fushia digne d’une punck. Ses yeux devenus d’un noir profond faisait presque peur. « Je m’y habituerais jamais… » Soupirant, Ted finit par attraper le pot de compote et une cuillère pour nourrir sa fille. Il détestait utiliser la magie pour ses petites tâches quotidiennes. Il aimait prendre le temps de faire les choses de façon moldue afin de partager un instant de complicité à la chair de sa chair. Ne pas utiliser la magie auprès de Dora, c’était aussi un moyen pour lui de l’amener doucement à comprendre qu’elle n’était pas une sorcière de sang pur. Il voulait qu’elle sache, qu’elle respecte aussi ses origines moldus. C’était important pour lui. L’aidant à finir sa compote et à boire un peu de jus de fruit, il la débarbouilla rapidement. « Et voilà princesse. ». Une porte grinça, alors qu’une silhouette mince et svelte pénétra dans la cuisine. Aussi souriante que son père, Dora laissa sa mère l’embrasser sur le front. Celle-ci se retourna alors et resta un instant bouche bée face à l’était pitoyable de sa cuisine. « Ted je peux savoir ce qui s’est passé ? » Plantant son regard dans le sien, elle attendait visiblement une réponse. Edward se contenta de sourire tendrement à sa femme avant de prendre sa fille dans ses bras pour la conduire dans son petit parc. La vie était paisible, simple mais ne manquait certainement pas de rebondissement chez les Tonks.

Revenir en haut Aller en bas
profil
  
    avatar
Invité


Mar 2 Sep - 17:38

Aaroooooon
Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
profil
▪ messages : 894
▪ pseudo : A KIND OF MAGIC
▪ multinick : nope
▪ célébrité : Balem
▪ points : 0
▪ statut : sang pur
▪ âge : 31
▪ maison : gryffondor
▪ emploi : médicomage
▪ orientation : hétéro
▪ situation : moi je ne crois pas qu'il y ait de bonne ou de mauvaise situation...
▪ crédits : tumblr, me

▪ duels :
8 / 108 / 10
▪ potions :
9 / 109 / 10
▪ métamorphose :
5 / 105 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
0 / 100 / 10
▪ quidditch :
4 / 104 / 10
▪ divination :
5 / 105 / 10
  
    avataravatar
Fabian Prewett

0/500/27/V

Mar 2 Sep - 17:38

TEEEEEEEEEEED



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 766
▪ pseudo : vintage love.
▪ multinick : nope
▪ célébrité : scooby doo
▪ points : 0
▪ statut : sang pur
▪ âge : dix-sept ans
▪ maison : gryffondor
▪ année : septième année
▪ orientation : bisexuel aromantique
▪ situation : célibataire, duh
▪ crédits : @juice

▪ duels :
8 / 108 / 10
▪ potions :
6 / 106 / 10
▪ métamorphose :
10 / 1010 / 10
▪ legilimancie :
1 / 101 / 10
▪ occlumancie :
1 / 101 / 10
▪ quidditch :
4 / 104 / 10
▪ divination :
2 / 102 / 10
  
    avataravatar
The Grim

000

Mar 2 Sep - 17:40

beau-cousin


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
  
    avatar
Invité


Mar 2 Sep - 17:49




Bon, je t'ai déjà dit bienvenue en privé, mais on va pas chipoter, hein

J'te souhaite une fiche inspirée.
Revenir en haut Aller en bas
profil
  
    avatar
Invité


Mar 2 Sep - 17:55

TEEEEED
Bienvenue J'ai hâte de lire cette fiche !
Revenir en haut Aller en bas
profil
▪ messages : 683
▪ pseudo : KILLER QUEEN
▪ multinick : Aube Ergine
▪ célébrité : Kitty kitty bang bang
▪ points : 0
▪ statut : né-moldu
▪ âge : 17 ans
▪ maison : gryffondor
▪ année : septième année
▪ orientation : Miaousexuelle
▪ situation : Célibataire
▪ crédits : lux reterna ; taylor swift

▪ duels :
7 / 107 / 10
▪ potions :
10 / 1010 / 10
▪ métamorphose :
8 / 108 / 10
▪ legilimancie :
1 / 101 / 10
▪ occlumancie :
4 / 104 / 10
▪ quidditch :
1 / 101 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Tara Tatouille

000

Mar 2 Sep - 18:00

Officiellement bienvenuuuue

Je te souhaite une rédaction inspirée et n'hésite pas si tu as des questions


We're so young that we're on the road to ruin. We play dumb, but we know exactly what we're doing. We cry tears of mascara in the bathroom, honey, life is just a classroom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
  
    avatar
Invité


Mar 2 Sep - 18:11

Tu es faible !
Bienvenue aussi et puis tu es sexy
Revenir en haut Aller en bas
profil
  
    avatar
Invité


Mar 2 Sep - 18:19

le personnage + l'avatar
bienvenuuuuuue.
Revenir en haut Aller en bas
profil
  
    avatar
Invité


Mar 2 Sep - 19:51

Ophélia - Merci bien beaucoup !

Barty - OMG j'adore le fait que tu ais gardé Tennant

Siruis - BEAU COUSIN Réserves moi un lien ! Smile

MON AMOUR - Merci ma toute belle !

Calliope - Rose cette déesse ! Réserves moi un lien absolument j'adore c'tte nana !

Lily - Merci beaucoup, je n'hésiterai pas !

Alichou - Oui je sais T'es pas mal non plus

Fenrir - Je dois dire que j'adore aussi ton association perso + célébrité ! Merci !
Revenir en haut Aller en bas
profil
  
    avatar
Invité


Mar 2 Sep - 22:43

Bienvenuuue !
Revenir en haut Aller en bas
profil
▪ messages : 766
▪ pseudo : vintage love.
▪ multinick : nope
▪ célébrité : scooby doo
▪ points : 0
▪ statut : sang pur
▪ âge : dix-sept ans
▪ maison : gryffondor
▪ année : septième année
▪ orientation : bisexuel aromantique
▪ situation : célibataire, duh
▪ crédits : @juice

▪ duels :
8 / 108 / 10
▪ potions :
6 / 106 / 10
▪ métamorphose :
10 / 1010 / 10
▪ legilimancie :
1 / 101 / 10
▪ occlumancie :
1 / 101 / 10
▪ quidditch :
4 / 104 / 10
▪ divination :
2 / 102 / 10
  
    avataravatar
The Grim

000

Ven 5 Sep - 21:45

Ta femme aime ta fiche (et moi aussi btw) donc te voilà validé


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
  
    avatar
Invité


Ven 5 Sep - 21:53

J'ai ouie dire en effet
Merci pour la validation !
Revenir en haut Aller en bas
profil
  
    avatar
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 

Teddy Bear Ϟ N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Teddy Bear Ϟ N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas.
» N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser.
» Shanna, Carter & Juan + N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser.
» " N'oublies jamais que les autres ne sont pas toi, qu'ils sont différents, pire. ♪♫ " Tigrou & Plumy
» LILY ❝ easy as a kiss we'll find an answer.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ϟ FLOO POWDER-