top site
n'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum
Poudlard a besoin d'étudiants!
merci de privilégier les élèves aux adultes à l'inscription
intrigues
inscrivez-vous aux nouvelles intrigues ici & ici !

 :: WIZARDING WORLD :: londres moldu

 Toujours pur + Cissy

AuteurMessage
profil
▪ messages : 1546
▪ pseudo : Twisted Sunshine
▪ multinick : Achille, Atlas, Raed, Sirius
▪ célébrité : Eva Green
▪ points : 10
▪ statut : sang pur
▪ âge : 26 ans
▪ maison : serpentard
▪ emploi : main du destin
▪ orientation : dark-lord-sexuel
▪ situation : Mariée
▪ crédits : Schizophrenic

▪ duels :
10 / 1010 / 10
▪ potions :
3 / 103 / 10
▪ métamorphose :
4 / 104 / 10
▪ legilimancie :
3 / 103 / 10
▪ occlumancie :
7 / 107 / 10
▪ quidditch :
4 / 104 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Bellatrix Lestrange

50/1000/24/KB/V

Jeu 20 Aoû - 13:09

Bellatrix était étendue sur son lit. Ses cheveux noirs, denses, et souples s’étendaient sur ses draps blancs comme des racines viennent étouffer la lumière. Elle dessinait dans l’espace froid et terne de sa chambre des sortilèges silencieux. Un fin sourire s’étalait sur ses lèvres, doux, et pourtant légèrement terrifiant. Son regard bleu glaçant se dardait sur les flammes qui éructaient de sa baguette. Allongée sur son lit, elle le savait, les murs allaient lui manquer. C’était stupide. Elle n’avait jamais été particulièrement rattachée aux pierres, aux meubles. Mais elle connaissait ses murs. Ils l’avaient abritée, cachée, et soutenue. Ses soeurs allaient lui manquer, terriblement. Son coeur s’accéléra sensiblement lorsqu’un éclair de conscience la frappa. Elle ne serait plus là. Elle ne serait plus une barrière, entre ses soeurs et la colère de son père, l’intransigeance de sa mère. Elle ne serait plus là. Et elle était contente. Elle était contente de sortir de son écrin, de trouver sa place dans le monde, de pouvoir prendre ce qui lui revenait ainsi de droit. Elle était contente, mais était-ce possible qu’elle soit aussi terrifiée ? Un sentiment lourd et étouffant s’insinua en elle. La porte s’ouvrit à la volée, Bellatrix, agile et rapide se redressa immédiatement. « Vous auriez pu frapper père ! Je ne suis pas présentable ! » Elle avait remonté le draps sur elle, et désormais debout, elle affrontait le regard de son paternel avec toute la froideur dont elle était capable. Elle pu presque entendre les phalanges de son père se resserrer sur sa baguette. C’était un son qu’elle connaissait que trop bien. « Vous devriez être prête ! Tout le monde vous attends en bas ! Les Lestrange ne vont pas tarder à arriver ! Vous ne voudriez pas donner une mauvaise image de vous-même le jour de vos fiançailles ! » siffla-t-il. Elle aurait eu les yeux fermer qu’elle aurait tout de même pu deviner le lent mouvement de son père pour lever sa baguette. Sa réaction fut intuitive, presque animale. Sa baguette roula entre ses doigts fin, se leva, un sentiment brûlant de colère et de haine pulsa dans sa poitrine, un sortilège atteignit la main de son père qui hissa un bruit de surprise, d’horreur et peut être un peu de douleur alors que sa baguette résonnait dans un bruit sourd au sol. Les yeux de l’aînée Black brillèrent d’une fierté insolente, son sourire tordait désormais son visage en un rictus violent. Elle était forte, l’ainée Black, elle se tenait droite pour ce qu’elle méritait. Pourtant, si on observait encore le fond de ses pupilles, on pouvait saisir à travers ses Iris noirs incroyablement dilatés un résidu de peur panique. Elle ravala les tremblement de sa main et souffla « Vous ne voudriez pas donner votre fille en mariage avec plus de cicatrice qu’elle n’en a déjà ! Réjouissez vous, père, je fais un bon mariage, vous n’aurez bientôt plus à souffrir mon visage ! » Parce qu’elle était une souffrance, elle était violence. « Maintenant, veuillez m’excuser. Je dois me préparer. » Les mots étaient secs, sa voix légèrement vacillante tenait fermement contre son paternel. Elle était insolence, elle était force, elle était Bellatrix Black.

Elle sortit quelques minutes plus tard, apprêtée. Fiançailles ou non, Bellatrix n’était pas le genre de femme à perdre du temps devant sa garde robe ou son miroir. Elle avait lacé sur elle une robe noir, élégante, en dentelle, corsetée. Sa longue et lourde chevelure noire était retenue lâchement en chignon grace à sa baguette. Son visage était durement maquillé en noir, ce qui accentuait fortement le bleu de son regard, et le vice de son sourire. Elle se glissa souple et silencieuse dans le couloir jusqu’à croiser le regard paisible et pensif de sa jeune soeur Andromeda. Elle déposa un baiser doux de ses lèvres charnues sur la joue de sa soeur, glissant sa main dans ses lourds cheveux noirs. Elle attrapa la main de sa soeur et la guida silencieusement vers la pièce à vivre, transformée en véritable salle de réception. Elle entrelaça ses doigts avec ceux de sa soeur et pinça ses lèvres. Milles mots lui brûlaient les lèvres, milles doutes lui tordaient l’estomac lorsqu’elle regardait sa soeur. Elle avait vu la douceur dans son regard, elle avait vu l’horreur. Parfois elle se demandait jusqu’ou la haine de leur géniteur pourrait la pousser. Elle pourrait être sèche, elle pourrait la confronter. Elle l’avait fait à Poudlard, elle aurait pu continuer. Elle ne voyait plus l’intérêt. Elle ne pourrait plus la surveiller. Etait-ce naïf de se dire que peut importe la haine, Andromeda resterait toujours là pour elle, et qu’après toutes ses années, c’était la seule chose qui importait ? Elles étaient les soeurs Black. Elle trouva Narcissa en bas des escaliers, toute apprêtée, et véritablement ravissante. Narcissa savait de toute évidence plus se fondre dans le moule. Voilà au moins une soeur pour laquelle elle n’avait pas besoin de s’inquiéter. Elle tendit son autre main à sa soeur, et c’est à trois qu’elles approchèrent la famille Lestrange et la leur. Bellatrix gratifia son futur mari d’un sourire mutin sans se départir de la compagnie de ses soeurs. Les conversations fusèrent un moment, à lui donner le tournis, à la nourrir d’ennui. Elle sentit la main de sa plus jeune soeur tirer pour la sienne. Elle fit un sourire ennuyé à son audience avant de s’enfuir avec sa soeur. A l’abris, elle darda un regard inquiet sur sa jeune soeur. « Cissy ? Tout va bien ? » Elle remarqua en déglutissant que c’était sa propre main qui tremblait furieusement, son regard qui semblait être assaillit d’un toc nerveux. D’un coup de baguette elle ouvrit la fenêtre et s’assit sur le rebords. « Ca va passer ! Les discussions d’adulte m’ennuient  ! Que penses-tu de Rodolphus ? » demanda-t-elle pour éloigner le sujet d’elle. Rodolphus était bien, évidemment, il était pur, et elle le connaissait depuis des années. Il était assurément le gendre idéal. Il n’y avait même pas de question à se poser sur le sujet. Elle doutait que Narcissa ne fasse une réflexion différente de celle là.


sail with me into the dark
© alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 170
▪ pseudo : Virginie aka Aerin aka Niichan, pourquoi choisir ?
▪ multinick : Dymphna la blonde, et Cin ... le blond. #Originalité
▪ célébrité : Sarah Gadon
▪ points : 0
▪ statut : sang pur
▪ âge : 24 ans
▪ maison : serpentard
▪ orientation : Hétérosexuelle (enfin, Luciusexuelle pour être parfaitement honnête)
▪ situation : Mariée et fidèle à Lucius Malfoy
▪ crédits : fassylover (avatar) et darkparadise (sign)

▪ duels :
8 / 108 / 10
▪ potions :
6 / 106 / 10
▪ métamorphose :
5 / 105 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
9 / 109 / 10
▪ quidditch :
6 / 106 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Narcissa Malfoy

10/100/15

Lun 31 Aoû - 14:09

On ne pouvait jamais vraiment qualifier l’ambiance qui régnait au manoir Black de plaisante. Narcissa l’aurait volontiers qualifié d’austère, de froide, de stricte,  de digne, de pure, mais certainement pas de plaisante.  Cela faisait partie des sacrifices auxquelles il fallait consentir pour être Black, quand bien même personne n’ai jugé utile de lui demander son avis sur le sujet. Cette simple pensée était, de toute façon, grotesque : elle était une femme, elle n’avait pas d’avis à donner. Lorsqu’elle serait mariée, alors peut-être pourrait-elle glisser l’un ou l’autre mot à son mot, mais dans l’état actuel des choses, l’avis d’une fillette ne comptait clairement pas. De toute façon, là n’était pas véritablement la question. Assise devant la coiffeuse de sa chambre, elle arrangeait ses cheveux en une coiffure sophistiquée qui mettait en évidence son visage de porcelaine, quand bien même on pouvait lire au fond de ses yeux une once d’inquiétude s’immiscer dans les méandres de son esprit. Le fait était qu’aujourd’hui l’ambiance était encore plus particulière qu’à l’ordinaire ; aujourd’hui, Bellatrix se fiançait. Le plus ou moins heureux élu était Rodolphus Lestrange, un homme de leur condition, une union qui avait su ravir l’esprit de leur père. Bien sûr, Narcissa avait toujours été au courant du fait qu’il arriverait un jour où sa sœur aînée allait devoir quitter le manoir, et c’était probablement ce qu’il y avait de mieux pour elle, mais ces fiançailles rendaient ce jour encore plus proche, presque tangible. Narcissa était-elle prête à se faire un pareil changement ? Encore une fois, elle n’avait pas réellement le choix. C’était là le désagrément d’être la cadette, elle verrait Bellatrix, et en suite Andromeda, s’en aller pour fonder leurs propres familles, comme le souhaite les usages de vigueur dans les bonnes familles. Et un jour, la jeune sorcière qu’elle était se retrouverait seule en la compagnie de ses parents. Une perspective qui était loin de la réjouir, mais au moins, pensait-elle, ses aînées seraient loin des maltraitances que leur père leur infligeait à chaque mot de travers, chaque acte mal posé. Quant à elle, elle semblait être une si parfaite marionnette qu’elle était plus ou moins en sécurité. Du moins, elle l’espérait.

Un dernier détail, une dernière boucle à épingler, elle était fin prête. Elle sortit alors de sa chambre, refermant doucement la porte derrière elle. Dans le couloir, elle croisa Andromeda qui la gratifia d’un sourire. Probablement attendait-elle Bellatrix, elles étaient si proches toutes les deux. Narcissa hésita à rester en sa compagnie, afin d’accompagner elle aussi sa sœur aînée dans la pièce à vivre, mais cela n’était pas nécessaire. Plus encore, il était déjà tard, et il fallait une fille Black en bas, juste au cas où, juste pour faire bonne figure. Pour cela, la cadette était définitivement la mieux placée, tout le monde en conviendrait. C’était son rôle, celui qu’elle jouait inlassablement à chacune des réceptions données au manoir. Celle-ci n’échappait pas à la règle. Une fois en bas des escaliers, elle n’eut cependant pas bien longtemps à attendre avant de voir Bellatrix et Andromeda descendre à leur tour. Elles étaient si belles, semblaient si fortes, et Narcissa sourit à la simple idée de les avoir pour sœur. Ses doutes envolés, elle savait que quoiqu’il arrive, les sœurs Black resteraient inséparables. Pourquoi les choses changeraient-elles de toute façon ? Non, il n’y avait aucune inquiétude à se faire à ce sujet. Ni les Lestrange, ni personne d’autre ne parviendrait à s’immiscer entre elle. Doucement, elle attrapa la main de sa sœur aînée, serrant ses doigts entre les siens, avant de se diriger vers les Lestrange. Comme toujours, les filles de Cygnus et Druella Black savaient s’y prendre pour faire impression. Mais rien n’était trop beau pour les fiançailles de sa sœur, pensa Narcissa tandis que les conversations commençaient déjà à fuser dans la pièce.

Les choses auraient pu se passer sans encombre, elles auraient pu couler comme sur de l’eau, lorsque soudain, ses yeux se posèrent sur la main de son aînée. Elle tremblait. Un regard sur son visage lui indiqua qu’il valait probablement mieux éloigner Bellatrix de la foule, ne serait-ce qu’un instant, la laissait respirer un peu, loin de ces gens. Alors, elle s’approcha d’elle discrètement et l’attira en dehors de la pièce, là où elles pouvaient laisser tomber les masques et les faux semblants. « Cissy ? Tout va bien ? » La jeune sorcière n’eut pas le temps de répondre que son aînée comprit la raison pour laquelle Narcissa l’avait emmenée à l’écart, ce qui rassura en quelque sorte la jeune-fille : elle n’avait pas les mots d’Andromeda, ni sa douceur lorsqu’il s’agissait de calmer leur sœur. Elle n’avait rien à offrir d’autre que sa présence et un sourire qu’elle se voulait être rassurant. « Ca va passer ! Les discussions d’adulte m’ennuient ! Que penses-tu de Rodolphus ? » Cissy hocha la tête, avant de jeter un coup d’œil vers les invités. Ceux-ci étaient suffisamment loin pour qu’elles puissent discuter sans avoir à craindre d’être entendues. « Hum. Je ne sais pas trop » dit-elle enfin en haussant les épaules. Rodolphus Lestrange ne faisait pas partie des gens qu’elle se sentait en mesure d’apprécier un jour, mais il fallait également reconnaître que ces personnes se comptaient sur les doigts d’une main. Aussi lui était-il difficile de se prononcer sur le sujet. « Il m’a l’air tout à fait correct, mais je ne le connais pas suffisamment pour en dire plus » souffla-t-elle en s’approchant de la fenêtre ouverte, humant l’air frais qui s’engouffrait dans la pièce « Puis, l’essentiel, c’est qu’il te plaise, non ? » Un léger sourire se dessina sur ses lèvres alors qu’elle se tournait à nouveau vers sa sœur, plongeant son regard dans le sien. En dépit de tout ce que pouvaient en dire leurs parents, Cissy avait toujours énormément admiré Bellatrix, elle qui était si forte, si puissante, qui osait tenir tête à leur père alors que Cissy ne savait qu’obéir bien sagement. « Tu crois que … tu seras heureuse ? » finit-elle alors par lui demander, la question lui brûlant les lèvres depuis plusieurs heures, voire plusieurs jours. Depuis qu’elle avait appris pour les fiançailles de Bellatrix en vérité. C’était idiot quelque part, de croire encore au bonheur malgré leur situation ; elles n’étaient pas nées pour être heureuse, mais uniquement pour perpétrer la tradition. Pourtant, naïve, Narcissa voulait y croire, ne serait-ce qu’un peu. Et surtout, elle voulait que sa sœur goutte à la joie et à l’allégresse, elle qui avait déjà tant souffert de leur éducation.


Come what may
○ someone asked me to describe home, and i started talking about your hair and the sound of your voice, and how your skin feels and the softness of your lips until i realized they had expected to hear a place.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 1546
▪ pseudo : Twisted Sunshine
▪ multinick : Achille, Atlas, Raed, Sirius
▪ célébrité : Eva Green
▪ points : 10
▪ statut : sang pur
▪ âge : 26 ans
▪ maison : serpentard
▪ emploi : main du destin
▪ orientation : dark-lord-sexuel
▪ situation : Mariée
▪ crédits : Schizophrenic

▪ duels :
10 / 1010 / 10
▪ potions :
3 / 103 / 10
▪ métamorphose :
4 / 104 / 10
▪ legilimancie :
3 / 103 / 10
▪ occlumancie :
7 / 107 / 10
▪ quidditch :
4 / 104 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Bellatrix Lestrange

50/1000/24/KB/V

Lun 7 Sep - 14:15

Le bonheur était une notion particulièrement absurde pour Bellatrix. Elle n’était guère capable de dire à quoi ce sentiment ressemblait, et elle avait arrêté de le chercher il y a bien longtemps. Elle ne se souvenait pas particulièrement d’avoir même un jour été une gamine suffisamment naïve au point d’espérer être heureuse. Le bonheur c’était pour les autres. C’était l’une des seules leçons qu’elle avait appris de ses parents. Le bonheur, c’était un sentiment futile et fragile auquel se raccrochait ceux qui n’avaient rien, les pauvres de pouvoir et d’esprit. Eux, ils avaient tout, ils n’avaient par conséquent, pas besoin de bonheur. Oh, elle n’était peut être pas suffisamment stupide pour croire à ses sornettes. Peut être y avait-elle cru, un moment, puis elle avait finit par être lucide, ou par être suffisamment rebelle pour comprendre que ce n’était qu’une excuses qu’employait ses parents pour être abusifs envers elles. Il n’empêchait qu’elle savait, quelque part, qu’ils avaient raisons. Elle n’aurait pas le droit au bonheur. Non pas parce qu’elle avait tout et qu’elle n’en avait pas besoin, mais parce que sa condition - qu’elle chérissait temps, quoiqu’elle puisse penser de ses parents - lui donnait des devoirs, et que ses devoirs étaient trop exigeant pour coexister avec le bonheur. Ne pas être heureux n’impliquait pas nécessairement qu’elle était malheureuse en revanche. Elle était à mi-chemin, à chercher un équilibre savant entre les deux. Elle suivait déjà une quête. Sa soeur était peut être trop jeune pour comprendre, sa douce et tendre soeur. Si elle n’avait jamais eu trop besoin de protéger Narcissa, c’est simplement parce que la petite dernière savait rester dans les rangs. Elle avait un visage d’ange et des cheveux de princesse, son regard était doux et droit, son sourire affable mais présent. Elle était, depuis son plus jeune âge, l’incarnation de tout ce que ses parents souhaitaient d’une femme. Bellatrix aurait pu lui en vouloir, elle ne le faisait pas, c’était pour le mieux. Bellatrix était lucide - parfois c’était possible - et elle savait que l’écart d’âge qu’elle avait avec sa soeur, l’empêcherait de la protéger pleinement comme elle l’avait fait avec Andromeda. Elle serait mariée avant que Narcissa atteigne pleinement l’adolescence, et il valait mieux qu’elle puisse se défendre toute seule face aux parents. La petite dernière avait donc su passer entre les gouttes toute seule. Tant mieux, elle en aurait besoin une fois que l’aînée ne sera plus dans les parages pour prendre sur son dos toute la rage et la déception.

Bellatrix n’allait pas mentir, elle était aussi excitée que terrifiée de partir de la maison. Elle avait rêvé de ce jour là toute sa vie. Cela marquerait un jour nouveau dans sa vie, un jour de liberté. Elle attendait ça avec impatience. En même temps cela signifiait quitter le manoir familiale, et par dessus tout quitter ses soeurs. Au fond, elle avait peur d’être sans Andromeda. Les années les avaient doucement éloignées, et elle ne voulait pas perdre sa soeur. Elle ne saurait pas perdre sa soeur. Si elle voulait être lucide - et sur ce point là, elle ne le voulait pas - elle avait besoin d’Andromeda comme d’après elle Andromeda avait besoin d’elle. Malgré leur deux ans d’écart, elles avaient souvent agis comme des jumelles, Andromeda savait calmer Bellatrix, Bellatrix protégeait Andromeda mieux que quiconque. Elle ne voulait pas priver sa petite soeur de la protection qu’elle lui avait toujours apporter. Elle n’était pas sûr que son nouveau mari puisse remplacer en tout point sa jeune soeur. Mais peut importe les peurs, et les rêves, elle était là. Ce n’était plus qu’une question de temps et elle partirait de la maison.

Il avait soudainement fait trop chaud dans la pièce. Elle avait sentit un tic tac nerveux dans sa tête qui s’était exprimé dans un tremblement dans le bout de ses doigts. Elle avait pris la tangente. Elle aurait du attraper Andromeda. C’était toujours ce qu’elle faisait dans ces cas là. Pourtant, elle l’avait vu à l’autre bout de la pièce, et faisant mine d’aller au plus court, elle avait préféré la compagnie de Narcissa. En vérité, elle était de plus en plus inquiète pour Andromeda, et si elle devait quitter le manoir, elle voulait être sûr que quelqu’un garderait un oeil sur elle à sa place. Elle ne voulait pas en mettre trop sur les épaules de la petite dernière, mais peut être que c’était un petit service qu’elle pouvait lui demander. En attendant, il fallait tout de même qu’elle se calme et qu’elle prenne soin de rassurer la petite blondinette qui avait appris à craindre les crises de la brunette. Lancer le sujet sur le futur mariage lui avait paru être une bonne idée. C’était de toute façon le sujet du moment, et lorsqu’elles n’en parlaient pas, le sujet leur brûlait surement la langue. Rodolphus était un bon parti, et il était en toute honnêteté un beau garçon. Bellatrix n’avait pas à se plaindre, il était surtout son ami depuis de nombreuse année. Il n’empêchait qu’elle voulait l’avis de sa soeur. Même s’il ne comptait pas vraiment et que ce qui était fait était fait, il comptait pour elle. En même temps, elle savait aussi qu’elle n’obtiendrait jamais un avis vraiment franc et négatif de sa jeune soeur, mais bon, il fallait détourner le sujet de ses tremblements. Elle eut un sourire amusé quand à la réponse de sa soeur. Qu’il lui plaise, c’était une idée bien stupide, en réalité ce n’était même pas la question. Il l’avait demandé en mariage, elle n’avait franchement pas beaucoup plus d’option, et comme elle l’avait dit plus tôt, il avait l’air tout à fait correct. Elle s’entendait bien avec lui, elle avait scellé les fiançailles. Elle ne s’était pas demandé s’il lui plaisait parce que ce n’était pas réellement la question. Il n’y avait pas beaucoup de sang-pur qui pourrait la supporter, et Rodolphus faisait attention à elle, il lui laisserait sa liberté. « Disons ça comme ça. » souffla-t-elle dans un sourire en passant une main dans les cheveux blonds de sa soeur. Narcissa était mignonne et intelligente, mais parfois incroyablement naïve. La question du bonheur ne la suprit guère, mais la fit doucement rire. « Je serais libre. » répondit-elle à la place. Il était inutile de lui briser maintenant son idée du mariage. Si elle voulait rêver à son bonheur, elle pouvait le faire, elle ne l’espérait plus, cela n’avait plus d’importance. « Et je penses que Rodolphus m’aime bien. » Elle tourna la tête vers la salle et croisa le regard de son futur époux, elle lui lança un sourire amusé. Oui, il l’aimait bien. Peut être que c’était l’essentiel, et peut être que ça lui suffirait. Elle aimait ses soeurs, quelque part, cela lui suffisait aussi. « Je penses que ça suffit non ? »


sail with me into the dark
© alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 170
▪ pseudo : Virginie aka Aerin aka Niichan, pourquoi choisir ?
▪ multinick : Dymphna la blonde, et Cin ... le blond. #Originalité
▪ célébrité : Sarah Gadon
▪ points : 0
▪ statut : sang pur
▪ âge : 24 ans
▪ maison : serpentard
▪ orientation : Hétérosexuelle (enfin, Luciusexuelle pour être parfaitement honnête)
▪ situation : Mariée et fidèle à Lucius Malfoy
▪ crédits : fassylover (avatar) et darkparadise (sign)

▪ duels :
8 / 108 / 10
▪ potions :
6 / 106 / 10
▪ métamorphose :
5 / 105 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
9 / 109 / 10
▪ quidditch :
6 / 106 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Narcissa Malfoy

10/100/15

Dim 27 Déc - 19:56

Narcissa avait parfois l’impression de coller au stéréotype de la petite dernière : douce, naïve, nourrissant des espoirs que ses aînées avaient laissé tomber depuis fort longtemps. Pourtant, elle ne l’était pas. Du moins, pas comme on pourrait se l’imaginer. Si le bonheur existait, quelque part, elle savait qu’il n’était pas pour eux. Il n’y avait jamais eu la moindre trace de bonheur dans le manoir où ils avaient grandi. Mais cela ne l’avait pas empêché d’y passer de bons moments, entourée de ses soeurs. Ce qu’elle souhaitait au final, c’était que Bellatrix puisse également avoir de bons moments avec son futur mari. Et si cela pouvait soulager leur fardeau, ce ne serait déjà pas si mal. Après si, Bella quitterait la maison. Elle s’éloignerait de ce père cruel. De ce père dangereux. De ce père sans-amour. Elle pourrait oublier cette mère froide. Cette mère exigeante. Et quant à Narcissa et à Andromeda … elles seraient toujours là. La distance n’y changerait rien, elles seraient toujours présentes pour leur aînée, c’était tout ce qui comptait. « Disons ça comme ça. » Si la réponse satisfaisait la plus jeune des Black ? Disons ça comme ça. Mais Narcissa était d’une rare exigence. Pas à la manière de Druella Black, si froide, si hautaine, et si dure. Non. D’une façon bien plus déguisée, distinguée, et qui seyait tellement mieux à la jeune-fille. Aussi, pensa-t-il, il lui serait impossible d’épouser un homme qui ne lui plaisait pas. Par cela, elle entendait bien sûr : un homme qu’elle ne jugerait pas digne d’elle. Car Narcissa avait beau être une femme, et elle avait beau avoir scellé l’échec de son père qui désirait tant avoir un héritier, elle avait néanmoins foi en sa valeur. Une certitude qu’il ne faisait pas bon d’affirmer dans le cercle très fermé des Black, mais qu’elle cultivait en silence, à Poudlard entre autre. Être un bon parti ne suffirait pas à avoir sa main. Avoir un nom qui semblait octroyer tous les droits ne suffirait pas non plus. Pas plus qu’avoir le sang plus pur qu’une rivière de diamants. L’homme qui la comblerait allait devoir jouer de finesse et d’intelligence pour pouvoir un jour prétendre à l’épouser. Un homme comme Lucius Malfoy, par exemple. Mais cela bien sûr, elle le gardait pour elle.

« Je serais libre. » La réponse de Bellatrix ne surprit pas la cadette. La liberté. En voilà un, de mot. Et s’il sonnait bien, Narcissa ignorait s’il avait une réelle valeur en ce bas monde. Aussi contint-elle une légère moue, priant pour que sa sœur ne déchante pas une fois l’anneau au doigt. De toute manière, elles étaient si différentes, toutes les deux. L’esprit de Bellatrix était vif, sauvage, insaisissable. Leur père avait tenté, tant bien que mal, de le brider, mais n’y était jamais parvenu. Alors, oui, peut-être qu’elle serait libre. Car elle se moquait des conventions, car personne n’aurait plus jamais rien à lui dire. Son mari, à la rigueur, et encore, Cissy doutait fortement que Rodolphus soit suffisamment idiot que pour s’y risquer. Pour Narcissa, les choses étaient bien différentes. Elle réfléchissait trop, se posait trop de questions, calculait chaque acte quel posait. Pourrait-elle jamais être libre ? Elle l’ignorait. Peut-être était-ce aussi pour cela qu’elle aspirait au bonheur, à défaut de liberté. « Et je pense que Rodolphus m’aime bien. » La jeune Black ne put retenir un sourire rassuré en entendant sa sœur dire cela. Voilà qui avait au moins le mérite de faire légèrement remonter Rodolphus dans son estime. Car si elle ne doutait pas un seul instant de la valeur de sa grande sœur, la jeune-fille avait réellement craint qu’elle peine à trouver un époux. Heureusement, ce n’était pas le cas, et Cissy s’en trouvait rassurée. En aucun cas car elle pensait Bellatrix incapable de s’occuper d’elle-même, mais plutôt car elle ne voulait pas que sa sœur, aussi forte et indépendante soit-elle, soit déshonorée par le célibat. Foutus conventions sociales. Mais grâce au ciel, ce n’était pas le cas. « Je penses que ça suffit non ? » À son tour, Narcissa jeta un regard discret en direction du fils Lestrange, le jugeant un instant, avant de reporter son attention sur sa sœur. « Je suppose que oui » admit-elle. Elle le pensait, en partie du moins. Elle savait en tout cas que Bellatrix n’avait pas besoin de plus. Elle allait quitter le manoir, et c’était probablement tout ce qui comptait pour elle. Encore une fois, elles étaient si différentes… Mais si Narcissa imaginait l’horreur qu’avait vécu Bellatrix, elle ne pouvait guère le comprendre, elle qui avait toujours été si lisses, si conformes aux souhaits de leurs parents. Elle eut alors un petit rire à la fois triste et cristallin « Cela va me faire bizarre de ne plus te voir à la maison … » Elle avait toujours su que ce jour viendrait, bien entendu. Le jour où Andromeda quitterait la maison viendrait lui aussi. Elle était la plus jeune, elle serait donc, en toute logique, la dernière à quitter le nid. Elle l’avait toujours su, et l’avait accepté depuis longtemps. Elle ne pouvait pourtant s’empêcher de ressentir un pincement au cœur en imaginant le manoir vide de la présence de sa sœur lors de leur vacances. D’autant plus qu’elle ne la verrait plus non plus à Poudlard, l’aînée en ayant terminé avec l’école. Peut-être qu’au final, Cissy n’y était pas aussi bien préparée qu’elle aurait dû l’être. Peut-être que, et d’une façon un peu égoïste, elle avait pensé avoir le temps de se faire à l’absence de son aînée avant que celle-ci ne trouve un fiancé. Et si elle était, malgré tout, heureuse pour elle, elle s’interrogeait quant à comment serait sa vie à présent « Je pourrai venir te voir durant les vacances ? » demanda-t-elle alors, comme une petite sœur demande une faveur à son aînée, comme elle ne voulait pas tout à fait laisser Bellatrix s’en aller. C’était enfantin, mais Narcissa l’assumait pleinement. C’était cela qu’être la petite dernière.


Come what may
○ someone asked me to describe home, and i started talking about your hair and the sound of your voice, and how your skin feels and the softness of your lips until i realized they had expected to hear a place.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 1546
▪ pseudo : Twisted Sunshine
▪ multinick : Achille, Atlas, Raed, Sirius
▪ célébrité : Eva Green
▪ points : 10
▪ statut : sang pur
▪ âge : 26 ans
▪ maison : serpentard
▪ emploi : main du destin
▪ orientation : dark-lord-sexuel
▪ situation : Mariée
▪ crédits : Schizophrenic

▪ duels :
10 / 1010 / 10
▪ potions :
3 / 103 / 10
▪ métamorphose :
4 / 104 / 10
▪ legilimancie :
3 / 103 / 10
▪ occlumancie :
7 / 107 / 10
▪ quidditch :
4 / 104 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Bellatrix Lestrange

50/1000/24/KB/V

Jeu 7 Jan - 0:05

Est-ce que Bellatrix était heureuse de se marier ? Sur le principe pas particulièrement. Elle n’avait jamais voulu une vie classique de femme pot de fleur au bras d’un riche sang-pur. Elle ne voulait pas être sa mère. Elle ne voulait pas être sa tante. Elle ne voulait pas être une plante fanée et mal dans sa peau. Elle voyait sa mère, et elle avait envie de vomir devant tant d’aigreur. Elle ne supportait pas de la voir si tirée à quatre épingle, si insupportable et si morne. Elle était polie, et alors ? Tant de politesse et de manière la rendait malade. Elle ne comptait pas être soumise et n’était surement pas bonne à marié. Mais elle savait depuis longtemps que cela serait une étape obligatoire de sa vie. Et si elle avait presque résolument bafoué un certain nombre d’ordre et de tradition familiale, elle n’avait jamais compté effrontément défier celui-ci. Elle ne comptait pas faire honte à la famille Black, et elle tenait tout de même à perpétuer le noble sang Black. Et bien que ça ne l’enchante guère, elle savait que cela passait par un mariage réussit. Elle n’avait néanmoins, rien essayé de précipité et n’y avait pas particulièrement mis du sien pour se trouver un mari. Depuis longtemps elle s’était résigner à épouser la personne que son père lui désignerait. Elle se foutait bien de qui cela pourrait être, du moment qu’il avait une apparence correcte et un nom qui lui plaisait. Elle savait que si son futur mari ne se pliait pas à ses exigences, elle s’arrangerait pour le faire plier. Et il y avait un moment qu’elle ne s’inquiétait plus du sujet. Elle avait donc étrangement été agréablement surprise de recevoir une demande en mariage de son ami Rodolphus Lestrange. Certain pourrait dire que ce n’était guère étonnant, mais Bellatrix avait si peu son coeur au mariage qu’elle n’y avait simplement pas pensé. C’était néanmoins très arrangeant. Rodolphus avait un bon nom, et un physique qu’elle jugeait extrêmement avantageux. Elle le connaissait depuis des années, et si elle était bien incapable de parler d’amour, elle pouvait au moins dire qu’elle le respectait et par moment l’appréciait même sincèrement. C’était plus que ce qu’elle n’avait jamais espéré d’un mariage. Et elle serait sans doute une femme moins terrible que ce qu’elle avait compté être. Car il était sur que lorsque la brune avait décidé de rendre la vie infernale à quelqu’un, elle y arrivait très bien. Avec l’âge, son mauvais caractère c’était sans aucun doute empiré, et il ne fallait pas la croiser du mauvais pied. Depuis qu’elle avait eu dix sept ans, le comportement de ses parents avaient d’ailleurs doucement changé à mesure que Bellatrix avait répondu aux attaques qu’ils faisaient sur elle.

Enfin, dans l’échelle de bonheur de Bellatrix, on pouvait presque dire qu’elle était aux anges. Elle avait un mari qui lui… convenait, et sur lequel elle n’aurait pas trop de travail à faire. Elle allait enfin quitter le foyer familiale, et n’aurait plus à subir les mauvais traitement de ses parents, et elle en avait finit avec Poudlard. Le monde s’ouvrait à elle, et elle était sûre d’être capable de le dominer. Elle serait amené à faire de grande chose, ce n’était qu’une question de temps. En attendant, elle profitait de sa fête de fiançailles pour passer du temps avec sa dernière soeur. Ce qui n’était surement pas ce qui était attendu d’elle, mais elle n’en faisait qu’à sa tête de toute manière. Elle préférait largement discuter avec Narcissa, et s’amusait doucement de la naïveté de sa jeune soeur. Non, ce n’était pas de la naïveté. Parce qu’il était évident qu’aucune des soeurs Black ne possédait encore une once d’innocence. Mais Narcissa avait en elle quelque chose de doux et de traditionnel. Cela aurait agacé Bellatrix avec n’importe qui d’autre, mais elle aimait sincèrement sa petite soeur, et elle avait appris à l’aimer ainsi. Elle parvenait même à trouver ses remarques touchante, à défaut d’adorable. Mais c’était juste une histoire d’adjectif faisant parti de son vocabulaire ou non. Elle se surprenait à vouloir le mieux pour sa soeur et a espérer qu’elle obtienne encore mieux qu’elle. Après tout, le petit ange blond le méritait. Elle n’était pas caractériel ou insupportable. Mais si Bellatrix ne montrait aucun entrain particulier quand à son futur époux, qu’elle qualifiait au mieux de suffisant, elle ne cachait pas son enthousiasme à l’idée d’être libre. La liberté était pourtant un bien grand mot, et surtout un bien gros mots dans la bouche d’un sang-pur. On apprenait à penser sans, et on savait qu’on serait toujours sous les ordres de quelqu’un. Mais c’était une tradition que Bellatrix jugeait stupide. La pureté du sang, le respect, et la suprématie des sang-purs, très bien, elle ferait ce qu’il fallait pour la conserver. Mais il était inutile d’être tout puissant si c’était pour rester dans un carcan si serré que l’on ne pouvait absolument rien faire. Elle était donc plus qu’aux anges de pouvoir réduire ce carcan en bouillit et de voler de ses propres ailes. Même si c’était surement une vision idéalisé des choses, et que la liberté était quelque chose de tout à fait relatif. Cependant, en entendant la réponse de sa soeur, elle ressentit soudainement une pointe de culpabilité à l’idée de quitter la maison et de laisser ses deux soeurs avec ses parents. Elle avait mis tant d’énergie à les protéger au fil des années, même si Narcissa n’avait jamais eu besoin de trop d’aide étant surement la chouchoute des parents, elle peinait à se dire qu’il n’y aurait plus personne pour veiller sur ses soeurs. Elle souffla doucement « J’aurais aimé te dire que je reviendrais souvent, mais il est probable que sauf obligation familiale… » Elle aurait pu mentir, mais une fois qu’elle serait en dehors du manoir, elle savait bien qu’elle ne voudrait plus y retourner. Elle avait peu de raison d’y retourner, et même si elle adorait ses soeurs, ce n’était peut être pas assez pour risquer de croiser ses parents. Et puis ses soeurs étaient à Poudlard la plus part du temps. Elle sourit à la question de sa soeur et lui passa une main presque tendre dans les cheveux « Whenever you want. I’ll ask Rodolphus a room for you and Andie. » Une femme normal aurait demandé si c’était possible, envisageable. Bellatrix savait la réalité des choses, ils auraient un manoir trop grand pour eux, et si elle voulait attribué une chambre à ses soeurs, elle le ferait.


sail with me into the dark
© alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 170
▪ pseudo : Virginie aka Aerin aka Niichan, pourquoi choisir ?
▪ multinick : Dymphna la blonde, et Cin ... le blond. #Originalité
▪ célébrité : Sarah Gadon
▪ points : 0
▪ statut : sang pur
▪ âge : 24 ans
▪ maison : serpentard
▪ orientation : Hétérosexuelle (enfin, Luciusexuelle pour être parfaitement honnête)
▪ situation : Mariée et fidèle à Lucius Malfoy
▪ crédits : fassylover (avatar) et darkparadise (sign)

▪ duels :
8 / 108 / 10
▪ potions :
6 / 106 / 10
▪ métamorphose :
5 / 105 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
9 / 109 / 10
▪ quidditch :
6 / 106 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Narcissa Malfoy

10/100/15

Mer 30 Mar - 21:53

Narcissa imaginait souvent ce que serait sa vie en dehors du manoir. Comment aurait-elle vécu si, par exemple, elle était née dans une autre famille ? Chez les Longbottoms par exemple, voire même dans une famille qui n’avait rien de pure. Aurait-elle été plus heureuse ? Une petite voix lui soufflait que oui, et à chaque fois, elle s’en voulait. Elle s’en voulait de penser cela, de se dire que les choses auraient été mieux si elle n’avait pas été Black. Elle devait être fière de sa famille, de son sang, c’était ce qu’elle avait de plus précieux. Puis, de toute façon, c’était insensé. Comment aurait-elle pu être heureuse loin de ses sœurs ? Chacune était un fragment de l’autre, et séparées, elles ne pouvaient être complètes. Enfin, elle n’aurait jamais connu Lucius si elle n’avait pas été fille Black. Enfin, peut-être l’aurait-elle connu, mais ils ne se seraient en tout cas jamais fréquentés. Et comment l’aurait-elle épousé, s’ils ne se fréquentaient pas ? Alors, à la place, elle préférait imaginer sa vie après, une fois qu’elle aurait quitté les murs de ce manoir bien trop froid. Elle prendra le nom Malfoy, c’était déjà décidé, et elle en était parfaitement satisfaite. Et elle vivra dans un manoir bien plus grand, bien plus beau, bien plus luxueux, dont elle sera la seule maitresse. Ses chimères, bien sûr, s’accompagnent le plus souvent d’enfants, d’adorables têtes blondes qu’elle aimerait, et ce peu importe leur sexe. Elle rêvait d’ailleurs d’avoir une fille qui serait comme elle, une enfant qu’elle chérirait de tout son cœur, qu’elle prendrait tant de plaisir à coiffer et à habiller. Et si elle avait un garçon, elle pouvait déjà imaginer ce dernier jouer au grand en emprunter des affaires à son père. Oui, le tableau lui plaisait. Bien sûr, en plus de cela, elle serait respectée partout où elle irait dans la société sorcière britannique. Mais ce qui lui plaisait le plus était, au fond, de se dire qu’elle serait libre également, au moins d’une certaine manière. Cissy n’était pas du genre à se débarrasser des conventions sociales, à n’en faire qu’à sa tête, mais elle se complaisait parfaitement à les respecter. Dans la sphère privée en revanche, plus personne ne pourrait lui tenir rigueur de son comportement. Il ne tenait qu’à elle de parler fort, de rire aux éclats, ou de marcher pieds nus, des petits plaisirs bien trop banaux aux yeux de ceux qui y ont droit. Elle n’entendrait plus ses parents hurler sur ses sœurs sur diverses raisons, et elle ne craindrait plus faire la moindre erreur, elle ne craindrait plus le courroux de la famille Black. Oui, plus que quelques années, et cette liberté si désirée serait enfin sienne, ce n’était plus qu’une question de patience à présent. En plus d’être la raison qui lui faisait tenir bon, c’était aussi la raison pour laquelle la jeune fille était, en un sens, heureuse pour Bellatrix. Des trois sœurs, elle était sans doute celle dont la liberté avait été le plus bridé par leur père, celle qui s’était le plus battu contre ce dernier. Cissy n’avait jamais réellement enduré les coups, ni les sorts. Enfant modèle, elle n’avait ni à fuir la colère de son père ni à subir les sermons de sa mère. Bella ne pouvait en dire autant, elle qui était la bête noire de leurs parents. Elle avait à présent bien mérité de pouvoir vivre pleinement sa vie.

La cadette des Black n’était pas sotte, elle se doutait bien qu’une fois loin du manoir familiale, sa grande sœur n’y mettrait pour ainsi dire plus les pieds. Aussi ne fut-elle pas surprise lorsque cette dernière lui répondit « J’aurais aimé te dire que je reviendrais souvent, mais il est probable que sauf obligation familiale… » Cissy hocha la tête, un vague sourire sur les lèvres, de ceux qui signifiaient je sais. En même temps, pourquoi Bellatrix reviendrait-elle ? Elle n’aurait rien à y gagner, que du contraire. Qui plus est, la plupart du temps, ses deux jeunes sœurs seraient à Poudlard, là où aucun danger ne pouvait les menacer. Il n’y avait dès lors aucune inquiétude à avoir, n’est-ce pas ? Non, elles iraient toutes les trois bien, et le mariage de l’aînée n’y changerait rien. Seul le manque risquait, par moment de s’installer, mais Bellatrix trouva bien vite une solution « Whenever you want. I’ll ask Rodolphus a room for you and Andie. » Un franc sourire vint illuminer le visage de Narcissa comme celle-ci sauta littéralement au cou de son aînée pour la serrer dans ses bras. Oh, elle ne s’était pas attendu à cela, même si c’était dans la logique des choses tant elles étaient unies toutes les trois. Mais cela signifiait sans doute plus qu’elle n’était prête à l’admettre pour la plus jeune des sœurs. Quand elle se recula quelques instants plus tard, un léger rire s’échappa de sa gorge « Tu es bien sûre de toi ? » lui demanda-t-elle des étoiles dans les yeux. Oh, elle ne voulait pas trop imaginer que sa sœur puisse se rétracter, pas alors qu’elle venait de lui promettre le plus beau des cadeaux. Mais Bella n’était pas comme ça, ou en tout cas, pas avec elle « On sera toujours fourrée chez toi » poursuivit-elle. Oh, elle pouvait imaginer la scène d’ici, les trois sœurs toujours aussi soudées, et Rodolphus en train de pester dans un coin. Après tout, il n’avait pas signé pour ça, mais tant pis pour lui, Cissy se préoccupait bien peu de son avis de toute façon. « Tu ne parviendras plus à nous faire partir, même si tu en as envie ! » La vérité était que tant Narcissa qu’Andromeda ne pourraient pas aller et venir comme bon leur semblait. Le problème n’était pas Bellatrix, mais bien leurs parents, qui critiqueraient sans doute l’idée. Il n’était pas certain, après tout, que ce soit du meilleur goût de pour ainsi dire vivre chez la plus âgée des sœurs. Comment la société verrait-elle cela ? Au plus profond de son cœur, Narcissa s’en moquait, elle voulait simplement, et pour une fois, caresser ce rêver du bout du doigt.


Come what may
○ someone asked me to describe home, and i started talking about your hair and the sound of your voice, and how your skin feels and the softness of your lips until i realized they had expected to hear a place.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 1546
▪ pseudo : Twisted Sunshine
▪ multinick : Achille, Atlas, Raed, Sirius
▪ célébrité : Eva Green
▪ points : 10
▪ statut : sang pur
▪ âge : 26 ans
▪ maison : serpentard
▪ emploi : main du destin
▪ orientation : dark-lord-sexuel
▪ situation : Mariée
▪ crédits : Schizophrenic

▪ duels :
10 / 1010 / 10
▪ potions :
3 / 103 / 10
▪ métamorphose :
4 / 104 / 10
▪ legilimancie :
3 / 103 / 10
▪ occlumancie :
7 / 107 / 10
▪ quidditch :
4 / 104 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Bellatrix Lestrange

50/1000/24/KB/V

Lun 18 Avr - 1:20



Une chose était sure, Bellatrix n’avait jamais été une gamine très aimante. Elle avait toujours eu légèrement cassé sur ce sujet. Ou alors on aurait pu dire qu’elle ressemblait beaucoup à leur mère. Elle nierait fermement ce fait, ayant une dent toute particulière contre ses géniteurs. Quoiqu’il en soit, Bellatrix avait toujours été une gamine sombre. Affable et absolument pas tendre, on lui avait fait remarqué toute sa scolarité qu’elle était désagréable, et qu’il était presque impossible de s’entendre avec elle. Il fallait dire qu’elle n’aimait personne, et qu’elle triait vraiment ses fréquentations sur le volet. Et c’était ça, des fréquentations, on ne l’avait jamais vu avoir d’inclination de tendresse pour quiconque. Même pour son futur mari à qui on la fiançait aujourd’hui. Tout le monde pouvait être témoin, il était surement la personne dont elle était la plus proche à Poudlard, mais de la à parler de tendresse, il y avait un monde, et il était encore plus aberrant de parler d’amour. Non les seules personnes auxquelles elles semblaient tenir était ses soeurs, et elle avait pour elles une forme toute particulièrement intense d’affection. On allait pas se mentir, pour parti, cela tenait du devoir. Bellatrix plaçait la famille au dessus de tout. Et si elle avait été poussé à détester ses parents, elle n’avait jamais renié l’attachement qu’elle avait pour ses soeurs. Elle les avait même protégée de l’invasion parentale. Elle était l’aînée, la gardienne, la protectrice, le bouclier. Elle était le fort et le phare. Elle avait pris son rôle à coeur, et elle s’était attaché à ses petits être, au point de créer une certaine dépendance qu’elle ne s’avouerait surement pas. La noirceur et la folie qu’elle avait pour tout le monde, elle l’avait surement pour ses soeurs aussi, mais elle la canalisait. Elle avait aussi une douceur qui sortait sous cette force. Elle réfrénait beaucoup de sa noirceur et ressentait un besoin quasiment maternelle de s’occuper de ses soeurs.

Abandonner en si bon chemin était pour elle une réelle souffrance. Elle était pourtant d’une certaine manière, heureuse de se marier, heureuse de partir de la maison, heureuse d’accomplir une part de son devoir de sang-pur. Mais elle avait un sentiment d’échec et d’abandon dans le fait de laisser ses soeurs derrière elle. C’était complètement absurde, parce qu’elle savait bien qu’elle ne pouvait pas les emmener avec elle. Mais c’était une pensée qu’elle ne pouvait pas sortir de sa tête. Et à chaque fois qu’elle regardait Rodolphus, elle voyait à la fois toutes les grandes choses qu’elle pourrait accomplir à ses côtés, la liberté qu’elle allait soudainement acquérir, mais aussi le faite qu’elle ne verrait presque plus ses soeurs. Et là ou elle ressentait une certaine tristesse à l’idée de laisser Narcissa, c’était une véritable angoisse lorsqu’elle pensait à Andromeda. Les scenarios les plus terribles s’enchaînaient dans sa tête et elle avait peur que cette erreur de sa part leur soit fatale à toutes les deux pour toujours. La question de Narcissa lui semblait en sommes, ridicule. La blondinette savait bien évidement ce qu’elles représentaient toutes les deux pour elle, et elles ne devaient pas avoir besoin de déclaration. D’ailleurs elles ne risquaient pas d’avoir de déclaration. Car quand bien même elles étaient les personnes les plus importantes de la vie de Bellatrix, la jeune femme n’en demeurait pas moins très avares sur les mots. Elle offrit tout de même un sourire plutôt amusé. « Ne soit pas idiote » répondit-elle même, avec une certaine tendresse, fourrageant sa main dans les cheveux de sa petite soeur et défaisant l’ordre si méticuleusement établit dans l’idée de plaire à leur père. « Tu sais bien que vous êtes, et serez toujours les bienvenues chez moi. » souffla-t-elle doucement, comme si elle ne voulait pas que cela s’ébruite trop que Bellatrix Lestrange avait un coeur après tout. « Et suffisamment tôt, vous aurez vos propres vies vous aussi… vous n’aurez plus envie de vivre chez moi de vous même. » Elle en était quelque part intimement persuadé. Surtout pour Narcissa, elle devait avouer que le cas d’Andromeda l’inquiétait plus, ce n’était pas pour rien que l’idée de l’abandonner derrière elle l’angoissait si particulièrement. « On restera aussi proche qu’avant. » souffla-t-elle presque comme pour se rassurer elle même dans le processus. « Il n’y a pas de raison. » articula-t-elle à peine tout en regardant au loin à travers la salle, observant le profils arrogant de son fiancé. Non, il n’y avait pas vraiment de raison. Elles étaient les soeurs Black avant tout, rien ne pourrait changer cela. « Black avant tout le reste. » sourit-elle.


sail with me into the dark
© alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 170
▪ pseudo : Virginie aka Aerin aka Niichan, pourquoi choisir ?
▪ multinick : Dymphna la blonde, et Cin ... le blond. #Originalité
▪ célébrité : Sarah Gadon
▪ points : 0
▪ statut : sang pur
▪ âge : 24 ans
▪ maison : serpentard
▪ orientation : Hétérosexuelle (enfin, Luciusexuelle pour être parfaitement honnête)
▪ situation : Mariée et fidèle à Lucius Malfoy
▪ crédits : fassylover (avatar) et darkparadise (sign)

▪ duels :
8 / 108 / 10
▪ potions :
6 / 106 / 10
▪ métamorphose :
5 / 105 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
9 / 109 / 10
▪ quidditch :
6 / 106 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Narcissa Malfoy

10/100/15

Sam 23 Juil - 23:19

Les sœurs Black … C’était toute une affaire que les sœurs Black. Elles étaient si proches, si liées, malgré leurs différences. Après tout, Narcissa et Bellatrix n’étaient-elles pas diamétralement opposées ? Rien qu’à les regarder, cela se voyait. L’une, pâle et virginale, l’autre sombre et dangereuse. Cependant, elles partageaient à peu de choses près les mêmes aspirations : elles voulaient être de dignes représentantes de leur famille, faire honneur à leur rang, et ce malgré les critiques et les véhémences rencontrées. Comment pourrait comprendre le commun des mortels ? Il ne le pouvait pas, il était loin en dessous d’elles. Pourtant, dans l’intimité de leur sororité, elles n’étaient rien que des jeunes filles qui avaient besoin l’une de l’autre. Peut-être Narcissa avait-elle même plus besoin de ses sœurs que l’inverse ? Difficile à dire. Disons surtout qu’elle avait peur pour elles, des chemins qu’elles pourraient emprunter. Si Bellatrix ne risquait pas de s’éloigner du chemin tout tracé pour elle, elle était bien capable de se mettre inutilement en danger pour d’autres raisons. Quant à Andromeda … C’était encore une autre affaire, et de ses deux aînées, elle était celle qui inquiétait le plus Narcissa.

« Ne soit pas idiote » Cissy retint un petit rire – idiot justement – comme sa grande sœur défaisait ses cheveux, la coiffure qu’elle avait si soigneusement réalisé. Oh, si ça ne tenait qu’à elle, ses cheveux reposeraient librement sur ses épaules, mais tout était fait pour qu’elle convienne à son père, pour qu’il oublie ne serait-ce que quelques instants qu’il n’aurait jamais de fils, que son dernier espoir s’était envolé avec la naissance de sa cadette. Oui, il lui en fallait des efforts pour être une fille modèle, à défaut d’être le fils espéré. « Tu sais bien que vous êtes, et serez toujours les bienvenues chez moi. » À présent que Bellatrix le disait, cela sonnait presque comme une évidence, et Cissy sentit un poids s’envoler de sa poitrine. Oui, les Black seraient à tout jamais une famille, et c’était tout ce qui importait réellement en cet instant. « Et suffisamment tôt, vous aurez vos propres vies vous aussi… vous n’aurez plus envie de vivre chez moi de vous même. » Dans trois ans, la jeune-fille allait quitter Poudlard à son tour. On aurait sans doute pu se demander ce qu’il allait advenir d’elle ensuite : elle était brillante, parfaitement éduquée, une instruction sans faille, elle pourrait sans soucis intégrer le ministère. Pourtant, si bien elle que ses sœurs savaient qu’il ne serait rien. Après sa dernière année, Narcissa épousera Lucius Malfoy, et sera une parfaite dame du monde, ni plus ni moins. Cependant, elle ne pouvait s’empêcher de se faire du souci pour Andy, et jeta un coup d’œil à cette dernière qui était mêlée parmi les invités. « On restera aussi proche qu’avant. Il n’y a pas de raison. » Cissy reposa son attention sur Bella, et arbora un grand sourire. Il ne servait à rien de s’inquiéter, sa sœur avait raison : il n’y avait pas de raison pour qu’il en soi autrement. « Black avant tout le reste. » Narcissa hocha vivement la tête, sans se départir de son sourire avant de tendrement attraper les mains de sa sœur entre les siennes « Et fous seraient ceux qui tenteraient de nous séparer » ajouta-t-elle de la malice dans le regard. Cissy n’était pas la plus dangereuse des trois, mais cela ne faisait pas d’elle une enfant inoffensive : elle comptait bien défendre sa famille bec et ongles contre les malotrus qui tenteraient de s’y attaquer. Elle protégerait cet équilibre si fragile qui lui avait permis de grandir à peu près sereinement.

Finalement, son regard se perdit à nouveau dans la foule pour accrocher la chevelure noire de sa deuxième sœur. Elle finit par lâcher un peu distraitement « Andy est la prochaine je suppose ? » Elle était censée l’être, en tout cas. Ce serait un déshonneur pour la brune que de se marier après sa plus jeune sœur, alors si Cissy devait attendre, elle attendrait, cela ne lui posait pas problème. Leur père, cependant, ne l’entendrait sûrement pas de cette oreille. « Tu crois qu’elle épousera qui ? » Ce n’était pas vraiment une question, un prétexte aux hypothèses, Cissy était sincèrement préoccupée. N’avait-elle pas vu ce né-moldu tourner autour de sa précieuse sœur ? Et si … Non. Non, Andromeda allait épouser quelqu’un de son rang, quelqu’un qui la méritait. Dans un an, il se donnerait dans cette pièce le même genre de cérémonie, et Andromeda se tiendrait aux côtés de son fiancé – pourquoi par un Fawley ? Ou un Urquart ? – belle et élégante comme à son habitude. Oui, c’était préférable de se dire ça. Mais Cissy ne put retenir un petit soupir « J’espère que tout se passera bien une fois que tu seras partie … » Elle ne voulait bien sûr pas faire de soucis à sa sœur, pas alors qu’elle allait se marrier mais … mais sans doute avait-elle besoin d’être rassurée, d’entendre Bellatrix lui dire que tout irait bien. Après tout, elle était bien plus proche d’Andy que ne l’était Narcissa.


Come what may
○ someone asked me to describe home, and i started talking about your hair and the sound of your voice, and how your skin feels and the softness of your lips until i realized they had expected to hear a place.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 1546
▪ pseudo : Twisted Sunshine
▪ multinick : Achille, Atlas, Raed, Sirius
▪ célébrité : Eva Green
▪ points : 10
▪ statut : sang pur
▪ âge : 26 ans
▪ maison : serpentard
▪ emploi : main du destin
▪ orientation : dark-lord-sexuel
▪ situation : Mariée
▪ crédits : Schizophrenic

▪ duels :
10 / 1010 / 10
▪ potions :
3 / 103 / 10
▪ métamorphose :
4 / 104 / 10
▪ legilimancie :
3 / 103 / 10
▪ occlumancie :
7 / 107 / 10
▪ quidditch :
4 / 104 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Bellatrix Lestrange

50/1000/24/KB/V

Lun 8 Aoû - 15:56


Dans le monde sorcier, les soeurs Black étaient une institution. Déjà simplement parce qu’elles étaient toutes les trois la pureté incarnée. Elle était les filles d’une très grande famille de sang-pur, l’une de celle à qui on ne peut rien refusé. Elles avaient l’héritage d’année de mariage co-sanguin, bien que ça, elles ne s’en vantaient qu’à moitié, pas avec ces mots là, c’était certain. Mais plus que leur héritage, et leur famille, les soeurs Black étaient un trio indétrônables. Elles étaient toutes les trois d’une beauté étonnante mais immanquable. Bellatrix, l’aînée, avait la beauté qui seyait à la folie. Elle avait été découpée dans l’acier le plus pur, elle avait les émeraudes les plus purs à la place des pupilles. Elle avait une beauté dangereuse, mais indéniable. Elle avait une beauté terrifiante, et intimidante. Elle avait la beauté de la noblesse. Elle avait la beauté de celle qui s’en fou. Bellatrix savait être sublime d’ignorance de ses propres attraits, parce qu’elle plaçait sa force comme principal atout. Andromeda, la benjamine, ressemblait en beaucoup de point à sa soeur. Sa beauté découlait du même acier, et des mêmes pierres précieuses. Mais là, ou la beauté de sa soeur était taillée par la folie, celle d’Andromeda était adoucie par une certaine gentillesse. Andromeda était loin de manquer de force, mais elle avait une dévotion pure et une ouverture d’esprit qui la rendait aussi magnifique que fragile. Il y avait sans aucun doute une faille dans la beauté d’Andromeda. Une faille qui la rendait brillante. Narcissa, la cadette, avait la beauté qui était plus particulière de la branche Rosier. Elle avait les traits sophistiquées de la France de sa mère. Elle avait la force et le maintient qui seyaient aux grandes dames et qui tenaient du génie. Elle avait la blondeur, qui physiquement, la rendait inoffensive en comparaison de ses soeurs. C’était la son plus grand atouts, sa plus belle force. Oui, les soeurs Black étaient une institution. Elles étaient les bijoux des sang-purs. Celles qui feraient les plus beaux mariages, ou ne ferait pas.

Bien sûr, dans les faits, c’était plus compliqué que ça. La beauté et l’ascendance ne faisait pas tout. Et cela faisait longtemps que les parents savaient qu’il ne serait pas si facile de marié Bellatrix. S’ils avaient été si difficile avec elle, c’était dans l’espoir de la faire rentrer dans le rang, et de lui permettre d’épouser n’importe quel sang-pur digne de ce nom. Parce qu’aussi belle qu’elle fut, Bellatrix était dangereuse, imprévisible, et folle. Elle était de ses femmes qui terrorisent, de ses femmes qui dominent. Elle n’était pas de ses femmes qui épousent et se rangent, elle n’était pas de ses femmes qui écoutent. Elle était de celle qui méprisent et qui brisent. Elle était violente et impitoyable. Et il n’y avait qu’une faible quantité d’homme de son rang qui pouvaient prétendre la supporter. C’était sans doute pour ceci que ses parents n’avaient pas chercher à la forcer dans un mariage. C’était sans doute pour ceci que ses parents avaient accepter l’alliance avec les Lestrange. Bien que la famille Lestrange soit déjà dans une certaine disgrâce du monde politique à cause de leur extrémisme. La famille Lestrange était sans doute la seule qui pourrait supporter le tempérament désastreux de l’ainée Black. Il n’empêchait, que même si Bellatrix était plus que ravie de son mariage à venir - Après tout elle côtoyait Rodolphus depuis des années à Poudlard, et ils avaient été amis depuis le premier jour. Elle connaissait la dévotion sans faille de son futur mari à son égard. Elle savait aussi qu’ils avaient les mêmes idéaux - ses parents espéraient beaucoup des mariages à venir de leur deux autres filles. Bellatrix en était consciente, Andromeda en était consciente, même la jeune Narcissa en était consciente. Après tout, en plus de la famille Lestrange, toute la société sang-pur avait été invité aux fiançailles et c’était aussi l’occasion de présenter les deux plus petites, et de montrer qu’il y avait encore deux très bon partis dans cette famille Black.

Bref, il n’y avait pas de doute, le trio Black était quelque chose d’immuable. Elles se tiendraient toujours la main, coûte que coûte, et l’on ne pourra pas parler de l’une sans parler des autres. Elles auraient beau perdre leur nom de famille pour celui de leurs époux. Elles seront Black avant tout. Bellatrix était heureuse de voir que Narcissa voyait les choses comme elle. Parce qu’elle avait beaucoup donné à ses soeurs, et au fond, elle s’attendait à recevoir la pareil, un jour, surement. Ses soeurs lui avaient beaucoup donné aussi. Mais elles avaient encore de nombreuses et magnifiques années à vivre. Et s’il y a une chose que Bellatrix ne voulait pas, c’est que son mariage soit la fin de tout ça. Cependant, elle devait l’avouer, Bellatrix n’était pas sur que l’avenir soit aussi radieux pour toutes les soeurs Black. Si c’était clairement son voeux le plus cher, elle craignait un peu ce qui pouvait se passer. Lorsqu’elle regardait sa soeur, Narcissa, elle ne voyait que du bon, elle pouvait dormir sur ses deux oreilles. Mais lorsqu’elle regardait - et lorsqu’on parlait d’Andromeda, Bellatrix n’était plus aussi sur. Oh, elle voulait y croire, mais on ne pouvait pas accuser Bellatrix d’être naïve. Et elle avait bien vu ce qui se tramait à Poudlard lors de sa dernière année. Elle se pinça la lèvre, et tourna son regard sur sa soeur. Elle était tendu désormais, et c’était rarement une bonne chose. « Rodolphus a un petit frère, s’il faut. » elle souffla d’une voix assez sec. Elle ne pouvait guère être complètement optimiste. Mais elle se refusait à être négatif. Après tout, c’était de sa soeur qu’on parlait. Et le trio Black était impénétrable. « Elle ne nous fera pas honte. » Ce n’était pas une assurance, c’était une sorte de promesse. Elle y veillerait. « Nous y veillerons, n’est-ce pas ? » elle se retourna à nouveau vers Cissy, pour s’assurer qu’elles étaient sur la même longueur d’onde. « Tu l’as surveilleras, à Poudlard, et tu me diras. » C’était autant une demande qu’un ordre, Bellatrix ne voulait pas perdre sa soeur. Bellatrix ne pouvait pas perdre sa soeur. Elle en avait besoin. « Je ferais le reste. » et si elle devait tuer cet abrutis de Tonks pour ça, elle le ferait. « Tout ira bien. »


sail with me into the dark
© alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
  
    avatar
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 

Toujours pur + Cissy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
» Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ϟ FLOO POWDER-