top site
n'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum
Poudlard a besoin d'étudiants!
merci de privilégier les élèves aux adultes à l'inscription
intrigues
inscrivez-vous aux nouvelles intrigues ici & ici !

 :: LUMOS :: the sorting hat :: fiches refusées

 (moony) tu te demandes si tu es une bête féroce ou bien un saint

AuteurMessage
profil
  
    avatar
Invité


Lun 14 Mar - 18:54

remus john lupin

ϟ Âge : dix-huit ans
ϟ Nationalité : anglais
ϟ Métier : actuellement serveur
ϟ Ancienne maison : gryffondor
ϟ Affiliation : ordre du phénix
ϟ Sang : sang-mêlé

ϟ Avatar : luke newberry

Baguette : Décrivez ici votre baguette magique. Cela passe évidemment par la taille, le bois et la contenance, mais également tout anecdote à son sujet.

Miroir du Riséd : Décrivez ici ce que votre personnage verrait s'il faisait face au miroir. Autrement dit, quel est son désir le plus profond ?

Épouvantard : Décrivez ici la plus grande peur de votre personnage, celle en laquelle un épouvantard pourrait se transformer.

Amortentia : Décrivez ici les odeurs (généralement trois) que sentirait votre personnage en présence d'Amortentia, et à quoi ou qui ces odeurs sont associées, ainsi que leur importance pour votre personnage.

Compétences magiques
Chaque sorcier commence le jeu avec 40 points de compétences magiques, à disposer comme il le souhaite entre les différentes compétences listées ci-dessous. Ces points pourront influencer le jeu, et il est possible d'améliorer chaque compétence au fur et à mesure du jeu. Vous trouverez ici un guide des compétences magiques pour vous aiguiller un peu sur leur impact in RP et vous permettre de mieux les attribuer.

Duels : .../10
Potions : .../10
Métamorphose : .../10
Sortilèges : .../10
Légilimancie : .../10
Occlumancie : .../10
Quidditch : .../10
Divination : .../10

ϟ Pseudo/prénom : ... ϟ Âge : ... ϟ Fréquence de connexion : ... ϟ Ce personnage est : inventé/un scénario/un post vacant ϟ Où nous avez-vous connu : ... ϟ Le mot de la fin : ...
Revenir en haut Aller en bas
profil
  
    avatar
Invité


Lun 14 Mar - 18:55

hogwarts: a history




« YOU CUT YOUR TEETH ON THE LACK OF ANSWERS, WELL I’VE BLED WORDS ONTO A PAGE FOR YOU »
♫ ♫ ♫



Il n’avait strictement rien demandé. Vous me direz que lorsqu’il nous arrive des emmerdes, cela nous tombe sur la gueule comme une merde de pigeon, une crotte que nous n’aurions certainement pas réclamée. C’est faux. Parfois, il y en a que cela amuse de titiller les embrouilles, d’aller chercher la limite du malheur. Mais cela n’avait pas été son cas. Comment cela aurait-il pu puisqu’il n’était encore qu’un bébé ? Cela aurait pu être une belle histoire. Oui, elle avait commencé par une belle rencontre fortuite, celles que l’on aime et que l’on retrouve généralement dans les contes de fée à l’eau de rose : un destin hasardeux, une séduction maladroite, et la concrétisation d’un amour par des larmes de joie suite à la naissance du petit Remus John Lupin. Malheureusement, et c’est un fait bien connu sinon la fable serait bien plate et monotone, tout conte de fée a sa part d’ombre, et celle-ci n’était pas des moindres, et chacun s’en serait bien passé.

Bien sûr Lyall n’avait aucunement voulu causer de tort à quiconque. Bien sûr, il n’avait fait que son devoir, son travail, ce qui lui avait semblé juste. Toutefois il avait manqué d’un tact absolu avec sa franchise parfois maladroite ou mal placée, et avait très certainement vexée la pire des personnes sur qui il aurait pu tomber. Un nom qui résonnera à jamais dans la tête de la famille Lupin, leur provoquant respectivement des sentiments de terreur, de dégoût, de haine, de regret et de désespoir ; Fenrir Greyback.

Certaines personnes se métamorphosent ; sorcières, moldues, personnes tout à fait normales, et créatures magiques. Oui, effectivement, dans certaines circonstances, une personne que l’on pensait connaître par cœur peut changer du tout au tout à tel point que nous avons l’impression d’avoir une personne entièrement différente en face de nous. Mais parfois, oui parfois, même lorsque certaines personnes se transforment, elles arrivent à garder tout leur esprit. Heureusement me direz-vous, mais malheureusement pas dans ce cas-là…

C’était un de ces soirs qui semblaient des plus banal, peut-être à la petite exception de la pleine lune qui brillait de mille feux, dont les rayons réussissaient même à passer les nuages qui se baladaient quiètement dans le ciel noir. Le petit Remus commençait à tomber de fatigue, bien qu’il essayait, d’une manière qu’il aurait voulu bien plus discrète, ses bâillement répétitifs. Après tout dans quelques jours à peine on allait fêter ses cinq ans, et les grands garçons – oui, parce qu’évidemment c’est ce qu’il allait enfin devenir ! – se couchent bien plus tard que cela. Mais ses parents, amusés gentiment par son pitoyable jeu d’acteur, et donc pas dupes pour un sous, décidèrent qu’il était grand temps qu’il aille au lit. L’un le prit dans ses bras pour le monter dans sa chambre, pendant l’autre que faisait chauffer un bol de lait. Enfin ensevelit sous sa chaude couverture de plumes, le petit Remus riait doucereusement à l’histoire inventée que sa mère Hope lui contait avec sa douce voix berçante, les paupières du jeune homme à moitié fermées, se battant pour rester à moitié ouvertes, déjà tout endormi. Qui des Lupin aurait pu prévoir que cette agréable et routinière nuit allait tourner au cauchemar, et devenir le tournant décisif de toute leur vie future ? Qui des deux parents aimants plus que tout leur petit enfant aurait pu imaginer que les rires allègres allaient bientôt être remplacés par des cris et des pleurs quasiment incessants ?
Lumière éteinte, respiration profonde de Remus, porte de sa chambre légèrement entrouverte pour entendre si jamais ce dernier se réveillait au milieu de la nuit – ce qui était à priori assez improbable parce qu’il avait tendance à dormir comme un bébé, le sommeil très profond –, Lyall et Hope étaient redescendus dans la salle de séjour, vaquer à leurs occupations respectives ; le premier s’affairait à ses dossiers que le département de la régulation et des contrôles des créatures magiques lui avait confiés, et la seconde s’occuper des papiers rébarbatifs des assurances de ses clients. Tous deux concentrés, ils n’entendirent guère la bête gravir les murs en pierre de la maisonnée, se servant de son agilité et sa discrétion de canidé. De la même manière, la créature entrouvrit la fenêtre de la chambre du petit garçon endormi, juste assez pour pouvoir s’y introduire sans aucun problème. Un cri strident d’enfant retentit alors quelques minutes plus tard à peine dans toute la maison, et le sang des Lupin se glaça instantanément. Ce fut Lyall qui déboula le premier dans la chambre de son fils, le souffle court, le teint totalement livide, pour y découvrir Remus inanimé sur le parquet, du sang coulant à flot de sa jugulaire, tout de suite ingurgitée par un loup difforme et apparemment assoiffé. Le cri suivant provint de derrière le sorcier, et Hope se couvrit immédiatement la bouche, horrifiée par la situation. Le loup-garou, dérangé dans ses affaires,  leva le regard mauvais vers les nouveaux venus, une lueur de démence et de haine dans les yeux, en plus d’un sourire satanique et presque moqueur. Alors le sang de Lyall ne fit qu’un tour dans tout son corps, et il lui jeta le sort d’experlliarball de toute la puissance dont il était capable. Le cognard eut raison du monstre, s’évadant d’un seul bond vif et habile ; pendant que la mère meurtrie au plus profond de son être se précipita sur son fils pour le prendre dans ses bras, toujours inconscient, à la frontière de la vie et de la mort. Aucun des deux ne réussit à dormir cette affreuse soirée là. Le reste de la nuit se résuma à un père désespéré qui lança un nombre incalculable de sorts sur son pauvre petit fils pour le maintenir en vie et d’essayer de le soigner de la maladie qu’il savait qui allait se propager très vite dans ses veines. Néanmoins, et évidemment, toute cette histoire se termina – bien que ce n’était que le triste début –  à Sainte Mangouste, où les médecins furent incapables de faire plus que le père avait déjà fait. Lyall Lupin, qui avait affirmé, quelques semaines plus tôt, que les loups-garous étaient des créatures dépourvues d’âme, se retrouvait maintenant avec un fils qui était devenue une créature magique qu’il méprisait…





« IF WE’RE LOOKING OUT ON THE DAY OF ANOTHER DREAM, IF YOU CAN’T GET WHAT YOU WANT THEN YOU COME WITH ME »
♫ ♫ ♫



Six ans à présent que l’incident tragique s’était déroulé, néanmoins les choses ne s’étaient guère arrangées avec le temps, au contraire cette vie qui promettait d’être heureuse n’était devenue que souffrance. Rationnellement, l’événement tant redouté n’advenait qu’une seule fois par mois – bien que les jours qui précédaient et succédaient la pleine lune étaient tout aussi pénibles et difficiles –, toutefois, émotivement, c’était une douleur de toute une vie entière qui ne s’estomperait pas. Être spectateur, voir, entendre, savoir que son fils se transforme en une bête monstrueuse douze fois par an, sans aucune exception, et être dans l’incapacité la plus totale d’agir, mise à part l’enfermer dans la cave pour s’assurer qu’il ne blessera personne, ainsi que soigner, le lendemain, ses plaies béantes qu’il s’est pourvues lui-même. Mais surtout, oh oui par dessus tout, savoir tacitement, mais jamais, oh non ô grand jamais, sans en parler ouvertement, qu’il ne pourrait malheureusement jamais avoir une vie normale, celle qu’il méritait. En effet, au bout de tant d’épreuves de plus en plus douloureuses à gérer, après tant de regrets et de culpabilités, on n’ose même plus espérer. Jusqu’au jour où, sorti de nulle part, l’un des plus grands mages de l’époque vienne toquer à votre porte.

Le grand, prestigieux, majestueux mais surtout légendaire Albus Dumbledore débarqua en toute simplicité en transplanant dans la petite campagne où habitaient les Lupin depuis de nombreuses années, toujours superbement symbolisé par sa chevelure et barbe argentées, sa robe de sorcier violette, et ses lunettes en demie lune posée sur son nez. Un léger sourire doux et bienveillant imperceptible sur ses fines lèvres, il remonta sa manche et frappa doucereusement à la porte de Lyall et Hope Lupin, comme s’il venait rendre visite à des amis de longue date. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’en ouvrant sa simple porte en bois le chef de famille tomba nez à nez avec le directeur de Poudlard, la célèbre école de sorcellerie. Lyall était réputé pour être un puissant sorcier, et avait sa propre renommée, mais, bien évidemment, elle n’était rien comparée à son présent hôte. Oui, il n’était pas facilement intimidé, après tout avec le métier qu’il exerçait il était tombé sur plus d’une créature étrange, mais aujourd’hui, alors qu’il était assis en face d’Albus Dumbledore qui grignotait avec joie les cookies que Hope lui proposait, il ne savait que dire. Que faisait-il là ? Remus allait bientôt avoir onze ans, l’âge où on est supposé se rendre à Poudlard pour la toute première année. C’était un fait connu, et l’on ignorait bien comment, que le grand sorcier était au courant de presque tout ce qu’il se passait. Alors, il ne serait pas fort étonnant qu’il connaisse déjà l’état du plus jeune Lupin, et qu’il voulait annoncer en personne pour, peut-être, être plus doux, le refus de son inscription à Poudlard.
Avec l’aide de sa mère, Remus descendit les marches qui menaient jusqu’au salon, les jambes fébriles et le visage encore bien gratifié de disgracieuses cicatrices, la pleine lune ayant eu lieu il y a seulement deux jours de cela. Sentant enfin sa présence imprégner la pièce, Dumbledore se leva, un sourire clair sur le visage, comme s’il avait attendu sa venue depuis toujours. « Remus. » À son nom, et encore bien faible, le jeune homme sourit faiblement et le salua le plus poliment qu’il le pouvait en lui adressant un signe de tête, et prit la place de son père en face du directeur. Au moment où il semblait que Lyall allait ouvrir la bouche pour faciliter la conversation, encore un autre refus et une autre peine dus à l’état anormal de son fils, Dumbledore se permit de lui couper la parole – bien qu’il n’avait encore émis aucun son. « Je crois que j’ai quelque chose pour toi. » Et alors il lui tendit une lettre.

COLLÈGE POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE
Directeur : Albus Dumbledore
Commandeur du Grand-Ordre de Merlin
Docteur ès Sorcellerie, Enchanteur-en-chef, Manitou suprême de la Confédération internationale des Mages et Sorciers.
Cher Mr Lupin,
Nous avons le plaisir de vous informer que vous bénéficiez d’ores et déjà d’une inscription au collège Poudlard. Vous trouverez ci-joint la liste des ouvrages et équipements nécessaires au bon déroulement de votre scolarité.
La rentrée étant fixée au 1er septembre, nous attendons votre hibou le 31 juillet au plus tard.
Veuillez croire, cher Mr Lupin, en l’expression de nos sentiments distingués.

Minerva McGonagall
Directrice-adjointe



Plus il avançait dans la lettre, plus ses yeux devenaient ronds d’incompréhension. Effectivement, même s’il n’avait jamais réellement et concrètement abordé le sujet avec ses parents, intelligent comme il était déjà, il se doutait qu’il ne pourrait jamais faire sa scolarité à Poudlard, ou dans quelqu’autre école de magie. L’air ahuri et éperdu de Remus ne fit qu’agrandir le sourire béat du professeur. Il fallait croire qu’il aimait les enfants et leur faire plaisir… – dans un sens totalement dépourvu d’ambiguïté, entendons-nous bien. Quand il fut enfin capable de reprendre la parole – ses parents avaient également lu la lettre derrière son dos, mais, patients et tant que bons parents, ils attendirent gentiment que cela soit leur fils qui réagisse en premier – ce fut pour bafouiller. « Mais… mais… je ne comprends pas. Vous devez sûrement être au courant de… de… de… ma… condition ? » Toujours le même sourire chaleureux sur son visage brillant d’intelligence, Dumbledore hocha lentement la tête. Encore trahi par les mots, ce fut Lyall qui vint à la rescousse de son fils. « Alors comment pouvez-vous envisager de le prendre en tant qu’élève ? Comprenons-nous bien, ce serait presqu’une utopie pour notre fils, et on ne lui souhaite que cela, néanmoins vous ne craignez pas qu’il… » Les mots étaient restés coincés dans sa gorge, car il savait que Remus était un être sensible et qu’habituellement il ne ferait pas de mal à une mouche, alors l’idée qu’il puisse déchiqueter un autre être humain lui pourvoyait des frissons de dégoût envers lui-même. « Et que vont penser les autres élèves ? Ce sera invivable pour lui ! » Sa franchise ne signifiait pas qu’il n’était plus intimidé par ce grand sorcier, mais il voulait le meilleur pour son fils, et être scolarisé était plus qu’un rêve qui ne pouvait devenir réalité, mais même là-bas il pourrait totalement vivre un enfer. Alors, avec une oreille à l’écoute absolue, Albus Dumbledore émit un petit rire qui, sans le savoir pourquoi, procura une douce chaleur dans le cœur du jeune sorcier. « Il serait regrettable qu’un jeune homme aussi correct que Remus John Lupin ne puisse pas avoir la scolarité qu’il mérite au même titre que ses futurs camarades. Alors, avec mes collègues, nous avons mis en place un stratagème pour que cela ne se sache pas et qu’il puisse mener ses études presqu’aussi normalement que les autres élèves. Si vous voulez bien m’écouter. » Et pour la première fois depuis bien longtemps, le petit Remus eut un énorme sourire sincère plaqué sur le visage.





« I GOT NO USE FOR YESTERDAY, I’M GONNA LIVE I’M GONNA LOVE RIGHT NOW, AND IF TOMORROW NEVER COMES I’M GONNA STAY FOREVER YOUNG »
♫ ♫ ♫


On dit souvent que les années collégiennes sont les meilleures de notre vie : apprentissage de la vie et de connaissances en toutes sortes, mais surtout insouciance et rires. Vérité générale qui s’avère n’être pas aussi absolue, puisque pour certains cela peut tout à fait tourner au drame. Cela aurait pu être le cas de Remus, vu comment sa pauvre avait démarré. Mais non, au contraire, cette affirmation n’aurait pas pu être plus vraie pour quiconque d’autre. Dès la première année il était tombé sur les deux énergumènes les plus étranges qu’il ait pus rencontrer – et ce n’est pas peu dire puisque lui-même était un loup-garou. Instantanément il se lia d’une amitié très profonde avec un certain James Potter et un certain Sirius Black, la bonté et la réflexion de Remus leur faisant parfois défaut, il se voyait un peu comme leur bon équilibre. Réciproquement, les deux fous furieux, mais pas méchants pour un sous, lui apportèrent une gaieté qu’il n’aurait jamais cru connaître. Et bien qu’il était un des élèves les plus assidus et sérieux, très souvent en concurrence avec Lily Evans pour la place de premier de la classe, il se laissait souvent emportés dans leurs bêtises, prétendant d’abord une faible résistance. C’est lui également qui avait décidé de prendre un certain Peter Pettigrew sous son aile, comme l’avait fait James et Sirius avec lui, un élève d’une piètre intelligence. Oui, il n’aurait pas pu mieux tomber à Poudlard, il n’aurait pas pu mieux tomber en étant dans la maison des courageux Gryffondor, et il n’aurait pas pu mieux tomber sur de meilleurs amis. Sa seule peur ? Qu’ils découvrent ce qu’il était réellement : un monstre – ou en tout cas selon sa vision des choses. Lui qui avait toujours été tout seul depuis ses cinq ans, interdits de jouer avec les autres enfants à cause de son étrange nature, il ne voulait absolument pas perdre ce qui était devenu aussi important que la prunelle de ses yeux, voire plus.


Ils couraient tous les trois à perdre haleine… Ou en tout cas ils étaient à bout de souffle parce qu’ils essayaient d’aller le plus vite possible, mais à trois sous une cape – Peter n’était pas venu, trop peureux de se faire prendre encore une fois, parfois on se demandait ce qu’il foutait à Gryffondor – c’était quelque peu complexe de courir correctement. Deux heures du matin venaient de sonner à l’horloge de Poudlard, et les trois maraudeurs avaient encore eu la bonne idée d’aller se promener dans les couloirs de l’école pour découvrir de nouveaux passages secrets. Malheureusement, déjà que les professeurs avaient pour devoir de faire des rondes la nuit pour surveiller qu’aucun élève ne sortait de leur salle commune, le corps enseignant était maintenant au courant des mauvaises habitudes que le quatuor, qui se faisait appeler les maraudeurs, avait pris. Alors voilà, il venait de se faire plus ou moins repérer par le professeur Flitwick… Enfin repérer était bien un bien grand mot. Expert en sorts et enchantements, il avait ressenti leurs présences, ou en tout cas en avait eu l’étrange sensation, et avait alerté de suite Rusard qui les traquait de toute la haine qu’il pouvait leur porter. Mais en vain. En même temps, comment pouvait-on traquer l’invisible ? Seulement, derrière il y avait Rusard, et devant eux venait d’apparaître Miss Teigne, chatte de ce satané concierge qui portait très bien son nom. Le couloir était fort étroit, et bien qu’ils étaient invisible ils n’étaient pas pour autant translucide, et même si ce chat était bien con, elle avait cette faculté animale où elle pouvait les sentir, de plus ils étaient assez loin de leur salle commune. Leurs cœurs battants fort dans leur poitrine, ils s’arrêtèrent pour essayer de réfléchir à la vitesse de l’éclair, et Remus, sous le coup de la pression et de l’adrénaline, ferma les yeux et souhaita de tout son cœur une porte de sortie. C’est à ce moment là qu’une porte magnifique, majestueuse, se dessina sur le mur en face d’eux qui avait alors semblé être une impasse jusqu’ici. Oui, ils s’y engouffrèrent, et c’est à ce moment là, en plus d’être hors d’atteinte, qu’ils découvrirent la salle sur demande.


Le bureau de Remus était d’une ordonnance sans faille. Le seul petit détail qui venait tâcher cette perfection ? Les miettes de chocolat que l’on pouvait trouver à côté de ses parchemins, parce que oui, il était important de nourrir son cerveau littéralement pendant qu’on le nourrissait de connaissance. Puis, il n’y avait rien de mieux que le chocolat pour compenser une petite fringale et donner du courage. Non, décidément, rien n’était mieux que le chocolat, même pas James ou Sirius. Le jeune loup-garou était accompagné de son amie Lily Evans. Oui, à part être le cœur – et ce n’était pas peu dire – du Gryffondor aux cheveux en bataille, elle était également son amie, vu tout ce qu’ils avaient en commun, à part le garçon, ce n’était pas fort étonnant. Et heureusement que les deux confrères étaient partis, on ne sait où, sûrement pour faire une énième connerie, comme cela ils pouvaient être un peu tranquille, travailler en paix, discuter dans le calme, et rire gaiement sans se soucier d’une fleur qui apparaîtrait par magie sous le nez de la rouquine. Au bout d’un moment, ils avaient quand même réussi à travailler ensemble un peu plus d’une heure, ils avaient abandonné leur exposé pour se raconter leurs dernières anecdotes, l’une avec Severus, tandis que l’autre parlait de James – ce dernier lui avait donné comme mission de le présenter sous un beau jour, comme si cela allait marcher sur Lily. Cette dernière avait enfreint le règlement en étant dans le dortoir des garçons pour travailler avec Remus, mais qu’est-ce qu’ils pouvaient s’en foutre, ce n’était pas comme s’il allait se passer quoique ce soit. Déjà James ne lui pardonnerait jamais, ils n’avaient aucune attirance physique pour l’autre, et Remus se refusait à toute vraie relation longue et stable, il n’avait pas le droit de faire souffrir une femme à cause de ce qu’ils étaient. C’est pourquoi ils sursautèrent lorsque quelqu’un pénétra dans la chambre, bien qu’ils se doutaient qu’ils se fassent engueuler par un autre élève, chaque gars rêvait de faire venir une fille dans son dortoir – mais pour autre chose. Seulement, la personne qui entra n’était aucunement masculine. Non, c’était Marlène McKinnon. Une élève de Gryffondor, excessivement jolie – imperceptiblement, Remus rougit – que Sirius s’amusait également à courtiser, ce qui énervait irrationnellement le loup. Celle-ci se stoppa net en voyant les deux amis, et il eut l’impression que ses yeux s’assombrirent. Elle attrapa un livre, que Sirius avait du lui emprunter – comme s’il lisait – pour avoir un prétexte de lui parler, et repartit aussi vite qu’elle était arrivée.


Remus agitait son fanion rouge et or comme tous les autres de ses camarades dans les gradins, et hurlait de toute la puissance de sa voix dont il était capable – à ce moment-là il sentait la bête féroce rugir en lui et cela ne le dérangeait absolument pas. Lui qui était plutôt d’une nature discrète – un fondement de tempérament, puisque cela avait légèrement changé depuis qu’il était un membre intégrant des maraudeurs –, il s’était complètement barbouillé le visage de rouge, et sur le front s’était fait dessiner magiquement un lion victorieux. En effet, les trois quarts du terrain de Quidditch arboraient les couleurs chaudes des Gryffondor, alors que l’autre quart essayait de faire pression avec les couleurs sombres, noires et vertes, des Serpentard. C’était la finale de Quidditch de Poudlard, et toutes les maisons, mise à part celle des serpents évidemment, supportaient les lions, bien qu’ils n’en fassent pas partie, ayant carrément marre que les Serpentard arrivent à gagner leurs matchs en trichant et jouant bien trop physique. Cela faisait bien longtemps que les rouges et ors n’avaient pas eu une équipe aussi performante que celle de cette année ; effectivement, avec James Potter en attrapeur qui se révélait être un attrapeur d’exception comme cela faisait des années que Poudlard n’en avait pas vu, et avec Sirius Black en batteur qui vouait une haine profonde à toute personne qui se vantait d’être un vert, ils avaient toutes leurs chances de gagner. Remus, pour montrer son enthousiasme tout particulier à ce match – il n’était habituellement pas un grand fan de Quidditch, trouvant ce sport un peu barbare et sans grand intérêt intellectuel –, était quand même monter sur les pauvres petites épaules frêles de son ami Peter Pettigrew, dans la volonté d’exhiber son fervent support à ses deux meilleurs amis.
Incontestablement, le match fut grandiose, très serré et coriace. Le vif d’or n’avait apparemment pas envie de pointer sa petite tête dorée, sûrement partie en balade ayant trop peur de devenir la propriété de l’un ou de l’autre, et les Gryffondor, tout aussi surchauffés que leurs alter-égos ne se gênaient pas pour leur renvoyer leurs coups d’épaule ou leurs coups de pied, à tel point que madame Bibine ne savait plus où en donner de la tête, et ne sifflait finalement plus les pénaltys. Les Gryffondor menaient à présent au score de seulement vingt points de différence, et la bataille était féroce, les Serpentard pouvaient à tout moment repasser devant. Jusqu’au moment où une petite tâche dorée brilla de mille feux au bord du terrain et se refléta dans les lunettes du jeune James Potter. Fonçant alors instantanément dessus, son rival fit de même comprenant subitement qu’il avait repéré la petite balle de la victoire. Mais Sirius était là pour couvrir les arrières de son frère de cœur et envoya un cognard d’une vigueur phénoménale sur l’attrapeur vert, qui se fit envoyer valser dans les tribunes des professeurs. James amorça une descendante en piqué à quatre-vingt dix degrés, qui donna des frissons à tout le public, avant de redresser son balai magique en faisant une pirouette magistrale, frôlant l’herbe du terrain de la tête, et se releva dans les airs, victorieux, le vif d’or dans la main. Gryffondor avait gagné la coupe de Quidditch, et ce n’était pas démérité.

Indéniablement, c’était la fête dans la salle commune des rouges et ors, la cheminée brûlait d’un feu plus intense qu’à la normale, et même quelques Poufsouffle s’étaient joints à eux, passant la surveillance des professeurs qui n’étaient pas non plus complètement dupes. Les maraudeurs, héros de l’histoire, avaient réussi à faire rentrer en douce et totalement illégalement, à travers les nombreux passages secrets dont ils avaient maintenant la confidentialité, énormément de bierreaubeurre et même quelques whiskys pur feu. Oui, tous se la donnaient dans la salle qui était bien encombrée. La musique ambiançait tout le monde, en plus de l’alcool qui leur faisait tourner la tête, et les feux d’artifice qu’ils s’amusaient à lancer avec leurs baguettes pour les éblouir. Tout le monde était joyeux, un peu trop même, si vous voyez ce que je veux dire… Probablement, le plus beurré était Sirius qui s’amusait à flirter avec tout son harem – oui, parce que de Poudlard c’était sans aucun doute lui qui avait le plus de succès avec la gente de féminine, James aurait pu le concurrencer s’il ne s’était pas éperdument épris de la belle rouquine Lily Evans –, et Remus regardait tout cela du coin de l’œil, à demi amusé à demi exaspéré, sa tête commençant également à tourner de plus en plus, il fallait bien qu’il célèbre lui aussi et qu’il se lâche de temps en temps. Puis peu à peu la salle commune commença à se vider, les gens allant se coucher ou retournant dans leur propre salle commune respective. Bientôt il ne resta plus qu’une poignée d’une douzaine de personnes, mais Sirius était toujours profondément gai et chantait à tue-tête. Remus, assis sur le canapé, une bierreaubeurre à la main, riait doucement à l’attitude de son ami. Puis ce dernier s’assit, ou plutôt s’effondra brutalement, au côté de son ami canin. Il lui déblatéra à quel point il l’aimait, ce qui fit sourire Remus en lui répondant calmement que lui aussi mais qu’il était complètement bourré, mais le Black fit alors une chose surprenante et l’embrassa. Pas un gros roulage de pelle ou quoi, mais un bisou bien ferme sur les lèvres. Puis il se releva comme si rien ne s’était passé, alors que le jeune sorcier resta bouche bée, immobile sur le canapé, laissant presque tomber son verre, ses joues rosissant légèrement. Sirius ne savait vraiment pas se contrôler quand il avait un coup dans les carreaux.


Les examens de fin de cinquième année, soit les BUSEs qui étaient les partiels les plus importants, juste après les ASPICs, se rapprochaient dangereusement à grand pas d’eux. Néanmoins, notre quatuor avait préféré s’installer à la fraicheur de l’ombre d’un grand chêne de l’immense parc de Poudlard, ce dernier commençant à fleurir au fur et à mesure que le printemps progressait. Seul Remus semblait vraiment se préoccuper des révisions – sans compter Lily Evans, et même si les deux étaient très amis au vu de leurs similarités studieuses et généreuses, ils ne pouvaient en ce moment travailler ensemble  parce que James n’aurait cessé de la harceler. D’ailleurs, James s’activait à écrire un énième poème dédié à la rouquine qui avait réussi à conquérir son cœur très tôt, sans rien faire de particulier en plus, et à s’entraîner à faire le bouquet le plus beau possible des fleurs qu’elle préférait d’un sort tout à fait romantique et cucul la praline. Quant à Sirius, il était reparti draguer quelques gonzesses – oui, parce qu’au final même s’il aimait les femmes, il avait la fâcheuse tendance à les traiter comme des objets conquis avec trop grande facilité – de septième année, la fraicheur ne l’intéressant plus, trop jeunes et trop commodes. Et Peter… et ben Peter avait ouvert un livre devant lui pour donner fausse impression, mais pour de vrai il regardait les deux fous avec des yeux admiratifs. Avec tout cela, Remus avait grandement du mal à se concentrer. Il pouvait encore faire abstraction de l’amour vain du sorcier aux cheveux en bataille, mais les aberrations que sortaient Sirius pour faire le beau l'irritaient au plus haut point. Le pire c’est qu’il ne savait pas si c’était parce qu’il était extrêmement bruyant ou si parce que… non, parce que rien d’ailleurs. Heureusement pour lui, il fut vite sorti de ses pensées qui le tracassaient actuellement, lorsque la fameuse Lily Evans débarqua – ce qui allait être du goût de James –, mais malheureusement elle n’était pas toute seule. Et, comprenons-nous bien, le malheur n’était pas pour les maraudeurs, mais pour le sorcier qui l’accompagnait. Oui, celui-ci était Severus Rogue, un sorcier assez pitoyable de Serpentard qui semblait être le meilleur ami de Lily – ce que James ne pouvait supporter, en plus du fait qu’il soit dans la maison ennemie. De suite, Sirius abandonna les demoiselles comme si elles n’avaient jamais été là, et un sourire goguenard apparut sur ses lèvres. Il donna une tape sur l’épaule de son meilleur ami pour qu’il lève la tête et remarque qui venaient de débarquer. Oui, Rogue, qui avait renommé Servilus, surnom dégradant pour le désigner de pleurnichard, était la victime préférée des deux amis. Et même si Remus n’acceptait pas ce bizutage incessant, il n’avait pas la force de retenir ses deux amis, même en tant que préfet, où il avait le rôle de réprimander ce genre de comportement, et était censé avoir une bonne influence sur les deux. James se leva, essaya de se recoiffer – ce qui était peine perdue évidemment –, et s’avança d’un pas plus qu’assuré vers sa dulcinée qui lui jeta un regard noir d’entrée. « Tiens Lily, je t’ai composé un poème pour te montrer à quel point je t’aime. » Celle-ci leva les yeux au ciel, comme pour signifier qu’elle en avait vraiment assez qu’il la courtise ainsi. En parallèle, et très discrètement, Sirius avait levé sa baguette magique et avait lancé le sort de crache limaces sur Servilus, qui se mit subitement à vomir ces bêtes hideuses. Bien que cette fois il n’en fût pas la cause, James ne put s’empêcher d’exploser de rire. « Mais qu’est-ce qui ne tourne pas rond chez toi ? » Lily venait de le pousser violemment. « Vous ne pouvez pas le laisser tranquille ? Il vaut beaucoup mieux que vous. » Mais même avant qu’elle ait pu les engueuler encore plus, humilié, Rogue s’enfuit en courant.





« ‘CAUSE WHEN I’M NOT WITH YOU I’M WEAKER, YOU MAKE ME STRONG »
♫ ♫ ♫



Remus n’avait littéralement jamais nagé dans un tel bonheur – peut-être, mise à part, lorsqu’il avait été tout bébé, avant de se faire mordre par ce satanique Fenrir Greyback, mais cela remontait à tellement loin qu’il ne s’en souvenait pas. Oui, après toutes ces années gâchées à cause de sa nature anormale et bestiale, il avait l’impression de rattraper toute une vie en seulement un an et demi. En effet, c’était à présent sa deuxième année à Poudlard, et si au début de l’année dernière il avait appréhendé la rentrée et les cours – non pas parce qu’il doutait de ses excellentes capacités mais –, parce que même si le système que le directeur de l’école Albus Dumbledore avait mis en place semblait parfait pour qu’il puisse suivre une scolarité à peu près normale, sa plus grande peur restait néanmoins que quelqu’un l’apprenne, et qu’il devienne une bête de foire monstrueuse aux yeux des autres élèves – surtout pour ses deux nouveaux meilleurs –, et qu’ainsi il soit obligé de quitter l’école pour vivre une vie de paria, qu’il ne méritait absolument pas. Toutefois, et fort heureusement, tout c’était bien passé. Une fois par mois, il trouvait une excuse pour s’éclipser quelques jours et rejoindre la cabane hurlante qui se trouvait à Pré-Au-Lard grâce à un passage secret sous le saule cogneur que McGonagall lui avait montré. Ensuite il était pris discrètement en soin par cette chère madame Pomfresh. Tout cela se passait exactement comme il avait été prévu, encore mieux même puisque Remus avait rencontré deux personnes extraordinairement formidables, et les trois, plus un petit frêle Gryffondor, étaient devenus absolument inséparables. Des amis, il n’en avait jamais connus, et c’était plus qu’une magnifique opportunité pour lui. Mais même si pour le moment ils étaient les personnes les plus merveilleuses à ses yeux, excepté ses parents bien évidemment, que penseraient-ils s’ils connaissaient la vérité ? Comment le verraient-ils après ? Comment réagiraient-ils ? Sûrement comme tout être humain normalement constitué, ils le rejetteraient. Alors, bien qu’il avait une confiance absolue et quelque peu aveugle en eux, il fit très attention pendant un an à cacher ce qu’il appelait sa véritable nature. Cependant, ses amis étaient loin d’être stupides, même s’ils s’amusaient à jouer aux idiots presque vingt-quatre heures sur vingt-quatre, et après un an d’attention intensive, Remus se laissa aller. En même temps, être absent sans cesse trois jours par mois, et toujours à une période bien précise, cela soulève des doutes. Alors, un jour qu’il prétendit encore une fois que sa mère était gravement malade et qu’elle ne répondait à aucune médication, quelle soit moldue ou sorcière, ils le suivirent alors qu’il était accompagné par le professeur McGonagall jusqu’à un tunnel sous le saule cogneur. Cachés de sa vue, ils restèrent, et alors ils apprirent la vérité.
Ils revirent le nouvellement loup-garou à leurs yeux que le surlendemain, lorsque madame Pomfresh estima qu’il avait retrouvé assez de force pour quitter son coin privé et personnel de l’infirmerie. Cependant, il était encore bien fragile, et devait faire un effort supplémentaire pour paraître solide. Il avait déjà prévu l’excuse que la maladie de sa mère l’avait atteint plus qu’il ne l’aurait imaginé – ce qui aurait été une justification valable vue sa sensibilité –, mais maintenant qu’ils connaissaient son secret, ils pouvaient tout à fait voir les cicatrices qui avaient été masqués avec un tas de sortilèges, et puis, bien évidemment, ils ne tombèrent pas dans le panneau. L’air grave, et cela ne leur arrivait pas souvent, ils attendirent qu’il n’ait plus personne dans la salle commune, et ils firent asseoir Remus sur le canapé entre eux. Ce dernier sentit son corps commençait à battre dans sa frêle poitrine à un rythme qu’il n’aurait jamais cru capable. Qu’est-ce qu’il pouvait bien se passer ? «  On sait. » C’était James qui avait parlé, et avait plongé ses yeux d’un noir d’encre dans ceux chocolats de son ami pour lui montrer que pour une fois il ne plaisantait pas. Remus sentit son cœur s’arrêter de battre instantanément, et sincèrement il se demanda furtivement s’il ne faisait pas un arrêt cardiaque. « V… Vous savez… euh… quoi exactement ? » Sensible à la détresse de son ami, Sirius posa une main rassurante sur son épaule, et lui sourit, d’un sourire dont il avait très peu l’habitude : un sourire doux et absolument sincère. « Que tu es un loup-garou. » « Mais comment ? » Oui, même s’ils ne semblaient pas fuir alors qu’il se tenait juste à côté d’eux et qu’ils étaient maintenant au courant – il avait l’impression que son pire cauchemar se réalisait –, il était à peu près sûr qu’il allait bientôt s’évanouir pour ne jamais se réveiller. « On se doutait de quelque chose depuis un moment, alors avant hier on t’a suivi. » James et Sirius parlaient tour à tour d’une voix réellement tendre, comme s’ils voulaient rassurer un enfant qui venait de perdre sa mère dans un grand hypermarché, pendant que Peter acquiesçait toutes leurs paroles. « On ne peut pas prétendre savoir ce que tu vis, mais on peut imaginer. Alors on a longuement parlé, et on a décidé que pour t’aider on deviendrait des animagi. » À cette réponse de la part de ses trois meilleurs amis, Remus se sentit envahir par tout un tas d’émotions qu’il n’arrivait même plus à définir et était tous plus ou moins paradoxaux : soulagement, détresse, joie intense, colère, incompréhension, amour… Alors, sous sa propre surprise, il se leva d’un bond et explosa. « Mais vous ne vous rendez pas compte ? Je suis un monstre ! Comment ne pouvez-vous pas avoir peur de moi ? Je suis un monstre ! Un monstre ! » James eut aussi une réaction tout à fait inattendu. Il émit un petit rire, se leva tout doucement, et eut un petit sourire narquois. « Tu deviens dramatique. Tu plies tes chaussettes, Remus. Alors excuse-moi si je ne tremble pas à ta vue. » Et alors, n’en pouvant plus, Remus fondit en larmes dans les bras de son ami. Mais c’était des larmes de soulagement et de joie. À chaque fois qu’il pensait qu’il ne pouvait être plus heureux, les maraudeurs ne cessaient de le surprendre.
Revenir en haut Aller en bas
profil
▪ messages : 2108
▪ pseudo : khâl
▪ multinick : Frank Longbottom
▪ célébrité : Mathias Lauridsen
▪ points : 197
▪ statut : sang pur
▪ âge : 18 ans
▪ maison : serpentard
▪ emploi : Oubliator (stagiaire)
▪ orientation : ça dépend des jours
▪ situation : fiancé à Sin Fawley
▪ crédits : (c) elea

▪ duels :
6 / 106 / 10
▪ potions :
6 / 106 / 10
▪ métamorphose :
10 / 1010 / 10
▪ legilimancie :
6 / 106 / 10
▪ occlumancie :
3 / 103 / 10
▪ quidditch :
2 / 102 / 10
▪ divination :
1 / 101 / 10
  
    avataravatar
Luke Rosier

200/2000/24/LS/V

Lun 14 Mar - 19:18

OMG un Moony ! Tu vas faire des heureux parmi nos deux Maraudeurs en poste Bienvenue, n'hésite pas si tu as des questions !


Bad Blood.
Hey brothers, know the water's sweet but blood is thicker. If the sky comes falling down for you, there’s nothing in this world I wouldn’t do.
@ ALASKA, @ GOLDEN LIES (GIF)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
  
    avatar
Invité


Lun 14 Mar - 19:21

Bah dis donc, ça c'est du "début" de fiche Surprised

Bienvenue parmi nous Moony
Revenir en haut Aller en bas
profil
  
    avatar
Invité


Lun 14 Mar - 20:04

LUKE moony c'est mon personnage préféré de la saga, alors je devais de me lancer . un rosier avec la tête de mathias lauridsen, c'est une super idée . merci !

BAILE j'avoue que je reprends une vieille fiche . mais j'ai le droit de profiter de mes propres écrits non psykd ? merci en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
profil
▪ messages : 2108
▪ pseudo : khâl
▪ multinick : Frank Longbottom
▪ célébrité : Mathias Lauridsen
▪ points : 197
▪ statut : sang pur
▪ âge : 18 ans
▪ maison : serpentard
▪ emploi : Oubliator (stagiaire)
▪ orientation : ça dépend des jours
▪ situation : fiancé à Sin Fawley
▪ crédits : (c) elea

▪ duels :
6 / 106 / 10
▪ potions :
6 / 106 / 10
▪ métamorphose :
10 / 1010 / 10
▪ legilimancie :
6 / 106 / 10
▪ occlumancie :
3 / 103 / 10
▪ quidditch :
2 / 102 / 10
▪ divination :
1 / 101 / 10
  
    avataravatar
Luke Rosier

200/2000/24/LS/V

Lun 14 Mar - 20:13

Oooouh c'est cool ça, c'est un super perso, un de mes préférés aussi Super sympa qu'il soit pris par quelqu'un qui l'aime et qui lui rendra justice, c'est un de nos postes vacants maudits

Et oui, un Rosier avec Lauridsen Attends de voir mes bros' ! Ils sont moins beaux que moi mais quand même : dehors:


Bad Blood.
Hey brothers, know the water's sweet but blood is thicker. If the sky comes falling down for you, there’s nothing in this world I wouldn’t do.
@ ALASKA, @ GOLDEN LIES (GIF)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 304
▪ pseudo : Twisted Sunshine
▪ multinick : BL.AF.RB.AZ
▪ célébrité : Miles McMillan
▪ points : 90
▪ statut : sang pur
▪ âge : 18 ans
▪ maison : gryffondor
▪ orientation : Hétérosexuel
▪ situation : single baby
▪ crédits : (c) blitz

▪ duels :
8 / 108 / 10
▪ potions :
6 / 106 / 10
▪ métamorphose :
10 / 1010 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
3 / 103 / 10
▪ quidditch :
5 / 105 / 10
▪ divination :
1 / 101 / 10
  
    avataravatar
Sirius Black

50/100/15/KB

Lun 14 Mar - 20:27

HAN HAN HAN HAN HAN
je suis décédée ce soir, j'ai pas le courage de lire, mais je suis admirative, et je viens au moins te donner de l'amour et uuuuuh moi contente
Bon courage pour le reste de ta fiche
Si tu as des questions, n'hésite pas




with a little help
from my friends
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
  
    avatar
Invité


Lun 14 Mar - 20:42

MUMUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUS
ça, c'est de la fichette! Sérieusement, j'adore tout ce que tu dis sur Lily -particulièrement le truc du poème, tu m'as clouée de rire à mon siège. Sorry, Jamesounet.

Bienvenue parmi nous! Réserve moi un RP, jeune loup
Revenir en haut Aller en bas
profil
  
    avatar
Invité


Lun 14 Mar - 21:24

Un Moony. Bienvenue parmi nous. J'adore ton début de fiche, ça semble vraiment très prometteur ! Sans compter que j'adore ton titre aussi.
Revenir en haut Aller en bas
profil
▪ messages : 678
▪ pseudo : #Rika/Amandine
▪ multinick : Anwen LLewellyn ^^
▪ célébrité : Vladimir Ivanov #cute#sexy#perfect
▪ points : 120
▪ statut : sang pur
▪ âge : 17 ans
▪ maison : serpentard
▪ année : septième année
▪ orientation : Hétéro
▪ situation : Fiancé à sa cousine éloignée Alhena...
▪ crédits : Moi-même (Avatar)

▪ duels :
7 / 107 / 10
▪ potions :
8 / 108 / 10
▪ métamorphose :
8 / 108 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
3 / 103 / 10
▪ quidditch :
5 / 105 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Hippolyte A. Rosier

10/500/27/V

Lun 14 Mar - 22:35

MOON MOON BIENVENUUUUUE Laughing
C'est trop cool que tu tentes notre Mumus, on l'attend depuis tellement longtemps (et faut que je te MP à propos d'un lien Mumus/Anwen, mon DC) (y)

LUKE Wut




#TEAMBROTHERROSIER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 2541
▪ pseudo : tanagra
▪ multinick : xander, teddy, nils & uther
▪ célébrité : yassine rahal
▪ points : 254
▪ statut : sang pur
▪ âge : 19 ans
▪ maison : gryffondor
▪ emploi : Nouveau poursuiveur des Falmouth Falcons
▪ orientation : evanssexuel
▪ situation : lovesick puppy
▪ crédits : eden memories & northern lights

▪ duels :
8 / 108 / 10
▪ potions :
6 / 106 / 10
▪ métamorphose :
10 / 1010 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
1 / 101 / 10
▪ quidditch :
10 / 1010 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
James Potter

150/2500/24/V/KB/LG

Mar 15 Mar - 20:38

Lily Evans a écrit:
particulièrement le truc du poème, tu m'as clouée de rire à mon siège. Sorry, Jamesounet.



UN MUUUUUS Un mus avec un bon gros début de fiche comme on les aime psykd psykd Bienvenue Et super choix de PV, bien sûr Laughing Laughing


THERE'S ALWAYS THE SUN
Will I ever become a hero? Will I wed the girl I love? Am I going to get to touch her boobs? | james potter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
  
    avatar
Invité


Mar 15 Mar - 23:04

Bienvenue Mus
Revenir en haut Aller en bas
profil
▪ messages : 1580
▪ pseudo : Lili
▪ multinick : Bea la folle
▪ célébrité : Emily Bett Rickards
▪ points : 53
▪ statut : sang-mêlé
▪ âge : 24 ans
▪ maison : serpentard
▪ emploi : Médicomage
▪ orientation : Carrotsexual
▪ situation : Trouple
▪ crédits : (c) Tanagra

▪ duels :
8 / 108 / 10
▪ potions :
7 / 107 / 10
▪ métamorphose :
5 / 105 / 10
▪ legilimancie :
3 / 103 / 10
▪ occlumancie :
6 / 106 / 10
▪ quidditch :
2 / 102 / 10
▪ divination :
1 / 101 / 10
  
    avataravatar
Eileen Sanders

50/1500/24/V

Mer 16 Mar - 4:34

Un mumuuuuus Tu vas faire beaucoup d'heureux hehe but no pressure

Bienvenuuue & bon courage pour ta fiche !!


come on eileen
▽ smoother than a fresh jar of Skippy


(c)DARK-PARADIZE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
  
    avatar
Invité


Mer 16 Mar - 14:44

LUKE ce loulou garou il est tellement jiuhygftgyuhi . poste vacant maudit ? j'espère changer la donne du coup .
je suis sûr que tes bros t'arrivent presque à la cheville Fire .

SIRIUS padfooooooot (y) . t'en fais pas, je ne t'en voudrais pas si tu me lis pas - même s'il y a un moment de wolfstar dans ma fiche -. je prends tout ton amour, tiens ! et merci mec poop .

LILY LILY D'AMÛÛÛÛR . tu as eu le courage de me lire ? ça me touche . et je suis encore plus content parce que t'aimes ce que j'ai écrit . oui, et j'ai toujours vu la relation james/lily comme quelque chose de comique , du moins durant poudlard . merci la plus jolie . je te réserve un rp quand tu veux.

EMMELINE
dis donc, encore des compliments . merci beaucoup ! j'espère que mon remus va plaire !

HIPPOLYTE tiens, un des bros rosier . je comprends pas pourquoi remus n'a pas été pris avant . et j'attends ton mp avec impatience .

JAMES mon jamesie d'amour . merci beaucoup ! j'essaie de finir ma fiche très vite !

ADELAIDE merci .

EILEEN pas de pression du tout . juste du bonheur . merci en tout cas.

petit question pour les admins :
j'adore remus lupin au possible, et depuis longtemps je me le suis représenté avec la bouille de louis tomlinson. alors peut-être que vous n'apprécierez pas, mais je me demandais s'il était du coup possible de changer de tête ?
Revenir en haut Aller en bas
profil
  
    avatar
Invité


Mer 16 Mar - 20:55

Bienvenue à toi Belle fiche J'adore Remus aussi, j'avais un lien sympa avec l'ancien au passage
Revenir en haut Aller en bas
profil
▪ messages : 304
▪ pseudo : Twisted Sunshine
▪ multinick : BL.AF.RB.AZ
▪ célébrité : Miles McMillan
▪ points : 90
▪ statut : sang pur
▪ âge : 18 ans
▪ maison : gryffondor
▪ orientation : Hétérosexuel
▪ situation : single baby
▪ crédits : (c) blitz

▪ duels :
8 / 108 / 10
▪ potions :
6 / 106 / 10
▪ métamorphose :
10 / 1010 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
3 / 103 / 10
▪ quidditch :
5 / 105 / 10
▪ divination :
1 / 101 / 10
  
    avataravatar
Sirius Black

50/100/15/KB

Mer 23 Mar - 11:36

des nouvelles ?




with a little help
from my friends
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 304
▪ pseudo : Twisted Sunshine
▪ multinick : BL.AF.RB.AZ
▪ célébrité : Miles McMillan
▪ points : 90
▪ statut : sang pur
▪ âge : 18 ans
▪ maison : gryffondor
▪ orientation : Hétérosexuel
▪ situation : single baby
▪ crédits : (c) blitz

▪ duels :
8 / 108 / 10
▪ potions :
6 / 106 / 10
▪ métamorphose :
10 / 1010 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
3 / 103 / 10
▪ quidditch :
5 / 105 / 10
▪ divination :
1 / 101 / 10
  
    avataravatar
Sirius Black

50/100/15/KB

Lun 28 Mar - 18:27

pas de nouvelle, j'archive




with a little help
from my friends
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
  
    avatar
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 

(moony) tu te demandes si tu es une bête féroce ou bien un saint

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (moony) tu te demandes si tu es une bête féroce
» Dessins, travaux graphiques, artworks + demandes
» Demandes de remplacement
» Demandes de partenariat
» Demandes de métier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ϟ FLOO POWDER-