top site
n'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum
Poudlard a besoin d'étudiants!
merci de privilégier les élèves aux adultes à l'inscription
intrigues
inscrivez-vous aux nouvelles intrigues ici & ici !

 :: WIZARDING WORLD :: chemin de traverse

 So, missed me? - Raed&Joan

AuteurMessage
profil
▪ messages : 48
▪ pseudo : kyu / Claire
▪ multinick : Aisling (Huff) / Jezabel (Slyth)
▪ célébrité : Samantha Barks
▪ points : 65
▪ statut : sang-mêlé
▪ âge : 24 ans
▪ maison : gryffondor
▪ emploi : vendeuse à la boutique de quidditch
▪ orientation : anything can be done
▪ situation : doable
▪ crédits : Niichan

▪ duels :
7 / 107 / 10
▪ potions :
9 / 109 / 10
▪ métamorphose :
5 / 105 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
1 / 101 / 10
▪ quidditch :
8 / 108 / 10
▪ divination :
5 / 105 / 10
  
    avataravatar
Joan P. Doge

RP10M0A9

Lun 18 Avr - 18:10

Il était temps qu'elle prenne de ses nouvelles. Depuis le temps qu'elle n'en avait pas eu, elle aurait presque commencé à s'inquiéter. Elle se rappelait parfaitement de la dernière fois où elle l'avait croisé. L'hôpital, peu après ce foutu attentat. Elle savait que c'était une mauvaise idée que d'aller le voir, mais elle en avait eu besoin. Besoin d'être là, juste au cas où. Elle savait que c'était stupide. Qu'il serait probablement dans un état encore pire que le sien peu auparavant. Parce que lui n'avait pas que deux morts sur la conscience. Elle s'était quand même traînée jusqu'à Sainte-Mangouste malgré son aversion pour l'endroit, avec son plus beau sourire et de la mandragore séchée cachée au fond de sa poche. Malheureusement, il n'était pas en état de partager de la mandragore. Il n'avait pas bougé d'un pouce malgré les tentatives débiles de Joan pour le faire réagir. Il n'avait pas lâché un mot à part un laconique « They're all dead... » qui avait finit par arracher à Joan un sourire un peu triste. Et puis elle avait abandonné. Parce qu'elle ne pouvait pas rester là toute la journée alors que les très chers amis de Raed, qui n'était pas vraiment les siens, risquaient de se pointer à n'importe quel moment, et qu'elle n'était pas vraiment prête à les subir. Elle avait donc serré brièvement sa main dans la sienne, avant de se décider à lâcher quand même un bon mot, pour le réconforter, même si elle savait pertinemment que ça ne servait à rien. « Yes, they are. And it won't get better hon', you'll just learn to live with it. » Peut-être l'entendrait-il, peut-être pas. Elle lui avait collé un baiser d'adieu sur le nez, puisqu'il ne réagissait pas de toute façon, et elle s'était enfuit, pour aller fumer sa mandragore seule, plus loin, et oublier ce regard un peu trop vide qu'elle n'avait pas réussit à accrocher.

Non, décidément, sa dernière rencontre avec Raed n'avait pas été des plus joyeuse. Elle lui avait laissé du temps. Beaucoup de temps. Après tout, elle avait eu besoin de quelques mois avant d'accepter que quiconque vienne lui parler, quand elle n'avait que la mort de ses parents sur la conscience. Les quelques civils qui avaient subit l'attaque des mangemorts ce jour-là n'étaient que des dégâts collatéraux dont elle refusait de se sentir responsable. Le chanteur, lui, avait bien plus que deux personnes sur la conscience. Bien plus. Alors elle ne savait pas vraiment combien de temps il avait besoin pour s'en remettre, mais elle l'avait laissé en paix suffisamment longtemps. Ce n'était pas forcément de sa propre volonté, évidemment. Elle avait surtout fuit la famille Tonks. La famille Tonks et tous les autres amis de Raed avec qui elle aurait pu dire qu'elle ne s'entendait pas à merveille. Parce que Joan était une professionnelle des euphémismes. Elle les avait fuit et elle avait donc foutu la paix à Raed. Parce qu'il était resté un moment cloîtré. Loin de tout, et surtout loin d'elle.

Alors quand elle l'avait vu passer devant cette foutue boutique où elle passait à son humble avis bien trop de temps, elle avait mis un moment à en croire ses yeux. Oh, il se faisait discret, et elle aurait presque pu le louper. Mais c'était Raed. Hors de question qu'elle le loupe. Elle prévint alors son collègue qui devait être occupé quelque part en arrière-boutique qu'elle lui laissait le magasin, qu'elle avait une urgence et qu'elle devait partir. Il ferait avec. Il allait finir par se lasser, mais il ferait avec. Après tout, à part ses départs impromptus et le fait qu'elle arrive en retard bien trop souvent, elle était une collègue des plus sympathiques. Elle attrapa donc son long manteau et se glissa dedans avant de se dépêcher hors de la boutique. Elle ne mit pas bien longtemps à le repérer et s'élança à sa poursuite d'un pas aussi rapide que possible. Elle ne pouvait pas non plus littéralement lui courir après, il ne voulait de toute évidence pas attirer l'attention. Elle, l'attention, elle n'en avait pas grand chose à faire. Mais si elle pouvait discuter avec lui en paix pendant un instant, elle n'allait pas non plus se plaindre.

Quand elle finit enfin par le rattraper, elle ralentit tranquillement le pas en attendant qu'une occasion se présente. L'occasion s'avéra être une impasse un peu sombre où Raed semblait avoir décidé de bifurquer pour une raison qu'elle ne chercherait même pas à comprendre. Elle le suivit donc sagement sur deux pas encore, avant de se glisser devant lui d'un pas rapide, et de lui bloquer le chemin, avant de le faire reculer contre le mur le plus proche, une main sur le torse. Un fin sourire éclairait le visage de la jeune femme alors qu'elle posait une main sur le mur contre lequel il s'était retrouvé adossé, contre son gré surement, sa main libre venant attraper le col du chanteur. Un peu brutal, peut-être, mais elle avait déjà fait bien pire. Sûrement. Même si rien ne lui venait à l'esprit à l'instant. Raed la connaissait assez pour savoir que c'était normal. Ou presque. Juste un petit test, comme pour vérifier son état. Pour vérifier qu'il se rappelait d'elle aussi et qu'il n'avait pas perdu une partie de sa mémoire, et avec, les formidables souvenirs d'elle. Alors oui, elle le tenait un peu trop fermement par le col, et elle se tenait sûrement un peu trop près de lui, mais elle avait déjà fait bien plus près. « Alors, je t'ai même pas manqué un peu? » Et elle resterait bien là, à le regarder dans les yeux avec cet air de défi, presque de reproche... mais non. Elle ne peut pas. Parce qu'elle ne se prend pas assez au sérieux. Parce qu'elle sait très bien qu'il avait sûrement des choses plus intéressantes auxquelles penser qu'elle. Parce qu'un léger ricanement lui échappe alors qu'elle défait sa poigne du col de son chanteur favori. Col qu'elle remet aussitôt en ordre du bout des doigts, comme si c'était son genre. « Enfin de sortie? T'as la permission de quelle heure? » Parce qu'elle l'avait attendu, mine de rien. Attendu de le voir, attendu d'entendre parler de lui par n'importe qui, attendu un quelconque signe de vie. Elle aurait pu aller sonner chez les Tonks, certes, mais elle n'avait pas envie de croiser leurs sales têtes. L'impatiente Joan avait préféré attendre. Et maintenant qu'il était enfin en face d'elle, en un seul morceau, elle ne pouvait empêcher un léger sourire satisfait d'éclairer son visage. Maintenant qu'il était enfin en face d'elle, elle n'allait pas le laisser s'échapper si facilement.



FOOLED BY THE QUIET
Maybe, maybe everything I thought of as home is really just a building erected to be standing in my way... Maybe I should break out but how do you break out of home, when home is your heart? And I know what heartache’s about... And really, I’m too grown to cry over spilled anything...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 705
▪ pseudo : Twisted Sunshine
▪ multinick : chut, j'ai honte.
▪ célébrité : George Blagden
▪ points : 225
▪ statut : né-moldu
▪ âge : 25 ans
▪ maison : poufsouffle
▪ emploi : Leader du groupe des Flooserables assassiné
▪ orientation : fucked up.
▪ situation : very much fucked up.
▪ crédits : (a) Jeanne

▪ duels :
7 / 107 / 10
▪ potions :
2 / 102 / 10
▪ métamorphose :
9 / 109 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
3 / 103 / 10
▪ quidditch :
10 / 1010 / 10
▪ divination :
3 / 103 / 10
  
    avataravatar
Raed Buchanan

50/500/21/V/LH

Mer 20 Avr - 12:55

Une chose était sure, depuis l’attentat, Raed avait mis de côté beaucoup d’amis. En réalité il les avait tous mis de côté. Tout ceux qui n’était pas mort avait été mis à la porte. Il leur avait remis sa démission, plus ou moins délicatement, plus ou moins clairement aussi. Pour la plus part - pour presque tous en réalité - il avait juste plus ou moins disparut de la circulation. Il s’était refermé sur lui même, s’était renfermé dans un silence de mort, et n’en était pas ressorti pendant des mois. C’était l’histoire officielle, et pour une fois, c’était l’histoire officieuse aussi. Pendant des mois, Raed n’avait rien fait. Il n’avait pas parlé, il n’avait pas écouté, il n’avait pas sourit, il n’avait pas dormi. Il n’avait rien fait. Il avait erré, il avait bu, il avait essayé de respirer. Et ça avait déjà été trop dur pour lui. La seule personne qui s’était acharné, et qu’il avait pas eu le courage de repousser plus que ça, c’était Ted. Ted, toujours Ted, il fallait croire que certaine chose ne changeait jamais. Et au final, c’était surement mieux comme ça, parce que surement que sans Ted, il ne serait pas en vie aujourd’hui. Il ne cherchait pas à être dramatique ou quoique ce soit. Mais maintenant qu’il était plus lucide, il se rendait bien compte que sans Ted il serait surement mort de faim, ou quelque chose comme ça. Peut être aurait-il fait autrement, mais surement pas. Nombre de souvenirs de ses mois-ci était complètement flou, et il avait honnêtement peur de demander, entre les crises de panique et les fois ou il s’était lui même mis dans des états ou il était à peine conscient, il ne voulait pas savoir le nombre de frayeur qu’il avait causé à son ami de toujours. Enfin quoiqu’il en soit, il comprenait que Ted soit le seul - et encore il reconnaissait que putain il avait du lui en falloir du courage - à avoir pu supporter de rester là pendant tout ces mois.

Les autres avaient été voir ailleurs, par compassion, par ras le bol, ou pas politesse. Il n’en savait rien, il ne voulait pas savoir. Il ne leur en voulait pas. Il n’en pensait rien. C’était ce qu’il avait voulu. C’était ce qu’il avait eu. Parfois, en y pensant, il se sentait un peu piteux. Il se disait que ce n’était pas bien malin de repousser les vivants à cause des morts. Et puis se rappelait que de toute façon c’était simplement la seule chose qu’il aurait pu faire. Et puis tant pis si ce n’était pas malin. Il avait eu, et avait peut être encore - pour il ne savait pas combien de temps - quelques circonstances atténuantes. Cependant, aujourd’hui qu’il commençait à aller mieux, il ne savait pas franchement faire pour renouer contact. Comment on s’y prenait dans ces cas là ? Est-ce qu’on prenait son annuaire et qu’on envoyait des « hello, i’m still alive, wanna hang out ? i’m still pretty shake up and weird… but still maybe fun ?! » Meh… non. Il n’avait donc pas trouvé de phrase d’accroche… Il n’avait même pas su mettre un ordre de priorité sur ses connaissances à revoir. Après tout il avait été occupé. Vivre chez les Tonks étaient prenant. S’occuper de Dora était un job à temps plein - okay, elle allait souvent à la garderie du ministère, mais il avait souvent aussi ses propres conneries de PTSD à gérer. Profiter de la tendresse diablement réconfortante de Ted était encore et toujours sa priorité numéro une, et il commençait tout juste à nouer une nouvelle relation avec Andromeda, qui, il aurait juré, l’appréciait un peu plus maintenant qu’il était plus traumatisé que tête brûlée. Puis il y avait Nils, et ça c’était tout un autre chapitre… Et de toute évidence, le traquer jusqu’en Norvège lui avait pris un petit bout de temps. Il y avait aussi Eileen qu’il n’allait pas foutre dans un coin juste parce que leur histoire avait fini -littéralement, ou presque- dans un cimetière. Et Adélaïde, qui maintenant qu’il commençait à songer à reprendre le Quidditch était un allier de taille. Il ne mentionnerait plus Frey, il ne voulait plus mentionner Frey… Mais en quelques sortes… Bref. Il y avait déjà des gens… A une époque ça aurait été rien. Lui qui était à chaque seconde de la journée entouré par 1 à 10 personnes, aujourd’hui, c’était déjà énorme. Parfois, il peinait à tenir le compte. Quoiqu’il en soit, il n’avait rien fait pour les autres. Il aurait du, il ne l’avait pas encore fait, c’était sur une to do list, longue comme son bras, qu’il avait perdu quelque part dans sa chambre chez les Tonks.

Aujourd’hui, il était d’ailleurs sorti sur le chemin de traverse dans l’optique de racheter ce dont il avait besoin pour se remettre au Quidditch. Il n’allait pas se mentir, il avait besoin d’à peu près tout. Il verrait peut être un peu plus tard pour le balais, s’il trouvait le courage de fouiller son appartement, il retrouverait surement celui qu’il avait à Poudlard qui était très honnête, quoiqu’un peu démoder maintenant. Cela serait largement suffisant pour commencer à s’entrainer à nouveau. Pour le reste, il aurait surement besoin d’un minimum de protection et de quoi remettre un coup de neuf sur son balais. Et puis okay, il avait besoin de faire un tour dans la boutique juste pour se motiver un coup. Et puis il n’avait pas besoin de se justifier. Il reprenait par moment goût à la vie, on allait pas le priver de ça. Il sortait de la boutique lorsqu’il se sentit bizarrement suivit. Il marcha sans changer de rythme sur quelque mètre, n’osant ni se retourner, ni rien faire d’ailleurs, si ce n’est porter une main discrète sur sa baguette. C’était ridicule, en cas de problème il était sur qu’il serait incapable de faire quoique ce soit. Alors que son rythme cardiaque s’accélérait brutalement, un flot de pensée catastrophe affluait vers son cerveau, il accéléra légèrement le pas et tourna vers une ruelle moins fréquenté - erreur de débutant pensa-t-il après. Il ne fallu d’ailleurs qu’une seule seconde pour qu’une force l’attrape et le pousse contre le mur avant de lui serrer la gorge. Son coeur explosa contre sa poitrine et se serra dans sa gorge juste sous la main étrangère, ses muscles se crispèrent, ses doigts se figèrent sur la baguette qui lança bien malgré elle des étincelles. Il ferma les yeux. Il était surement mort. Mais rien ne vint. Il les rouvrit au son d’une voix qu’il connaissait bien, vit le visage. Joan. Il appuya sa tête sur le mur derrière lui, laissa son corps se liquéfier sur place. Il la laissa parler, roula à peine des yeux lorsqu’elle fit ce qui était évidement son rôle. Il connaissait Joan - trop bien certain dirait - il savait comment elle fonctionnait, il savait comment elle jouait. Il attendit à peine qu’elle finisse de parler pour refermer son étreinte sur elle - principalement pour relâcher la pression de son corps et s’appuyer lourdement sur elle. Il enroula donc ses bras autour d’elle, glissant une main contre sa nuque, enroulant ses doigts dans ses cheveux, noyant son visage dans le cou de la jeune femme. « Did you need to scare me to death ? » il souffla dans son cou avant de rester un moment silencieux, le temps de reprendre toute sa contenance. Il se redressa un peu, lui glissa un bisous sur la joue. « You haven’t change have you ? » il souffla, un léger sourire aux lèvres. Certaine chose était faite pour rester telles qu’elles étaient. « Just so you know… I’m not going to answer your dumb question… » il sourit doucement avant de ranger ses mains dans ses poches et de baisser la tête « I’m sorry… for… » pour tout, surement, tout ce temps, pour l’avoir comme oublié d’un coup.


aux sombres héros de l'amer
Ami, qu'on crève d'une absence, ou qu'on crève un abcès, c'est le poison qui coule ! A la memoire de nos frères, dont les sanglots si longs faisaient couler l'acide...
@noir désir  › ©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 48
▪ pseudo : kyu / Claire
▪ multinick : Aisling (Huff) / Jezabel (Slyth)
▪ célébrité : Samantha Barks
▪ points : 65
▪ statut : sang-mêlé
▪ âge : 24 ans
▪ maison : gryffondor
▪ emploi : vendeuse à la boutique de quidditch
▪ orientation : anything can be done
▪ situation : doable
▪ crédits : Niichan

▪ duels :
7 / 107 / 10
▪ potions :
9 / 109 / 10
▪ métamorphose :
5 / 105 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
1 / 101 / 10
▪ quidditch :
8 / 108 / 10
▪ divination :
5 / 105 / 10
  
    avataravatar
Joan P. Doge

RP10M0A9

Mar 31 Mai - 0:38

Si elle était contente de son effet? Evidemment. Si quelqu'un frôlait la crise cardiaque de son fait, c'était qu'elle s'était plutôt bien débrouillée. Frôler seulement, hein. Il était hors de question que Raed lâche carrément dans ses bras. Déjà parce qu'elle tenait bien trop au chanteur pour le perdre comme ça et aussi parce qu'elle n'était franchement pas prête à affronter le courroux de ses insupportables amis. Trop nombreux et trop pédants. A croire que Raed ne savait pas les choisir. Sauf quand il s'agissait d'elle-même évidemment, même si il ne l'avait pas vraiment "choisie". Elle lui était un peu tombée dessus sans qu'il n'ai son mot à dire, à l'image de leurs retrouvailles à ce moment précis. Il ne l'avait pas choisi, c'était un sale coup du destin, comme beaucoup trop de choses dans leurs misérables vies, mais c'était une des rares choses pour lesquelles Joan était reconnaissante. Sa relation avec Raed, qu'elle ne soit qu'amicale ou bien plus que ça, c'était un des rares souvenirs qui lui arrachait à coup sûr un léger sourire. Souvent plus amusé que mélancolique. La tristesse, la mélancolie, l'amertume, elle avait décidé d'arrêter les frais. Elle vivait dans le présent, et le passé pouvait bien aller se faire voir. Seuls ces foutus souvenirs qui lui arrachaient un sourire amusé étaient autorisés à occuper son esprit, parce que ça la détendait. Et parce qu'elle n'avait pas le temps pour les autres. Raed, lui, était à la hauteur. Il ne fit pas de crise cardiaque. Il se contenta de s'appuyer contre le mur derrière lui comme si c'était la seule chose qui le maintenait sur ses jambes, et de rouler des yeux face à la connerie inimitable de la demoiselle. La connerie de Joan qu'il avait en principe appris à apprécier, avec les années. Un être humain normal lui aurait sans doute tenue rigueur de cette entrée en la matière un peu brutale. Un humain normal lui en aurait sûrement voulu et aurait pris le temps de lui faire la morale. Mais Raed la connaissait bien trop pour s'y risquer ou pour espérer que cela serve à quelque chose. Il se contentait de rouler des yeux et de se laisser aller contre elle. Il se contentait d'enfouir ses doigts dans ses cheveux et son visage dans son cou. Pour un peu, Joan en aurait frissonné. La présence de Raed lui avait toujours fait de l'effet. Et pour le coup, à part quelques amants intempestifs et sans grand intérêt, cela faisait un moment qu'elle n'avait pas pris quelqu'un dans ses bras. Parce qu'elle se refusait toute proximité avec les gens qui comptait pour elle. Tous, sauf Raed. Parce que ce n'était pas pareil. Parce qu'après ce qu'il avait vécu, elle était sûre qu'il pouvait comprendre. Ils n'étaient pas exactement sur la même longueur d'onde, et ils avaient certainement une façon différente de voir la vie, mais elle savait comment il fonctionnait.

« Did you need to scare me to death ? » La question lui arracha un léger ricanement. Il n'était pas vraiment mort, et c'était tout ce qui comptait. « It's good for your heart, don't be touchy. » Le ton était clairement moqueur mais étrangement tendre. Pour un peu, elle se serait demandé ce qui lui arrivait. Sauf qu'elle savait très bien. Ça s'appelait Raed. Et elle aurait presque ricané alors qu'il lui collait un bisou sur la joue. L'aura de Poufsoufflerie qui se dégageait du chanteur déteignait indéniablement sur elle, mais elle résistait. Elle ne perdrait pas son mordant de Gryffondor aussi facilement. Alors, elle se contenta de hausser les épaules quand il lui fit remarqué qu'elle n'avait pas changé et refusa de répondre à sa question. Elle prenait ça comme une indication qu'il n'avait pas de couvre-feu, et qu'elle pouvait l'emmerder aussi longtemps qu'elle le jugeait utile. Très longtemps, en somme. Après tout, son stupide accent lui avait trop manqué. Mais si elle avait toujours apprécié l'écouter raconter tout et n'importe quoi - surtout n'importe quoi - elle se sentit un peu obligée de l'interrompre alors qu'il tentait de s'excuser. « Wow, no need! » Parce qu'elle n'était pas venue pour avoir une quelconque excuse. Et que ses reproches n'étaient jamais vraiment sérieux. « If you were only half as annoying as I was when i lost my parents, I'm super glad someone else took care of you. » Bon, ce n'était pas tout à fait exact. Elle se serait volontiers occupée de lui. Mais ses méthodes n'auraient certainement pas été les meilleures. Elle se permettait cependant de l'affirmer avec un léger sourire aux lèvres, parce qu'elle était passé par là. Elle était passé par cette foutue période de plusieurs semaines cloitrée chez elle, à tenter de venir à bout de la magnifique cave léguée par ses parents. Tâche ardue, qu'elle avait souhaité entreprendre seule, même si une certaine personne avait tenté de lui mettre des bâtons dans les roues. Et passées ces quelques semaines alcoolisées, elle avait vécu cette foutue période où la dernière chose dont elle se sentait capable était de renouer avec l'extérieur. Et à bien y penser, elle n'était pas vraiment sortie de cette période, tant elle s'efforçait encore de garder ledit "extérieur" hors de sa vie. Alors non, définitivement, elle n'était pas de ceux qui avaient besoin d'excuses. Elle écarta donc la tentative de Raed avec cette phrase stupide et, avec un sourire bien trop grand aux lèvres, elle passa à autre chose. « That being said, I'm so glad I finally bumped into you! » Il n'était pas forcément utile de le préciser, puisque ça se lisait surement dans le sourire idiot qu'elle ne parvenait pas à contrôler. Son éternel sarcasme n'arrivait pas à lutter contre sa bonne humeur. L'un des nombreux bienfaits de la présence du Poufsouffle. « And since you have no curfew, care to join me for a drink? » Et vu qu'il ne s'appuyait plus sur elle, elle se permit de lui attraper le bras, et de lui offrir un regard presque suppliant. Presque, seulement, parce que le sourire qu'elle ne pouvait s'empêcher d'afficher venait gâcher le tout. Mais elle lui tenait le bras de cette poigne ferme et décidée typique de l'ancienne joueuse de quidditch qu'elle était, même si le regard de chien perdu n'était pas convaincu, elle n'allait pas lui laisser l'opportunité de dire s'enfuir. Elle n'allait pas lui laisser l'opportunité de dire non, à moins qu'il propose mieux qu'un verre. Il ne pourrait y échapper que s'il enchérissait avec succès.



FOOLED BY THE QUIET
Maybe, maybe everything I thought of as home is really just a building erected to be standing in my way... Maybe I should break out but how do you break out of home, when home is your heart? And I know what heartache’s about... And really, I’m too grown to cry over spilled anything...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 705
▪ pseudo : Twisted Sunshine
▪ multinick : chut, j'ai honte.
▪ célébrité : George Blagden
▪ points : 225
▪ statut : né-moldu
▪ âge : 25 ans
▪ maison : poufsouffle
▪ emploi : Leader du groupe des Flooserables assassiné
▪ orientation : fucked up.
▪ situation : very much fucked up.
▪ crédits : (a) Jeanne

▪ duels :
7 / 107 / 10
▪ potions :
2 / 102 / 10
▪ métamorphose :
9 / 109 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
3 / 103 / 10
▪ quidditch :
10 / 1010 / 10
▪ divination :
3 / 103 / 10
  
    avataravatar
Raed Buchanan

50/500/21/V/LH

Mar 31 Mai - 18:03

Raed respirait enfin. Pas tout à fait normalement, mais l’air affluait à nouveau dans ses poumons. Il reprenait doucement des couleurs. Joan pouvait être contente d’elle, contente de son effet. Il avait effectivement faillit mourir de peur. Ce n’était pas un simple sursaut. C’était une terreur qui avait pris possession de ses membres et qui lui avait serré la gorge jusqu’à l’étrangler complètement. Elle avait honnêtement été à deux doigts de se retrouver avec une crise de panique sur les bras. Et il ne savait pas ce qu’elle aurait pu faire contre ça. Il savait bien que Joan n’avait pas toujours eu une vie facile. Il connaissait énormément de chose sur la vie de la jeune femme, presque tout il pouvait se dire parfois. Mais on ne connaissait jamais tout. Il ne serait donc pas prétentieux au point de l’affirmer. il savait juste qu’il connaissait un certain nombre de chose, et qu’il comprenait la jeune femme. Il savait aussi qu’elle avait son lot de terreur, si elle voulait bien l’admettre. Mais avoir des terreurs étaient extrêmement différent que de gérer celle des autres. Il le savait bien lui même. Il demeurait parfaitement impuissant de gérer celle de Nils, et pourtant ils avaient vécu la même chose. Mais chaque personne réagissait à sa manière, avait son système de défense et son système d’attaque. Il n’avait strictement aucune idée de comment aidé pleinement Nils. Joan n’aurait eu aucune idée de comment l’aidé lui. C’était ainsi que ça marchait. Alors elle pouvait rire et se féliciter. Elle avait eu de la chance. Elle avait eu de la chance d’être elle d’une part, et d’être un visage suffisamment rassurant pour Raed pour qu’il se calme instantanément en la voyant. Elle avait eu de la chance d’avoir des traits doux et heureux. Elle avait de la chance de compter pour lui. Peut importe ce que tout le monde pensait d’elle dans l’entourage de Raed.

Il roula des yeux quand à sa remarque, éclatant tout de même d’un sourire sincère. Il n’allait pas faire semblant. Elle le faisait rire. Elle l’avait toujours fait rire, et c’était ainsi qu’elle s’était faufilé à une place tout à fait spéciale dans son coeur. Parce que Joan était très particulière et qu’elle méritait une place du genre. Mais les gens avait parfois du mal à voir ces traits si sublime et étonnant. Parce que Joan était casse couille, vulgaire, extrême et épuisante. Joan était égoïste aussi, et parfois on se demandait sérieusement si elle en avait quelque chose à foutre de la vie. La réponse était oui, bien sûr oui. Mais souvent elle faisait beaucoup d’effort pour que cela ne transparaisse pas. Elle ne faisait jamais aucun effort pour qu’on l’apprécie, et par conséquent la plus part des gens ne l’appréciait pas. On n’avait jamais eu besoin de faire d’effort pour être apprécié de Raed. Par conséquent il l’appréciait. Il l’aimait même, pour toutes les raisons pour lesquels les autres la détestait, et pour bien d’autre encore. « yeah… you’re good for my heart… Everyone knows that. » il railla en sifflant, un sourire de plus en plus mutin sur son visage. Il avait toujours aimé leur relation sans faux semblant. Une relation qui n’essaye pas, qui n’a pas besoin d’essayer, qui roule toute seule.

Il aurait du savoir qu’il n’avait pas besoin de s’excuser avec elle. Mais quelque part c’était devenu une habitude. C’était ainsi qu’il commençait toute ses rencontres avec tous les gens qu’il avait mis de côté. Et il y en avait beaucoup. Raed avait toujours été terriblement entouré. Déjà parce qu’il était tout le contraire de Joan. Qu’il faisait en sorte qu’on l’apprécie et que par conséquent on l’appréciait. Mais aussi parce qu’il avait une personnalité suffisamment lumineuse et naturellement aimable pour qu’il n’ait de toute façon pas trop d’effort à faire. Et après l’attentat il avait laissé tomber tout le monde et il avait honnêtement plus été aussi lumineux qu’avant. S’il avait été une étoile, elle avait définitivement perdu de son éclat et elle n’allait sans doute pas tarder à s’écraser sur terre comme une vulgaire météorite. « I was probably worse… » il souffla avec un demi sourire pour lui répondre. Il n’avait jamais eu à traité Joan lorsqu’elle avait été dans cette période, pas comme Ted s’était occupé de lui en tout cas. Mais il se doutait que lui avait été une plaie. Il s’était clairement laissé mourir à petit feu, s’accrochant très vainement au fois ou Ted venait le secourir. Et ça devait être pénible de secourir sans cesse quelqu’un qui ne donne aucune l’impression d’avoir aucunement l’envie d’être secouru. « Ted is an angel. » il sourit doucement. Ce qu’il pensait de Ted n’avait pas changé. Quelque part il l’aimait surement encore plus aujourd’hui. Il lui devait sans aucun doute sa vie. « but yeah… you didn’t miss much. » il lâcha naturellement, avec un léger rire, comme si c’était la dernière blague à la mode.

« I won’t say that i’m glad I almost died today… » il roula des yeux « But I’m happy to see you. » Ses yeux, pendant un moment, pétillèrent comme avant. Son visage fut aussi illuminé qu’auparavant et on eu un éclat de ce qu’il avait été. « I would say that I’ve missed you… » il sourit en haussant faiblement les épaules « but I was in no place to do so. » C’était quelque part horrible à dire. Il savait qu’il avait surement manqué à tous les gens qu’il avait mis sur le côté. Il aurait aimé pouvoir leur rendre la pareil. Et quelque part c’était ce qu’il disait à la plus part des gens. Mais c’était des tu m’as manqué parfaitement vide. Daniel, James et Felix lui avait manqué, lui manquait tous les jours. Nils lui avait manqué… Et il n’y avait eu de la place pour rien d’autre. On allait pas faire semblant. « I should say that I’ve stop drinking… » Quelque part, il l’avait fait, un peu, du moins il ne buvait plus seul, et il ne touchait plus à une goute d’alcool en présence de Ted. Il ne s’en plaignait pas, il avait été d’accord pour ça. C’était le deal, mais il l’avait signé de son plein grès. Il savait qu’il était allé un peu trop loin avec l’alcool. « but what the hell. I’m scottish… I can’t really stop » il sourit brutalement et éclata de rire. Un vrai alcoolique repentit aurait totalement arrêté. Il aimait à pensé qu’il pouvait encore maîtriser de boire de l’alcool en société. « So yeah… Let’s go. A drink » il sourit et lui attrapa le bras « Just don’t let me drink too much… I’m a terribly loosy drunk lately. » Il y avait toujours ce point, pour le lequel il avait arrêté, ou il était trop saoule pour se contrôler et ou la douleur prenait le pas sur tous le reste. C’était dans ces moments là ou il poussait encore la bouteille, et ou il finissait par s’évanouir. Et il voulait bien boire, parce qu’il avait toujours aimé ça et que ça avait toujours fait parti de lui. Mais il ne voulait pas à nouveau être comme ça.


aux sombres héros de l'amer
Ami, qu'on crève d'une absence, ou qu'on crève un abcès, c'est le poison qui coule ! A la memoire de nos frères, dont les sanglots si longs faisaient couler l'acide...
@noir désir  › ©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 48
▪ pseudo : kyu / Claire
▪ multinick : Aisling (Huff) / Jezabel (Slyth)
▪ célébrité : Samantha Barks
▪ points : 65
▪ statut : sang-mêlé
▪ âge : 24 ans
▪ maison : gryffondor
▪ emploi : vendeuse à la boutique de quidditch
▪ orientation : anything can be done
▪ situation : doable
▪ crédits : Niichan

▪ duels :
7 / 107 / 10
▪ potions :
9 / 109 / 10
▪ métamorphose :
5 / 105 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
1 / 101 / 10
▪ quidditch :
8 / 108 / 10
▪ divination :
5 / 105 / 10
  
    avataravatar
Joan P. Doge

RP10M0A9

Mer 20 Juil - 13:08

Elle n'était pas fière d'elle uniquement pour cette crise cardiaque malvenue qu'elle avait manqué de lui filer. Ça lui arrachait certainement une légère satisfaction qu'elle n'aurait pas niée, ainsi qu'un franc sourire un peu trop moqueur. Mais elle était fière de la réaction de Raed aussi. Son sourire. Son rire face à sa connerie. S'il fallait vérifier qu'il était toujours le même, c'était mission accomplie. Il était toujours le même Raed, le seul qui était capable de la subir et d'en rire. Le seul qui ne trouvait pas une bonne excuse pour lui faire des reproches à chacun de ses mots. Alors oui, elle était bonne pour son cœur, et lui était bon pour son humeur. En présence de Raed, son sourire reprenait une teinte plus honnête, moins sarcastique. En présence de Raed, son cœur était soulagé d'un poids. Elle se sentait moins seule. Cette foutue solitude qu'elle s'infligeait pour ne pas être coupable du malheur de qui que ce soit d'autre. Cette foutue solitude qu'elle n'avait aucun intérêt à entretenir quand il était là. Parce que s'il lui arrivait quelque chose à lui, ce ne serait certainement pas de sa faute. Il avait trop de raison de s'attirer des emmerdes, il avait trop de raison d'avoir des mangemorts dégénérés à dos, pour qu'elle n'en fasse partie. S'il arrivait quelque chose à Raed, même après qu'elle l'ai vu, ça ne pouvait pas être à cause d'elle. Alors elle se rassurait en se disant que Raed ne risquait rien à cause d'elle en particulier. Et c'était tout ce dont elle avait besoin pour se laisser aller à sourire sincèrement et à profiter de sa présence.  

Elle eut une légère grimace quand il affirma qu'il avait été sûrement pire qu'elle. Sûrement. Et pourtant, elle avait été pire qu'à son habitude. Si elle pouvait être égoïste et odieuse, elle avait atteint des records. Mais elle avait passé quelques mois noyée dans l'alcool et elle en avait franchement oublié la majeure partie, pour son plus grand bonheur. Elle n'imaginait pas une seule seconde ce qu'avait pu vivre le chanteur. Parce qu'il avait été là, quand ses amis étaient morts. Parce qu'il n'y avait pas que ses amis qui étaient morts. Parce que c'était beaucoup trop grave, beaucoup trop énorme, beaucoup trop inconcevable, pour qu'elle imagine une seconde ce qui avait pu se passer dans la tête du Poufsouffle. Et à la réflexion, l'état dans lequel elle l'avait trouvé, sur ce foutu lit d'hôpital un peu trop glauque, faisait sens. Ça faisait sens, même si ça ne lui avait pas plu. Elle préférait Raed dans l'état où elle le retrouvait maintenant. Elle aurait presque pu remercier Ted pour ses bons et loyaux services si elle avait été un peu plus aimable, mais ce n'était pas comme si cet abruti de Tonks avait fait ça pour elle. Et puis il fallait bien qu'il serve à quelque chose. « Ted is an angel. » Malgré le sourire de Raed, la grimace de la demoiselle s'accentua un peu plus. Mais elle ne pouvait pas nier la phrase. Ted Tonks était sûrement un ange, et c'était sûrement ça qui le rendait emmerdant au possible. Mais bon, il fallait sûrement de tout pour faire un monde, du moins, c'était ce qui se disait. Joan pour sa part s'en foutait un peu de cet idiot irréprochable, il pouvait exister tant qu'il voulait, tant qu'elle n'avait pas à le fréquenter et qu'il lui rendait son Raed dans un état respectable.  

Alors oui, elle était contente que quelqu'un d'autre se soit occupé de le remettre sur le droit chemin. Elle ne pouvait donc décemment pas accepter quelques excuses, aussi sincères et ennuyées fussent-elles. Elle ne pouvait accepter ses excuses, et elle admettait parfaitement qu'elle ne lui ai pas manqué. Après tout, ce n'était pas une mauvaise chose. Raed n'avait pas à se rappeler de son existence quand il était au plus bas. Il avait d'autres choses auxquelles penser. Elle, elle n'était pas là pour ça. Elle était là justement pour se rappeler à son bon souvenir, maintenant qu'il osait à nouveau fréquenter les rues du Chemin de Traverse. Elle était là pour boire avec lui au bon vieux temps. Ou à autre chose. « I should say that I’ve stop drinking… » Son visage se figea en un semblant d'expression horrifiée. Arrêter de boire? Hérésie. Pas étonnant qu'il soit déprimé s'il se laissait aller à devenir raisonnable. Arrêter de boire, une bonne résolution qu'elle n'arrivait pas à comprendre. Faute de bonne foi, peut-être. « but what the hell. I’m scottish… I can’t really stop » Et un soupire soulagé répondit au rire de Raed. Elle n'aurait sûrement pas du. Elle aurait du le féliciter, et lui proposer une petite limonade bien fraiche à la place. Mais elle n'avait jamais été ce genre de personne et ne le serait jamais. L'alcool lui faisait du bien, et avec leur forte probabilité de crever dans les prochains mois, elle ne voyait pas franchement l'intérêt de préserver son foie. Mais le voir abdiquer ainsi lui arracha un sourire victorieux. Sa mauvaise influence était irrésistible, de toute évidence. Et elle ne doutait pas que, même sans qu'ils soient au courant, elle descendait à l'instant un peu plus dans l'estime de ces grands amis de Raed qui ne pouvaient déjà pas la voir en peinture de toute façon.

« Just don’t let me drink too much… I’m a terribly loosy drunk lately. » La requête lui arracha un léger rire qui tenait moins du ricanement que l'on aurait pu s'y attendre. « If you ask me that kind of thing, I might think you've totally forgot about me and who I am. » Elle est celle que les autres surveillent. Elle est celle qui ne se rend compte qu'elle n'est dans l'excès qu'après. A moins que ce ne soit juste qu'elle n'en a rien à faire sur le moment. Enfin... Si c'était Raed qui le demandait, elle pouvait bien faire un effort. Ou prétendre de faire un effort. Jusqu'à ce qu'elle oublie. « But hey, when have I been able to tell you "no"? » Et elle tire un peu plus vers elle le Poufsouffle qui lui a attrapé le bras. « I'll keep you almost sober. » Elle avait pris une voix responsable, fière et courageuse. Et ce n'était pas du tout crédible. Elle ne put s'empêcher de ricaner doucement, avant de reprendre, plus réaliste. « Tu pourras rester à la bièrraubeurre si tu veux, c'est presque pas de l'alcool. » Elle lui tapota la tête gentiment. Elle se serait bien proposée de l'accompagner sur la voie de la raison, mais elle avait pour le whisky une passion qu'elle avait renoncé à combattre. Alors elle ne proposa pas. Elle se contenta de lever la tête pour regarder autour d'elle, mais dans cette foutue ruelle, il n'y avait certainement pas de bar décent. Elle se gratta le nez pensivement. «Well, which pub? I would gladly introduce you to my new flat, but I don't think that i have any soft drinks to offer... » Son appartement était proche en effet. Le plaisir de la feignasse qui habitait à deux pas de son travail. Mais pour trouver des bièraubeurres, il fallait plutôt se diriger vers un pub tranquille des environs. Joan se spécialisait plutôt dans les stocks de vin et de whisky pur feu. Et sans vraiment attendre de réponse de Raed, et l'embarqua à sa suite. Parce qu'ils devaient bouger de toute façon, faute de bar dans les environs proches, inutiles de rester coincés là, dans une ruelle délabrée, si ce n'était pour s'encanailler. Et ce n'était pas ce qui était au programme, de toute évidence.



FOOLED BY THE QUIET
Maybe, maybe everything I thought of as home is really just a building erected to be standing in my way... Maybe I should break out but how do you break out of home, when home is your heart? And I know what heartache’s about... And really, I’m too grown to cry over spilled anything...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 705
▪ pseudo : Twisted Sunshine
▪ multinick : chut, j'ai honte.
▪ célébrité : George Blagden
▪ points : 225
▪ statut : né-moldu
▪ âge : 25 ans
▪ maison : poufsouffle
▪ emploi : Leader du groupe des Flooserables assassiné
▪ orientation : fucked up.
▪ situation : very much fucked up.
▪ crédits : (a) Jeanne

▪ duels :
7 / 107 / 10
▪ potions :
2 / 102 / 10
▪ métamorphose :
9 / 109 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
3 / 103 / 10
▪ quidditch :
10 / 1010 / 10
▪ divination :
3 / 103 / 10
  
    avataravatar
Raed Buchanan

50/500/21/V/LH

Sam 23 Juil - 22:26

Sous beaucoup d’aspect, Joan était la preuve que Raed aimait tout le monde et aimait facilement. Elle était vulgaire, relativement égoïste et d’après un grand nombre des amis de Raed franchement désagréable. Raed, lui, ne voyait rien de tout ça et aimait sincèrement la jeune femme. Il n’irait pas jusqu’à appeler ça de l’amour… Enfin peut être que s’en était… Mais pas de celui qui les oblige à être collé ensemble, jusqu’à la fin des temps. Ils n’avaient pas été un beau couple. Ils étaient même loin des ses couples parfaitement passionnels… Mais c’était surement plus la faute de Raed que celle de Joan… Quand bien même il ne se l’avouerait jamais. Et d’un côté, les proches de Raed ne pouvait que en être content. Non, Joan était en quelques sortes l’amie qui va et qui vient dans la vie de Raed de manière récurante mais pas toujours durable. Enfin amicalement elle était là pour durer. Romantiquement - ou plutôt sexuellement, c’était en in and off depuis des années… Aujourd’hui, Raed pouvait sans doute dire avec une absolue certitude que c’était en off depuis qu’il s’était mis avec Eileen… Même si la jeune femme avait eu à l’occasion des doutes… Voyons avoir deux femmes en même temps n’étaient pas le genre de Raed, quand bien même il était moins casanier avec ses copines que pouvait l’être Ted… Bref, s’il n’y aurait plus rien entre lui et Joan, c’était surement parce que son expérience de mort imminente lui avait au moins fait comprendre un truc à titre personnel… Il ne serait jamais aussi attiré par une fille qu’il l’était par un homme. Et il avait beau essayé autant de fois possible… Avec des filles sublimes et qu’il aimait sincèrement, ça ne changerait rien… Le premier crétin sublime, même sans aucun sentiment, le satisferait toujours plus. Il n’osait imaginer ce que ça ferait avec des sentiments. Il s’efforçait de ne pas y penser, parce qu’au fond ça lui provoquait un sentiment désagréable d’horreur. Et il aurait largement préféré se contenter de tomber amoureux de Joan ou d’Eileen jusqu’à la fin des temps. Mais sous beaucoup de point, il aimait Joan. Et ce n’était pas près de changer. Ce n’était soumis à aucune condition - mise à part le faite qu’elle ne le tue pas d’une crise cardiaque…

Bref, Joan avait manqué à Raed. Raed avait manqué à Joan. Tout allait bien dans le meilleur des mondes. Enfin si on oubliait que Raed et Joan était traumatisé par leur propre démon. Qu’ils étaient des alcooliques qui ne voulait ni s’assumer ni se réparer… Bref. Oui tout allait bien dans le meilleur des monde. Presque…. Mais il était si content de la retrouver. Et si piteux d’avoir mis autant de temps à donner de ses nouvelles… Raed n’avait jamais été quelqu’un d’égoïste… Et puis il était quelqu’un d’extrêmement social, et il avait rarement été seul par le passé… Mais voilà, l’attentat avait tout changé… Et il était surtout piteux de ne plus être le même. Il aimait l’ancien Raed. Il ne supportait pas le nouveau… Que ça soit le nouveau alcoolique, ou le nouveau qui essayait d’arrêter de boire… Sous les bons conseils de son ami Ted… (Qui avait en réalité raison… il avait ses derniers mois, beaucoup, beaucoup, beaucoup trop bu… Et ce n’était ni bon pour sa santé… Ni pour son moral… Ni pour grand chose en vrai… Mais bon, qu’on se le dise, c’était dans les gênes et dans les habitudes de Raed de boire… Il n’avait pas réellement l’impression d’être le même non plus s’il était parfaitement sobre… Et le truc qu’il détestait le plus depuis l’attentat c’était d’être différent… Il se sentait donc bien plus à l’aise avec l’idée de boire que celle d’être sobre… Même si c’était mauvais pour lui… De toute façon il n’allait pas mentir… Il ne tenait pas à sa vie comme il avait pu le faire avant… Et la seule raison pour laquelle il voulait faire des efforts sur sa boisson c’était parce qu’il avait vu dans le regard de Ted que ce dernier était terrifié à l’idée de le perdre… Mais il ne comptait pas se souler à mort ce soir.. Il pouvait donc quand même boire un peu et profiter de sa soirée.

Il rit à la remarque de son ami et roula des yeux. Oui, Joan n’était surement pas le meilleur garde du fou du monde… Et il avait peut être tord de lui faire confiance, mais il le faisait. Aveuglément même. Poufsouffle un jour, poufsouffle toujours. « Almost » il railla doucement, en se doutant que si l’occasion se présenterait elle oublierait probablement sa promesse… Il n’était pas dupe… C’était pour ça que ses potes détestaient généralement la jeune fille… ils avaient tendance, l’un et l’autre, à s’entraîné dans le pire… « You know i prefer firewhisky… » il souffla en roulant des yeux « And i can stand a few whisky drink before being drunk. » il railla à nouveau… « You know i have practice… » il sourit. Et mine de rien, depuis l’attentat il en avait d’autant plus.. Même si ce n’était pas de ça qu’il voulait se vanter… Il se rappelait seulement de toutes ses cuites prises dès son trop jeune âge à Poudlard, sous le regard pas responsable pour de sous d’Alexander O’Leary. « Oh come on ! I want to see your flat !! » il dit joyeusement… Il y a quelques années il aurait choisit l’option pub sans hésité… Parce qu’il aimait le monde et le bruit… Aujourd’hui il savait qu’il se sentirait plus en sécurité dans un appartement et qu’il y aurait moins de chance qu’il perde les pédales s’il était seul en compagnie de Joan… « I’ll go for hard drink or water… Don’t worry about me. » il fit un sourire confiant. Oui, finalement il se prendrait lui même en main… « I wonder if your flat is still as messy as it was back then… » Quand on regardait la jeune femme on se doutait que ça ne pouvait pas être rangé… Cette fille était un ouragan… Et c’était ce qu’il aimait tant à propos d’elle.


aux sombres héros de l'amer
Ami, qu'on crève d'une absence, ou qu'on crève un abcès, c'est le poison qui coule ! A la memoire de nos frères, dont les sanglots si longs faisaient couler l'acide...
@noir désir  › ©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 48
▪ pseudo : kyu / Claire
▪ multinick : Aisling (Huff) / Jezabel (Slyth)
▪ célébrité : Samantha Barks
▪ points : 65
▪ statut : sang-mêlé
▪ âge : 24 ans
▪ maison : gryffondor
▪ emploi : vendeuse à la boutique de quidditch
▪ orientation : anything can be done
▪ situation : doable
▪ crédits : Niichan

▪ duels :
7 / 107 / 10
▪ potions :
9 / 109 / 10
▪ métamorphose :
5 / 105 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
1 / 101 / 10
▪ quidditch :
8 / 108 / 10
▪ divination :
5 / 105 / 10
  
    avataravatar
Joan P. Doge

RP10M0A9

Mer 27 Juil - 17:07

Elle s'était dite prête à faire des efforts. Elle aurait pu le garder à l’œil et vérifier qu'il ne prenait rien de plus que de la bièrraubeurre. Vraiment. Elle aurait pu garder un œil sévère sur le contenu de son verre. Jusqu'à un certain niveau. Elle aurait pu le surveiller un peu trop maternellement, si elle s'en était donné la peine... Mais là, il ne lui facilitait vraiment pas la tâche. Elle était une totale catastrophe quand il s'agissait de compter ses propres verres, alors compter ceux des autres. Elle savait compter en principe, bien sûr - même si elle affirmait bien trop souvent que c'était inutile puisque les programmes scolaires sorciers ne prévoyaient jamais de mathématiques - mais ça ne l'empêchait pas de s'emmêler très rapidement les pinceaux, de se demander si elle n'avait pas oublier de compter un verre, d'estimer que non, d'en compter un deux fois. Et puis elle passait facilement de neuf à six, quand elle comptait. Pour des raisons qui lui échappaient. Voilà pourquoi elle se disait souvent qu'elle ne tenait pas vraiment l'alcool. Quand en réalité elle était juste incapable de savoir où elle en était de sa consommation. Anyway. Elle avait promis de prendre soin de lui, elle était une femme de parole. Presque.

« Oh, you know, since you're hanging with you "serious friend" lately » Elle ne disait pas ses amis chiants, mais elle n'en pensait pas moins. Oh, Raed connaissait l'animosité entre elle et le reste du monde, il ne lui en voudrait sûrement pas. Il lui passait toujours ses pires connerie de toute façon, non? « I was thinking you might have lost your practice. You know, you lose all your experience when your stop training. » Elle, en revanche, elle ne risquait pas de perdre la main. La moitié de ses soirs, elle les passait en bar. Et quand elle n'allait pas boire en public, elle ne manquait pas de s'alcooliser en privé. Quand elle y pensait, parfois, ça l'inquiétait légèrement. Mais elle réalisait que ce n'était pas si grave que ça. Si elle survivait aux cinq prochaines années, cela tenait du miracle, alors peut-être ledit miracle durerait-il un peu plus et la sauverait-il d'une cirrhose malvenue à trente ans. Alors oui, elle pouvait bien tenir ce foutu rythme de croisière. Le naufrage était de toute façon au programme, elle ignorait juste quand ça finirait par lui tomber dessus. Mais c'était pas le moment pour penser à ça, et il la sortie de ses pensée en choisissant l'appartement. Très bien. Elle ne s'y attendait pas, mais s'il était prêt à se risquer au whisky pur-feu, il était le bienvenue chez elle. Et elle eut un petit rire amusé quand il évoqua le précédent. Celui qu'il avait connu. Celui d'avant le drame. Celui trop plein de conneries, celui trop plein de vie. Elle l'aimait, cet appartement. Mais il était devenu trop plein de souvenirs, trop plein d'amertume. Il risquait d'être déçu, il ne savait pas à quel point elle était tombée bas. Et elle n'avait pas vraiment envie qu'il sache. Mais il avait choisit, et franchement, être au calme avec le Poufsouffle ne pourrait que lui faire du bien. Elle n'avait pas envie de le partager avec qui que ce soit, pas tout de suite, pas maintenant, alors qu'elle venait de remettre la main dessus. « Oh, don't expect much. » Un nouveau rire léger lui échappait alors qu'elle tournait en direction de chez elle. « I have not become the kind of person that cleans, but I can't get this one as messy, seriously. » Principalement parce qu'elle avait arrêté d'accumuler des objets débiles, des souvenirs. Parce qu'elle n'avait plus grand chose de personnel, dans son appart. Parce qu'elle n'y invitait plus de gens comme elle invitait n'importe qui dans le précédent. Il n'y avait pas que l'appartement qui avait changé. Elle savait que cela venait surtout d'elle.

L'appartement était au-dessous d'une petite boutique miteuse, dans une ruelle voisine, et quelques secondes plus tard, elle l'entrainait à sa suite dans les étroits escaliers de bois qui grinçaient avec conviction à chaque pas. D'un mouvement de baguette, elle déverrouilla la lourde porte de son appartement qu'elle ouvrit d'un coup d'épaule, avant d'inviter Raed à entrer avant elle sur une délicate révérence. Comme si elle lui ouvrait la porte sur un nouveau monde plein de merveille. Elle lui ouvrait en réalité la porte sur son piteux salon qui, cela se constatait sans mal au vu des piles de fringues qui traînaient dans les coins et de la couette installée sur le canapé, lui servait aussi de chambre. Les volets ne fermaient pas, mais elle avait pris l'habitude de dormir avec les lumières froides de la rue qui éclairaient la pièce. Et puis la chambre, dont la porte était bien fermée, servait à d'autres choses. Principalement pour son petit trafic de potion et la culture de quelques plantes qu'elle ne pouvait pas se permettre d'avoir à sa fenêtre. Les plantes. Une passion de Joan, et la seule forme de décoration dans la pièce. A côté de la porte de la chambre, elle avait entassé ses vieux bouquins d'un côté, qu'elle ne lisait plus jamais, et sa réserve de fringues de l'autre, qui ne ressemblait pas à grand chose. Elle avait la chance d'avoir une garde-robe relativement réduite. Au milieu du salon, elle avait le canapé et deux petit fauteuils, avec une table basse. Le nécessaire vitale. Quelques bouteilles vides qu'elle n'avait pas pris le temps de faire disparaître traînaient par-ci par-là. Et l'ensemble des plantes qu'elle cultivait avec un talent indéniable était rassemblé autour d'une des deux grandes fenêtre donnant sur la rue. Restait une petite porte qui menait à une cuisine bien trop minuscule pour en attendre quoi que ce soit. Un frigo, une gazinière. Le minimum vital, qui ne tenait dans un si petit endroit que par l'opération du saint esprit. Ou par un sortilège que le locataire précédent avait sur le mobilier. Pour accéder à la salle de bain, il fallait passer par la chambre, et elle réalisa un peu tard que si Raed voulait utiliser les commodités, il devrait passer dans son labo de fortune. Meh, c'était Raed. Il la laisserait faire ce qu'elle voulait, non?

Bref. Pas le meilleur des appartements, mais qui lui correspondait. D'une certaine manière. Et elle s'y plaisait. Elle se glissa derrière le jeune homme pour aller jusqu'à la fenêtre et l'ouvrir. Ca puait la clope - à moins que ce ne fut la mandragore sêchée - et elle n'avait pas aéré depuis la veille. D'un nouveau mouvement de baguette, elle força la pièce à s'aérer en gromelant un sortilège approximatif. Le verre des fenêtres trembla un instant, mais résista. L'appartement était habitué à Joan et à sa façon un peu brutale de nettoyer. Elle ne lançait ses sortilèges qu'à moitié, souvent parce qu'elle ne les maîtrisait pas à merveille, mais le boulot était fait. Et étrangement, les meubles et les murs résistaient. Elle ne savait pas bien pourquoi, mais quand un logement lui survivait ainsi, elle se sentait chez elle. Home sweet home. « Hope you're not too disappointed..? » Elle ne doutait pas un instant que Raed préférait l'appartement précédent. Plus vivant. Plus de bons souvenirs qui l'emplissaient, aussi. Elle aussi, elle préférait l'ancien. Mais elle pouvait supporter la critique. Elle était bien où elle était, et toutes les remarques de son ami n'auraient rien pu y changer. Elle se hâta chercher sa meilleure bouteille de Whisky dans la cuisine. « Firewhisky it is then? » demanda-t-elle depuis l'autre pièce, sortant la tête par la porte pour attendre sa réponse. « I might have some wine too, somewhere, if you change your mind. » D'un léger mouvement de baguette, elle nettoya deux verre qu'elle envoya se poser sur la table. La brute qu'elle était savait tout de même manipuler des récipients avec soin. Elle maîtrisait et savait se montrer délicate à force de pratique. Et son amour des potions lui avait permis de développer un certain talent, sans aucun doute. « So, Honey, tell me what you're up to, now that you've left Tonk's basement. » Bon, peut-être que l'autre idiot ne l'avait pas gardé dans sa cave, mais cela représentait bien l'idée qu'elle se faisait de son séjour là-bas. Et puis s'il fallait qu'elle commence à prétendre être sérieuse, ils allaient vite s'ennuyer.



FOOLED BY THE QUIET
Maybe, maybe everything I thought of as home is really just a building erected to be standing in my way... Maybe I should break out but how do you break out of home, when home is your heart? And I know what heartache’s about... And really, I’m too grown to cry over spilled anything...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 705
▪ pseudo : Twisted Sunshine
▪ multinick : chut, j'ai honte.
▪ célébrité : George Blagden
▪ points : 225
▪ statut : né-moldu
▪ âge : 25 ans
▪ maison : poufsouffle
▪ emploi : Leader du groupe des Flooserables assassiné
▪ orientation : fucked up.
▪ situation : very much fucked up.
▪ crédits : (a) Jeanne

▪ duels :
7 / 107 / 10
▪ potions :
2 / 102 / 10
▪ métamorphose :
9 / 109 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
3 / 103 / 10
▪ quidditch :
10 / 1010 / 10
▪ divination :
3 / 103 / 10
  
    avataravatar
Raed Buchanan

50/500/21/V/LH

Mar 2 Aoû - 22:01


Souvent, Raed regrettait que Joan ne s’entende pas avec ses amis. En réalité il le regrettait toujours. Ca avait été un poison dans leur relation, ou dans sa relation avec ses amis. Joan faisait toujours quelques remarques bien senties quand aux autres amis de Raed… Et les autres ne s’était jamais privé de dire que Joan était putain de chiante en plus d’être littéralement irresponsable. Bref, on aurait pu dire que puisque personne n’aimait personne, tout était bien dans le meilleur des monde, mais en réalité c’était toujours plus complexe. Heureusement, Raed était le genre de personne suffisamment borné et loyal pour ne vouloir faire défaut à aucun des deux… Et à terme, s’ils voulaient tous être amis avec lui, et bien ils avaient intérêt à faire des efforts. Parce qu’il ne les laisserait pas gâcher ses amitiés pour lui. Néanmoins, à chaque remarque, il soupirait fortement. Ce n’était pas parce qu’il était au courant de ce que chacun pensait de l’autre qu’il était d’accord. Et s’il n’avait vraiment pas envie de perdre son temps à réprimander Joan à chaque fois qu’elle laissait son avis s’exprimer sur ses autres connaissances, il tenait tout de même à montrer que vraiment il était agacé lorsqu’elle agissait comme ça. Souvent, ça suffisait. Parce qu’il y a un truc que personne ne voulait faire, c’était agacer Raed. Parce qu’il était cet être lumineux - enfin plus trop maintenant mais - et adorable qui aimait tout le monde et qui réclamait toute l’attention et l’amour qu’il redonnait au centuple. Bref, on avait en général, envie d’aimer et de faire sourire Raed, pas l’inverse. Normalement, il lui suffisait donc de faire les gros yeux pour être clair… Si elle pouvait être plus silencieuse sur ce sujet, ça ne le dérangerait pas, bien au contraire.

« Trust me, I had enough practice for a life time. » il murmura doucement. Et ce n’était pas de la bonne pratique dont il parlait. La bonne pratique, c’était les soirées adolescentes qu’il avait eu à Poudlard, ou ailleurs, ou il finissait presque ivre mort à cause d’un concours stupide. La bonne pratique c’était les verres presque quotidien qu’il prenait avec son groupe, ou des amis, pour fêter quelques choses, pour simplement pour remercier de la bonne humeur générale. Dans la vie de Raed, tout était bon prétexte pour boire. C’était sans doute ancré dans ses gênes et dans sa tradition. C’était son petit caractère qu’il avait ramené du monde moldu. Il était un bon vivant, il aimait l’alcool et la bonne bouffe. Après tout, c’était un poufsouffle. Mais la pratique qu’il avait eu ses derniers temps n’était pas bonne, pas saine. C’était des jours et des jours entiers passé sous l’influence de l’alcool, l’esprit trop brumeux pour réagir, ou pour rester réellement éveillé, l’esprit trop lourd et trop traumatisé pour réellement s’endormir. C’était l’enfer qui s’ouvrait sous ses pieds mais qui ne l’engloutissait jamais vraiment, ou qui le recrachait, pour lui donner un sentiment de chute sans fin. Non, la pratique qu’il avait eu n’était pas bonne, ou pas saine… Mais il en avait eu. il ne se soulerait pas si facilement. Il boirait comme au bon vieux temps, un verre pour l’humeur, un verre pour le plaisir, et un verre pour être heureux.

Il ria doucement à la remarque sur l’appartement. Il se souvenait bien de celui qu’elle avait eu l’habitude d’avoir. Il se foutait bien du bordel. Lui même n’était pas un as du rangement. C’était Ted qui était organisé. Mais Ted, lui de toute évidence, était parfait. Raed, lui aussi était bordélique, puis il vivait avec un chat, qui, s’il ne se prénommait pas déjà Fluffy se serait surement appelé Tornade… ou quelque chose comme ça. Enfin l’appartement de Raed était dans un état terrifiant. Depuis l’attentat ça avait été pire. Il ne rangeait rien, s’occupait de rien, et avait fracassé tellement de chose qu’on aurait pu croire à une attaque de mangemort dans son appartement. Et puis maintenant ça faisait plusieurs mois qu’il n’y était pas retourné… C’était forcément l’enfer. Il ne jugerait pas. « However is your place, i bet mine is worse. » il ricana doucement, pour la rassurer. De toute façon, ils connaissaient chacun les pires côtés de l’autre. Et ils avaient appris à les aimer. Il n’y avait donc rien qu’elle puisse faire qui le rendre grognons, ou pire. Sauf critiquer Ted et les autres… Il la suivit en silence, un fin sourire s’étendant sur son visage. Il observait, avec un regard doux, qui ne jugeait rien. Une fois arrivé dans l’appartement de Joan, il lui offrit un vrai sourire. Comme pour la rassurer sur ce qu’il pouvait penser… Ou il ne savait pas. Il s’avachit lourdement dans le canapé, signifiant bien qu’il se foutait de la propreté ou de quoique ce soit. « Fire whisky is good, thanks Hon. » il souffla avec un sourire, depuis le canapé avant d’ajouter « Your home is fine… The last one was better… But I get the change… » Il ria doucement, un peu tristement aussi. Ils avaient tous les deux perdus beaucoup. Et dans leur habitudes, dans leur logement, la vie s’en était allé, un peu.

Il laissa le silence emplir l’appartement. Il n’y avait plus que le bruit des verres et des bouteilles qui résonnait dans la pièce. Il avait pris l’habitude de laisser filer le silence. Avant il aurait meublé par des rires, des blagues, ou des bêtises. Aujourd’hui, il laissait filer le silence, parce qu’il avait du mal à vouloir rire vraiment. Il roula des yeux lorsqu’elle parla du sous-sol de Ted. Il soupira doucement « I wasn’t in his basement Joan… » De tout ses amis, il aurait espérer qu’elle puisse aimer Ted, et vis versa. Parce que Ted était le plus important. « And he saved my life, really. » Au fond, il savait qu’elle le savait. Ca lui faisait juste mal de l’avouer surement. « I bought a new wand… I suck a bit… But i will be better soon i hope. » il ricana doucement. « I’ve done few game of quidditch too… I have lost so much… But i could’ve been worse. » Il aurait pu être meilleure, mais il essayait vraiment d’être positif. « i’ve tried to start singing again… a bit. » Bref, il avait essayé de revivre normalement, comme avant presque… Il ne savait pas trop encore ou il en était… Mais il essayait. « And you Hon ? What have you been up to ? »


aux sombres héros de l'amer
Ami, qu'on crève d'une absence, ou qu'on crève un abcès, c'est le poison qui coule ! A la memoire de nos frères, dont les sanglots si longs faisaient couler l'acide...
@noir désir  › ©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 48
▪ pseudo : kyu / Claire
▪ multinick : Aisling (Huff) / Jezabel (Slyth)
▪ célébrité : Samantha Barks
▪ points : 65
▪ statut : sang-mêlé
▪ âge : 24 ans
▪ maison : gryffondor
▪ emploi : vendeuse à la boutique de quidditch
▪ orientation : anything can be done
▪ situation : doable
▪ crédits : Niichan

▪ duels :
7 / 107 / 10
▪ potions :
9 / 109 / 10
▪ métamorphose :
5 / 105 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
1 / 101 / 10
▪ quidditch :
8 / 108 / 10
▪ divination :
5 / 105 / 10
  
    avataravatar
Joan P. Doge

RP10M0A9

Lun 8 Aoû - 12:46

Que l'appartement de Raed fusse pire que le sien, étrangement, elle n'en doutait pas vraiment. Y était-il retourné, au moins? Ou avait-il juste laissé l'endroit dans l'état dans lequel il était quand il s'en était enfuit. Oh, oui, il s'en était enfuit. Joan pouvait l'attester. Elle s'y était introduite à l'occasion, quand elle avait appris qu'il n'était plus à l'hôpital et qu'elle avait voulu avoir de ses nouvelles. De toute évidence, cela avait été un échec, mais ça avait suffit à la rassurer. Si Raed n'était pas là, il avait du trouver un ami pour s'occuper de lui. Parce que s'il était une chose dont le jeune homme ne manquait définitivement pas, c'était des amis. Et malgré toute l'aversion que Joan avait à leur égard, elle n'avait aucun doute quant à leur capacité à prendre soin de son ami, et de le sortir de son état de probable dépression. Quel que soit le temps que ça prendrait. Alors elle avait laissé l'appartement dans l'état pitoyable où elle l'avait trouvé en s'y introduisant, et ne s'était plus trop inquiétée de trouver Raed. Elle savait qu'il lui suffisait de continuer sa vie, et elle finirait par le croiser à nouveau. Quand il aurait envie d'être trouvé. Et ça s'était passé exactement comme ça. Elle aurait pu s'en vouloir de n'avoir pas été là plus tôt, elle aurait pu s'en vouloir de ne pas s'être inquiétée plus... Mais ce n'était définitivement pas le genre de Joan. Elle avait Raed avec elle, inutile de repenser au reste.

Elle avait Raed avec elle qui s'affalait dans son canapé, peu important la couette qui en encombrait une partie, peu important le bordel sans nom qui l'entourait et qui consistait en les divers restes de soirées que Joan avait pu passer à son appartement. QUand elle ne sortait pas, cela ne l'empêchait pas de descendre quelques verres de firewhisky pour aider son cerveau à ne pas ressasser les mêmes conneries toute la soirée et avoir un sommeil de chaton, serein. Il approuva le firewhisky et elle envoya donc une de ses meilleures bouteille retrouver les verres sur sa table, d'un coup de baguette. Elle rit avec lui à sa remarque sur sa maison. Oh, oui, l'autre était mieux. Et non, Joan n'aimait vraiment pas le changement. Elle était ce genre de personne qui prétend vouloir tout foutre en l'air mais refuse de remplacer son vieux canapé dont les ressorts vous bousillent le dos. Elle avait changé d'appartement. Elle avait changé de canapé. Elle avait changé de vie. Elle détestait ça, mais elle s'était pliée au jeu. Pour repartir de zéro, comme si c'était possible. Douce illusion. Elle s'était pliée au jeu, avait prétendu reprendre sa vie, comme si de rien n'était. Elle avait même calmé ses ardeurs pendant quelques mois. Elle avait mené une vie d'adulte responsable, boulot et dodo. Pas d'excès, pas de soirée accoudée au comptoir du premier bar venu, pas de frasques dans l'allée des embrumes, pas de conneries. Une vraie adulte responsable. Pendant quelques mois. Et puis ça l'avait chier. Profondément. A quoi bon vivre aussi tristement, pour le peu de temps qui lui restait. Son karma était foutu, de toute façon.

Le soupir de Raed et son roulement d'yeux lui arrachèrent un sourire amusé alors qu'elle se laissait tomber dans le canapé à côté de lui. Oui, certes, elle s'était dit qu'elle arrêtait de l'embêter avec ses autres amis. Certes. Mais ce n'était là qu'une petite pique innocente. Elle ne doutait pas d'ailleurs que la cave de Tonks était des plus confortables, hein. Et elle roula à son tour des yeux avec un léger sourire quand il lui affirma que l'autre Poufsouffle lui avait sauvé la vie. Elle se garda de faire la moindre remarque, cependant. Elle se contenta d'avoir une image de Tonks en tête, en chevalier dans sa brillante armure, secourant Raed. Elle aurait presque pu ricaner, mais se retint. Non, Raed ne l'aurait pas bien pris. Elle pouvait envoyer des piques sur ses amis bien trop ennuyants à son goût, mais elle n'irait tout de même pas nier ce qu'ils avaient fait pour lui. Et si à son humble avis, Raed aurait fini par s'en sortir seul, parce qu'elle avait fini par s'en sortir seule, elle, cela  ne changeait rien au fait que la présence de Tonks avait du aider. Oh, et puis elle ne savait rien de ce qui s'était passé, dans la cave de Tonks, après tout. L'histoire de nouvelle baguette lui arracha un sourire un peu fier. Elle était fière de lui. Il reprenait du poil de la bête. Et il était Raed, évidemment qu'il la maîtriserait bientôt. A la mention du quidditch, les yeux de Joan pétillaient d'enthousiasme. Raed de retour sur un balais... Ca, c'était très bon signe. Et quand il parla de chanter, elle tapa doucement dans ses mains, et ne retint pas un « Ooooh... » à moitié enthousiaste, à moitié rêveur. Nombreux étaient ceux qui pouvaient prétendre au titre de premier fan de l'ancien groupe de Raed. Elle n'aurait même pas essayé de leur tenir tête. Elle n'avait jamais été doué pour être première à quoi que ce soit. Mais elle était définitivement fan. Grande fan. De Raed plus que de son groupe, d'ailleurs, mais c'était un détail. « Back to it, then? Quidditch and singing, your two loves... That's so cool... » S'inquiéter pour lui? Après ce qu'il avait vécu, elle n'avait plus trop de raison de s'inquiéter. L'enfer lui était tombé sur la tête, il y avait survécu, il avait réussi à se relever. S'il était prêt à se lancer dans quoi que ce soit à nouveau, il connaissait les risques. S'il était prêt à les prendre, ce n'était certainement pas Joan qui allait prétendre lui faire la leçon.

D'un nouveau mouvement de baguette, elle remplit leurs verres et il interrompit son besoin de commenter plus plus en l'interrogeant sur sa vie à elle. Elle écarta la question d'un mouvement de main. « Meh, same old, same old. I work in a quidditch shop on the next alley, and I sell weird potions to weird people, nothing fantastic. I tried to be good at adulting when I bought this place, and then I gave up. » Un haussement d'épaule, et voilà. C'était tout ce qu'il aurait. Ses déboires en bar, ses connaissances louches, les embrouilles stupides dans lesquelles elle se mettait... Il s'en douterait, sûrement, pas besoin de lui faire un dessin. Elle était elle, et elle avait beau avoir essayé de changer, ça avait été un échec terrible. Être adulte était la chose la plus chiante au monde, et elle n'en avait pas besoin. Elle lui donna son verre, et leva le sien. « Let's raise our glass to you, singing again. » Son sourire était bien plus franc qu'à son habitude. « And if you ever need someone to play... I don't know, maracas? or triangle..? You know who to call. » Elle n'était certainement pas apte à jouer de la musique, mais elle était toujours pleine de bonne volonté. Elle laissa échapper un léger rire, cogna son verre dans celui de Raed et avala une gorgée avant de reprendre. « And, now, show me this new wand. What's it made of? » Pas qu'elle s'y connaisse vraiment en signification de la composition des baguettes, tout ceci ressemblait beaucoup à la version sorcière de l'astrologie moldue, à son humble avis, mais c'était toujours bon à savoir. Comme elle connaissait sans pour autant en savoir la signification le signe astrologique de la plupart de ses amis. Facile quand elle en avait si peu.



FOOLED BY THE QUIET
Maybe, maybe everything I thought of as home is really just a building erected to be standing in my way... Maybe I should break out but how do you break out of home, when home is your heart? And I know what heartache’s about... And really, I’m too grown to cry over spilled anything...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 705
▪ pseudo : Twisted Sunshine
▪ multinick : chut, j'ai honte.
▪ célébrité : George Blagden
▪ points : 225
▪ statut : né-moldu
▪ âge : 25 ans
▪ maison : poufsouffle
▪ emploi : Leader du groupe des Flooserables assassiné
▪ orientation : fucked up.
▪ situation : very much fucked up.
▪ crédits : (a) Jeanne

▪ duels :
7 / 107 / 10
▪ potions :
2 / 102 / 10
▪ métamorphose :
9 / 109 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
3 / 103 / 10
▪ quidditch :
10 / 1010 / 10
▪ divination :
3 / 103 / 10
  
    avataravatar
Raed Buchanan

50/500/21/V/LH

Dim 11 Sep - 17:59

Ce que Raed adorait chez Joan c’était l’absence totale de jugement. Enfin, envers lui, parce que Joan était une personne critique, une personne exceptionnellement critique. Mais ce qu’elle jugeait ce n’était non pas les faiblesses, les erreurs et les défauts…. non ce qu’elle jugeait c’était l’intelligence, la perfection. Ca aurait presque pu être vexant, de savoir qu’on était suffisamment imparfait pour ne pas être jugé par Joan Doge. Ca ne l’était pas. Et c’était quelque part plutôt rassurant. Avec elle, Raed pouvait être ce qu’il était, un tas de cendre, un bordel innommable, un échec sanglant, elle ne dirait rien. Peut être ne dirait-elle rien parce qu’elle n’avait rien le droit de dire. Elle était pire que lui, sur bien des points. Sans doute était-ce pour ça qu’elle ne jugeait pas les failles… C’était uniquement pour se rendre supportable. Peut importe, au fond, c’était la finalité qu’il fallait retenir. Elle était un appuie essentiel à sa vie. Bien sûr, il savait bien qu’il n’était pas à plaindre. Il avait, et avait toujours eu, des amis formidables. Joan n’était pas la seule qui ne le jugeait pas. Peu de personne d’ailleurs dans son entourage le jugeait vraiment. Pas dans l’entourage proche en tout cas. Mise à part Nils, surement, mais il avait ses raisons. Mais ce qu’il y avait de plus avec Joan c’était un profond sentiment d’égalité. Il était égal avec tous ces potes bien sûr, mais ils étaient tous si parfait, si accompli que s’en était parfois pesant. Raed n’était pas quelqu’un de jaloux, mais tout de même. Avec Joan il n’y avait pas de prise de tête, il n’avait même pas vraiment besoin de réfléchir. Il n’avait en réalité seulement besoin de consommer sa vie comme elle venait, comme bon lui chantait. Joan lui avait surement fait faire un bon nombre de connerie. Et c’était pour cette raison que les amis de Raed ne l’aimait pas trop. Mais elle ne l’avait jamais vraiment forcé. Raed était né leader, il était loin d’être un suiveur. Les conneries qu’il avait fait avec Joan, il aurait pu les faire seul. Si seulement il n’avait pas eu de conscience. Joan était son absence de conscience. Joan était sa pause.

Ainsi, bien sûr, il n’était pas surpris de sa réaction. Elle était la première à savoir - pour la musique du moins - et Raed préférait que cela reste comme ça. C’était un secret à lui, quelque chose qu’il n’osait pas encore dire. Mais ce n’était pas pareil avec Joan. C’était comme le dire à soit même. Elle ne le répèterait à personne. Finalement, le dire à Joan, c’était seulement une manière de l’énoncer à voix haute, comme devant un miroir, c’était pour fixer la chose, pour la rendre réel, pour diminuer le potentiel de chance d’abandon. Alors évidement, il s’était attendu à ce qu’elle soit un minimum enthousiaste. Il avait besoin de cette bénédiction. Il avait besoin de l’entendre dire que c’était une bonne idée. Il avait besoin qu’elle soit sur pour lui. Parce que lui, il avait perdu tout ça. Pendant des mois il avait perdu l’envie. Il en avait même perdu l’idée. Comme si tout avait pu s’envoler pour laisser place au néant. Pendant des mois il avait cru que le néant le maitrisait. Il avait cru qu’il pourrait ne plus rien vouloir et que peut être que c’était bien comme ça. Mais lorsque l’envie avait repris, il avait à la fois eu l’impression d’étouffer et de respirer. Il avait retrouver son rêve et avait en même temps replongé en plein cauchemar. Il avait besoin qu’une personne le soutienne pour être sur de lui à nouveau. Pour ranger la partie cauchemar au placard. Pour avancer à nouveau. Joan lui apporterait ça. Parce que s’il y avait bien un sujet sur lequel elle était toujours enthousiaste, c’était Raed.

Il éclata de rire à sa remarque - comparé au Raed qu’elle avait toujours connu l’éclat était bien pâle, mais c’était déjà ça. Il souffla avec un sourire et un regard joyeux « Come on, I have more that two loves… » il sourit « You should at least add yourself to the list. » Nouveau sourire, décidément Raed était quelqu’un de charmeur. Et puis quelque part, c’était vrai. Raed avait toujours mis un point d’honneur à aimer les gens avant toute chose. Sans doute était-ce pour ça qu’il avait été si blessée lorsqu’il avait réalisé qu’il avait fait passer sa passion - la musique - avant les gens et que cela avait coûté la vie de nombreux de ses plus proches amis. Mais cette fois-ci il avait pensé à tout, ou presque … il ne pouvait certes pas se passer de spectateur, sinon le principe même de son ancien métier s’évanouissait… mais il pouvait au moins être seule sur le devant de la scène. S’il devait à nouveau être une cible, il voulait être la seule. S’il y avait une personne à abattre ça serait lui. C’était peut être pour ça qu’il le disait à personne. Il n’avait pas envie de paraître plus suicidaire qu’il ne l’était. Il ne voulait affoler personne. Joan n’était pas de celles qui s’affolent.

Lorsqu’il entendit Joan parler de sa vie il émit un rire joyeux ainsi qu’un froncement de sourcil. C’était bien Joan, elle n’avait guère changé et cette simple pensée le remplissait de joie. Au fond il ne savait pas ce qu’il aurait fait, si elle était devenue adulte comme elle le disait. Ca ne l’empêchait pas d’être inquiet, au fond, légèrement. Il ne pouvait plus s’empêcher de l’être. C’était le plus agaçant à propos de lui même. « You’re still young anyway you know » Il rit. Elle n’avait de toute façon pas besoin d’être adulte aussi vite « and what do you mean by weird potion ? » Bon la connaissant ce n’était pas bien méchant… quoique… ouai non, on était jamais bien sur avec elle. Mais bon, Joan était une grande fille, Raed n’avait vraiment pas de soucis à se faire. Joan était une force de la nature en plus d’être complètement bornée. Mais lui aussi l’était, lorsqu’il le voulait et il se permit donc un rire lorsqu’elle mentionna le triangle et l’éventualité d’être dans le groupe « yeah… » il rit à nouveau « not to be mean or anything. But i think i’ll do that alone this time » Ca pouvait sembler être une terrible idée, ou une très bonne il ne savait pas. Ce n’était pas la question. Il avait décidé d’être stricte sur ce point là. Il fut assez heureux de changer de sujet. Il avait eu besoin de le dire, pas de s’éterniser dessus. Il rit tout de même en l’entendant parler de sa baguette. Heureusement qu’elle avait ajouté le mot nouveau, sans quoi il aurait surement répondu un vaseux « oh tu sais de quoi elle est faite ». A la place il se contenta de sortir l’objet et de dire « Does it really matter ? Do you know shit about wand ? » il rit en lui tendant la baguette « it’s a nice one, i got a bit of trouble with it… I really liked my last wand… But it’s a nice one I think » Il lui fit un sourire… oui tout allait aller bien.


aux sombres héros de l'amer
Ami, qu'on crève d'une absence, ou qu'on crève un abcès, c'est le poison qui coule ! A la memoire de nos frères, dont les sanglots si longs faisaient couler l'acide...
@noir désir  › ©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 48
▪ pseudo : kyu / Claire
▪ multinick : Aisling (Huff) / Jezabel (Slyth)
▪ célébrité : Samantha Barks
▪ points : 65
▪ statut : sang-mêlé
▪ âge : 24 ans
▪ maison : gryffondor
▪ emploi : vendeuse à la boutique de quidditch
▪ orientation : anything can be done
▪ situation : doable
▪ crédits : Niichan

▪ duels :
7 / 107 / 10
▪ potions :
9 / 109 / 10
▪ métamorphose :
5 / 105 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
1 / 101 / 10
▪ quidditch :
8 / 108 / 10
▪ divination :
5 / 105 / 10
  
    avataravatar
Joan P. Doge

RP10M0A9

Lun 12 Sep - 0:23

Elle ricana quand il affirma qu'il avait plus de deux amours, et elle haussa un sourcil moqueur quand il prétendit qu'elle pouvait d'ajouter à la liste. Elle lui offrit un coup de coude dans les côtes pour punition. Il n'avait pas le droit de lui sortir ce genre de chose. Parce que Joan était toujours un peu la sale gosse qui refusait toute démonstration d'affection en huant toutes celles dont elle était témoin. Mais elle avait beau n'avoir pas grandit le moins du monde, elle était aussi celle qui avait envie de prendre dans ses bras toutes les personnes qu'elle appréciait un minimum quand elle en avait l'occasion. Elle était donc coincée entre son cynisme puéril, et son côté bisounours non assumé. Le fait était que, à part Raed, il n'y avait pas énormément de gens qui la mettaient face à un tel dilemme. Alors quand il lui sortait ce genre de connerie, elle se contentait de ricaner et de lever les yeux au ciel. Comme si elle allait y croire une seule seconde. Oh, certes, Raed l'appréciait. Et elle ne doutait pas qu'ils avaient une relation assez particulière pour lui aussi. Mais Raed avait beaucoup d'amis. Beaucoup trop, si l'on demandait à Joan. Elle ne pouvait pas avoir une réelle importance. Pas comme la musique, pas comme le quidditch. Pas comme ces passions qui l'avaient fait vivre et briller. Mais elle n'allait pas relever. Elle se contentait de rouler des yeux et de lui lancer un regard lourd de sens. Un regard qui signifiait "I ain't that kind of girl, Raed, don't try it".

Il rit alors qu'elle lui racontait combien elle avait échoué à être adulte et sa réponse arracha un sourire pensif à la demoiselle. Elle était jeune oui, sûrement. Pouvait-elle encore se passer d'être adulte? C'était une autre question. Et elle avait l'impression que rester gosse était un luxe qu'ils n'avaient plus le droit d'avoir dès qu'ils avaient quitté Poudlard. Plus maintenant. Plus dans le monde dans lequel ils vivaient. Mais ce n'était pas le genre de chose qu'elle allait dire à Raed. Puisque de toute façon, qu'elle puisse se l'offrir ou non, c'était un luxe qu'elle prenait. Parce qu'elle ne savait pas vivre autrement qu'en étant irresponsable et immature. Il la connaissait, il savait comment c'était. Mais sa question quant à ses potions figea Joan un instant. Parce qu'elle se méfiait de l'avis de Raed sur le sujet, surement, et qu'elle ne pouvait s'empêcher de ressentir un sentiment de fausse culpabilité. Sentiment qu'elle chassa aussi vite d'un haussement d'épaule. « Oh, you know how I've always been great with potions... Well I want to make money, people want to forget how shitty everything is... We usually get to an understanding. » Elle haussa à nouveau les épaules. Oui, elle appelait ça des potions parce que c'était plus simple. Oui, elle aidait les gens à se droguer pour oublier, clairement. Mais tout le monde dans l'histoire était consentant, et elle aurait presque plus prétendre vouloir aider son prochain. Après tout, elle ne vendait rien qu'elle n'avait pas elle-même consommé à un moment ou à un autre.

Mais elle préférait trinquer avec lui que de s'étaler sur la question de la moralité de ce qu'elle faisait. Elle n'était pas très au point, sur ce genre de détail. Et elle opina quand il affirma qu'il préférait jouer seul. « Good choice, I probably suck even with just a triangle. » Elle ne savait pas bien comment c'était possible, mais ce qu'elle savait c'était qu'elle était plus faite pour écouter la musique que pour en faire. Et ça lui allait très bien comme ça. Et elle préféra s'intéresser à sa nouvelle baguette plutôt que de s'attarder sur le sujet de la musique. Elle aurait l'occasion de recommencer, plus tard, ou à une autre occasion, quand elle aurait une guitare à lui coller entre les mains. Et à sa question pleine de bonne volonté, il lui fit remarqué qu'elle n'y connaissait rien. Elle eut une légère moue boudeuse. « Come on dude, I work just across the street from the wand shop, I have to learn how to pretend that I know about it. You know. Customer service. » Imaginer qu'elle fusse douée avec le client avait sans aucun doute quelque chose de comique. Joan, c'était la vendeuse qui s'entendait bien avec les types un peu bourrus, qui parlaient la même langue qu'elle, qui savaient exactement quel matériel ils souhaitaient, et qui ne manquaient pas de faire une bonne blague vaseuse à chaque passage. Ils étaient courant, certes, mais pas les plus courants. Avec les autres, elle avait plus de mal. Parce qu'elle ne savait pas faire preuve de patience, ni sourire sur commande, ni prétendre s'intéresser à leur vie. Elle attrapa la baguette qu'il lui tendait, la fit jouer entre ses doigts avant de la lui rendre. « Yes, you'll get used to it. I still miss my old one, but I love the one I have now anyway. » Elle hocha la tête. Oui, évidemment que l'ancienne lui manquait. La façon dont elle l'avait cassée n'avait rien à voir avec le drame de Raed, mais tout de même. Quatre ans qu'elle avait la nouvelle, et elle s'y était faite. Très bien même. « A new wand is a good start. » Elle l'affirmait et il n'avait pas intérêt à la contredire. Elle avait toujours raison. Elle tendit le bras pour lui ébouriffer les cheveux avec un sourire, avant de s'affaler un peu plus dans le canapé, son verre à la main. « Come on, show me how it react. Show me what you can do. » Elle lui offrit un petit sourire en coin, à peine moqueur, tout en avalant une gorgée de whisky. Elle avait toujours adoré voir la boutique d'Ollivander en face de la sienne voler en éclat quand une baguette réagissait avec un peu trop d'enthousiasme à son nouveau sorcier. Elle ne s'attendait à rien de tel ici, si la baguette correspondait vraiment à Raed, elle ne ferait surement pas trop d'éclats, mais ça restait le genre de chose qu'elle pouvait savourer avec une bonhommie enfantine. Tout ce qu'elle lui réclamait, c'était un sort. N'importe quoi. Juste le voir prendre ses marques. Après tout, s'il voulait apprendre à aimer sa nouvelle baguette, il fallait qu'il l'utilise, ou il n'irait pas loin.



FOOLED BY THE QUIET
Maybe, maybe everything I thought of as home is really just a building erected to be standing in my way... Maybe I should break out but how do you break out of home, when home is your heart? And I know what heartache’s about... And really, I’m too grown to cry over spilled anything...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
  
    avatar
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 

So, missed me? - Raed&Joan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Capitaine Flamme...
» Désolée...
» JOAN ► falsely true story.
» Pour combler le vide de l'ennuie (entre Matthias et Joan)
» Only god can judge me - Joan S. Fields

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ϟ FLOO POWDER-