top site
n'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum
Poudlard a besoin d'étudiants!
merci de privilégier les élèves aux adultes à l'inscription
intrigues
inscrivez-vous aux nouvelles intrigues ici & ici !

 :: WIZARDING WORLD :: londres moldu

 Love the way you lie + Zabzab

AuteurMessage
profil
▪ messages : 47
▪ pseudo : twisted sunshine
▪ multinick : BL.AF.RB.SB.
▪ célébrité : Amandla Stenberg
▪ points : 0
▪ statut : sang pur
▪ âge : 16 ans
▪ maison : serdaigle
▪ année : sixième année
▪ orientation : pas vraiment intéressée
▪ situation : célibataire
▪ crédits : Tanagra <3

▪ duels :
3 / 103 / 10
▪ potions :
5 / 105 / 10
▪ métamorphose :
8 / 108 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
7 / 107 / 10
▪ quidditch :
9 / 109 / 10
▪ divination :
1 / 101 / 10
  
    avataravatar
Agnees Zabini

0/0/3

Ven 15 Juil - 23:59

Cela faisait des années que revenir de Poudlard pour les vacances étaient loin d’une libération. Elle avait toujours l’air d’une insupportable miss je-sais-tout et d’un rat de bibliothèque lorsqu’elle disait ça… Mais elle préférait nettement Poudlard à la vraie vie. En réalité ce n’était pas exactement ça. Elle préférait Poudlard, ou l’Italie… Mais l’Italie n’était plus une option viable depuis maintenant trop longtemps… Alors son cerveau avait finit par s’adapter et par trouver beaucoup de point positif à l’école Ecossaise. Les plus importants étant surtout le château en lui même qui était honnêtement plus cool que la maison qu’elle avait en Italie… Même s’il ne se trouvait pas près de la mer, et qu’il n’était pas entouré de cyprès et de pin… Et puis tous les amis qu’elle s’y était fait. Et mine de rien, elle avait été seule toute sa vie, en dehors de sa famille, et c’était agréable pour une fois d’être entourée d’enfant de son âge qui ne la surprotégeait pas. Parce qu’elle se rendait bien compte de ce que sa famille avait toujours essayé de faire. Ses parents l’avaient couvées comme si elle avait été un bijou précieux, et elle voyait bien le même éclat dans les yeux de son frère parfois… Enfin ça, elle avait l’impression que ça c’était arrêté il y a presque trois ans… Elle ne savait pas ce qu’elle avait fait pour provoquer un tel désintérêt… mais il y avait définitivement quelques choses de spécial dans leur relation depuis qu’elle n’était plus autorisée à aller chez lui. Elle devait l’avouer… C’était principalement à cause d’Uther qu’elle n’avait aucune envie de rentrer chez elle. Enfin non, c’était à cause de son oncle et sa tante. Elle ne supportait pas ses soit-disant parents… Elle ne savait pas de qui ils se moquaient, mais elle les trouvait parfaitement ridicule. Elle détestait le faite qu’il puisse oser juger ses vrais parents. Et ce qu’elle détestait encore plus c’est qu’ils aient pu décider -sans demander son avis- qu’elle serait mieux avec eux qu’en Italie… Elle ne supportait pas leur jugement… Elle ne supportait pas leur fausseté… Elle ne les supportait pas. Peut être qu’elle n’était absolument pas partiale… Et peut être qu’Uther tenait beaucoup plus d’eux qu’elle voulait bien l’admettre. Mais elle avait seize ans. Et oui, elle aussi jugeait beaucoup. Et elle avait décidé, il y a de ça des années, que son frère était son héros, et que ses faux parents ne valaient rien. Changer d’avis revenait à admettre qu’elle avait eu tord. Et ce n’était pas quelque chose qu’elle avait envie de faire.

Du coup, elle rentrait chez elle à reculons, et comptait bien le faire savoir à ses parents. Au diable l’adolescente charmante et intelligente… Lorsqu’elle était chez elle avec ses « parents » elle était odieuse et en pleine crise. Oh elle était bien consciente d’être un cliché d’adolescente vivante… D’ailleurs elle jouait beaucoup là dessus… Mais voilà… Elle attendait des excuses qui ne viendrait jamais. Elle attendait une tendresse qu’elle n’aurait jamais… Pas comme elle avait pu l’avoir en tout cas. Elle se foutait que ses parents soient des ratés, des voleurs et des inconscients… Ils l’aimaient et il l’avaient éduqué correctement. Elle n’était franchement pas sure que son oncle et sa tante pouvait en dire autant. Et oui, en grandissant ses conneries étaient devenue de plus en plus dangereuse. Mais il fallait dire que les enjeux s’étaient élevé… Elle espérait toujours que si la connerie était suffisamment forte Uther finirait pas comprendre et par revenir s’occuper d’elle. Est-ce que c’était puéril ? Oui totalement… Est-ce que c’était totalement stupide ? Peut être aussi… En tout cas pour le moment ça n’avait pas marché… Mais elle espérait toujours que son frère jette un deuxième regard vers elle et cesse de vouloir simplement pour prendre le thé.

Mais dans l’éventualité ou son frère avait trop la tête dans le cul pour s’en rendre compte… Il fallait surement quelque chose de plus drastique. Elle avait déjà fait tout un plan de harcèlement pour faire comprendre à son frère qu’elle avait vraiment besoin de lui… Non ce n’était pas du chantage… Pas vraiment. Elle aimait juste vraiment son frère et il lui manquait terriblement. Et il se leurrait franchement s’il pensait que les quelques visites à pré-au-lard dans l’année et les quelques repas pendant l’été lui suffisait. C’était avec lui qu’elle voulait vivre et personne d’autre… Elle ne comprenait pas pourquoi c’était pas possible… D’accord en ce moment elle ne montrait pas un bon exemple… Mais si Uther acceptait de s’en occuper, elle serait parfaite. Ce n’était pas comme si elle était vraiment entrain de faire une crise d’adolescence… C’était tout planifié… Ce n’était là que pour le show… Si Uther lui laissait seulement une chance, elle ne le décevrait pas… C’était certain.

Elle avait tout prévu pour sa visite impromptue chez son frère. Elle avait choisit un week end, pour être sur que son frère ne soit pas au ministère… Elle aurait bien choisit une soirée, mais dans le climat actuel ses « parents » ne la laissait pas sortir seule le soir. Ce n’était pas comme si quelqu’un allait attaquer une Zabini dans la rue… Mais certes. Elle s’était donc pointé un samedi en pleine après midi. Elle avait acheté des pétards dans un magasin de farce et attrape moldu… Certes ce n’était pas très digne d’une « sang-pur » mais en réalité c’était un de ses amis né-moldu qui les lui avait fourni, et elle était sûre qu’on ne les retracerait pas jusqu’à elle. Elle aurait bien utilisé la magie… Elle était plutôt douée et aurait pu faire quelque chose d’intelligent… Mais elle avait encore que seize ans… Et tout de même, elle ne voulait pas se faire arrêter par le ministère pour retrouver son frère. Elle alluma donc les pétards sur le devant de la maison de son frère et se cacha là ou la porte s’ouvrirait. Elle se boucha les oreilles lorsque les pétards explosèrent, retint sa respiration attendant que son frère apparaisse. Lorsqu’elle le vit de dos elle souffla avec un rire «they left on the right... » Elle le regardait, appuyé contre le mur de sa maison, les bras croisés, le regard peut être un brin mauvais. Elle se faufila par la porte laissé entre-ouverte par son frère « Miss me brother ? » elle ajouta avec un autre rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 41
▪ pseudo : tanagra
▪ multinick : Jamesie, Xander, Teddy & Nils ->
▪ célébrité : Daveed Diggs
▪ points : 0
▪ statut : sang-mêlé
▪ âge : 33 y.o.
▪ maison : serpentard
▪ emploi : Membre du Wizengamot, taupe au Ministère de la Magie pour les Mangemorts, féroce ambitieux
▪ orientation : Hétérosexuel. Esthète.
▪ situation : Célibataire
▪ crédits : juliaaaasme

▪ duels :
8 / 108 / 10
▪ potions :
5 / 105 / 10
▪ métamorphose :
4 / 104 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
10 / 1010 / 10
▪ quidditch :
3 / 103 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Uther Zabini

10/0/3

Mer 20 Juil - 20:56

C’était paradoxal, au fond, comment depuis que Uther vivait seul sa maison ne semblait jamais désemplir. Quelque part il en était heureux - le calme n’avait jamais été son fort. Dès la petite enfance, il avait été une personne pleine de vie, pleine d’énergie, et, au fond, il n’y avait guère de chose qu’il chérissait plus que le contact humain. Mais la compagnie était sinistre. Au fil des semaines, puis des mois, puis des années, son domicile s’était lentement transformé en lieu de refuge pour mangemorts - en endroit où Evan Rosier atterrissait parfois, Rockwood souvent, et puis d’autres aussi. Il aurait du s’en douter. Après tout, cela allait avec son rôle. Et puis, ce n’était pas exactement le genre de personne à qui l’on pouvait décemment dire non - ils avaient le sortilège facile, et pas des moindres. Résultat? Ils ne restaient à l’écart que quand il recevait ses collègues du ministère, par respect pour sa couverture, et surtout pour l’utilité de sa couverture. Le reste du temps? Chez eux, c’était chez lui.
A terme, le silence était tout aussi reposant que perturbant.
D’un geste de baguette, il enjoignit une bouteille d’alcool à le rejoindre - d’un nouveau geste, il la fit se pencher légèrement pour se servir un verre, aussitôt récupéré de la table et descendu en quelques gorgées. La maison était désespérément vide et, comme à chacun de ces instants, il en venait à déborder vers les regrets. Sauf qu’ils avaient un goût amer - celui de la culpabilité. Un soupir, un nouveau verre, une nouvelle fois la sensation familière de l’alcool qui roule dans sa gorge. Le silence était tout aussi reposant que perturbant, pour la simple mais bonne raison qu’il le détestait. Peut-être parce qu’il avait pris l’habitude de Poudlard. Peut-être à cause des lointains souvenirs de l’Italie, qui le prenaient parfois à la gorge, au beau milieu de la nuit. Peut-être parce que Agnees lui manquait. Ouais. Sa soeur lui manquait.
Il se souvenait encore de son regard, le jour où elle avait compris qu’il ne la laisserait plus revenir ici pour l’été. Oh, peut-être bien qu’elle l’avait compris plus tôt - mais, quand elle lui avait adressé la parole après cela, il avait reconnu dans son regard la couleur particulière de l’accusation, de la douleur et de l’incompréhension. Ca lui avait fait comme un coup de couteau dans le ventre.
Il savait qu’il avait bien fait, pourtant. Sûrement pas de la bonne façon - il ne faisait jamais rien de la bonne façon après tout, c’était l’un des grands drames de son existence - mais il avait bien fait…. non? Elle aurait pu reconnaître Rosier. Elle aurait pu être, lentement mais sûrement, amenée à suivre sa voie. Elle aurait pu se mettre en danger. Elle aurait pu le mettre en danger. L’équilibre était déjà assez précaire comme cela - la farouche intelligence de la jeune femme aurait pu suffire à les faire basculer tout droit vers l’enfer.
C’est encore d’une longue gorgée qu’il descendit ce verre.
Il était en phase avec sa conscience - peut-être pas en phase avec lui-même, mais au moins en phase avec sa conscience. C’était juste que la solitude lui pesait. Sa famille lui manquait. Il s’était aliéné lui-même. Il le savait.

Il ferma les yeux, laissa rouler sa tête vers l’arrière, son crâne se déposer lentement sur le sommet du dossier du fauteuil. Il avait cru que le fond de douleur, ce grondement de concentration constante et d’Imperium maintenu trop longtemps, s’en irait en quelques heures, ou une simple nuit de sommeil - mais après trois jours il était toujours là, rognant lentement sur son énergie. Dans un moment de fatigue, il en était arrivé à se jeter des sortilèges de soin sur lui-même - la dernière chose que n’importe quel employé de St Mungo conseillerait. En vain. Il aurait pu aller dormir - la fatigue était là, après tout - mais la seule idée de se réveiller au beau milieu de la nuit, pris à la gorge par des cauchemars, le minait déjà. Peut-être que, après tout, il aurait préféré que quelqu’un décide d’investir sa maison ce soir encore. Les discussions suffisaient généralement à couvrir la douleur et le stress, même celles avec les autres mangemorts où il se retrouvait contraint et forcé de veiller sur chacun de ses mots pour éviter de soulever des soupçons. Un nouveau geste de baguette, pour remplir à nouveau le verre. Peut-être qu’il sombrait dans l’alcoolisme. Tout seul dans le salon, il eut un rire. Il ne manquait plus que ça.
Il entendit à peine la première explosion. Rétrospectivement, il s’en mordrait les doigts - après tout, il était supposé être constamment en alerte, il en allait de sa survie. La deuxième lui fit vaguement relever la tête, hébété. Peut-être que, sans s’en rendre compte, il s’était laissé sombrer dans le sommeil et la torpeur - mais ça aussi c’était impardonnable. La troisième lui fit, trop tard, se ruer vers la porte, baguette en main. Ce n’était pas l’explosion d’un sortilège, il l’aurait reconnue, ce n’était pas, non plus, le craquement caractéristique d’un transplanage, il avait appris ces sons par coeur, les identifiait sans le moindre effort. D’un bref alohomora, il déverrouilla la serrure. Là aussi, il avait mis de côté la prudence la plus élémentaire - après tout il vivait dans le Londres moldu, sortir dans la rue d’une telle façon avait quelque chose de profondément stupide. Une violation du secret ferait tache sur son impeccable carrière au Ministère de la Magie. Mais pas de moldu à l’horizon. Juste une voix bien connue, qui le fit se retourner en roulant des yeux. Il souriait, pourtant, en reculant à nouveau dans l’enceinte de la maison, aussitôt suivi par la jeune femme.
Agnees.
Il lui fallut quelques secondes à peine avant d’ouvrir les bras en grands pour l’accueillir dans son étreinte. « Yeah, missed you. », qu’il souffla tout bas, la tête pressée dans l’épaisse chevelure de sa petite soeur. Il déposa un baiser sur son crâne avant de s’écarter légèrement. S’il la tenait toujours par une épaule, de l’autre il arrangea soigneusement ses cheveux, puis ses vêtements, les sourcils froncés dans une intense concentration de grand frère trop attentif. « You know you aren’t supposed to come here » - peut-être que ses mots venaient en directe contradiction de son attitude, mais, au moins, ils étaient prononcés avec tendresse. « Do Mom and Dad know you’re here? » A nouveau, il se pencha pour déposer un baiser sur sa joue. Même avec les années, sa soeur lui semblait toujours minuscule - peut-être parce que lui-même tenait l’air de rien, du colosse. Il n’empêchait qu’il la regardait toujours avec un sourire constant, l’impression qu’elle était toujours une enfant, sa petite chose à protéger. Scratch that. Elle serait toujours, pour lui, une chose à protéger, coûte que coûte.


the sinners & the saints
When you got skin in the game, you stay in the game - but you don’t get a win unless you play in the game | the room where it happens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 47
▪ pseudo : twisted sunshine
▪ multinick : BL.AF.RB.SB.
▪ célébrité : Amandla Stenberg
▪ points : 0
▪ statut : sang pur
▪ âge : 16 ans
▪ maison : serdaigle
▪ année : sixième année
▪ orientation : pas vraiment intéressée
▪ situation : célibataire
▪ crédits : Tanagra <3

▪ duels :
3 / 103 / 10
▪ potions :
5 / 105 / 10
▪ métamorphose :
8 / 108 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
7 / 107 / 10
▪ quidditch :
9 / 109 / 10
▪ divination :
1 / 101 / 10
  
    avataravatar
Agnees Zabini

0/0/3

Dim 24 Juil - 1:29


Agnees était quelqu’un de raisonnable. Non. Pas raisonnable… Mais réfléchit. Elle ne faisait jamais rien sans avoir réfléchit au conséquence de ses actions… Et elle devait avouer, que ses dernières années, elle avait beaucoup réfléchit à son frère… Il fut un temps ou elle pensait pouvoir lire ses pensées… Elle savait que c’était absurde, puisque son frère était un roi de l’occulmancie et qui lui avait d’ailleurs bravement appris cette matière… Elle ne pouvait donc pas l’ignorer… Mais voilà, elle se disait juste que son frère était si honnête que c’était un peu comme si elle pouvait lire en lui comme dans un livre ouvert. Mais voilà… Elle était jeune, probablement un peu naïve… Et elle avait été déraciné de toute son enfance. Uther avait été la seule ancre dans sa vie… Elle avait eu besoin de penser qu’elle savait tout de lui. Lorsqu’elle avait commencé à grandir, et qu’avec l’âge était venu les questions, elle cherchait toujours - tout en cherchant aussi les réponses - que son frère était parfaitement honnête avec elle. Et puis elle avait eu quoi… Treize ans… Et son frère avait décidé, sans même réellement lui en parler, qu’elle n’irait plus chez lui… Et encore elle aurait eu le droit à une explication… Peut être qu’elle se serait tenue à la règle… Parce qu’Agnees était quelqu’un de raisonnable. Oui. Raisonnable… Si on était honnête avec elle, et qu’elle voyait que ce n’était pas une bonne idée… Elle écoutait les ordres… Lorsqu’elle faisait une connerie à l’école - et elle en faisait un certain nombre - elle s’assurait toujours que ça ne soit 1- pas dangereux pour elle, 2 - qu’elle ne se ferait pas prendre… Agnees était donc… En quelque sorte… raisonnable. Ou réfléchit tout du moins… Mais le fait est qu’Uther l’avait traité comme si elle était stupide… Ou comme si elle n’était pas capable de comprendre… Ce qui était basiquement la traité comme si elle était stupide… Et qu’est - ce qu’il se passe lorsqu’on sous-estime Agnees ? Ou qu’on lui dit qu’elle ne doit absolument pas faire quelque chose… ? Eh bien… comme beaucoup de gens… Elle a envie de les faire… Et elle a envie de savoir…

En gros, leçon numéro une… Si Uther avait réellement voulu tenir sa soeur éloigné de chez lui… Il lui aurait expliqué le pourquoi du comment… Ca aurait marché… Enfin surement… Ce n’était pas comme si elle avait eu le fin de mot de l’histoire… Elle ne pouvait donc pas être catégorique… Mais en principe elle préférait tout de même l’honnêteté à toute ses supercheries… C’était certes une adolescente comme toutes les autres, un peu capricieuse et assez chiante… Mais elle avait relativement du plomb dans la cervelle… Bref, quand bien même elle était exactement venu chercher ça, elle avait du mal à se relaxer parfaitement dans les bras de son frère. Pourtant elle avait toujours été calme et heureuse dans les bras de son frère… C’était son frère putain ! Elle voulait être bien avec lui. Mais voilà, il la prenait dans ses bras et il lui disait tout ce qu’elle voulait entendre. Et elle, sale petite conne, elle avait juste envie de rire et de le railler… l’air de dire, comme ça, mine de rien… « ah ouai ?! Je t’ai manqué ?! Et pourquoi t’es pas venue me chercher au hogwarts express ? Et pourquoi je ne passes plus mes étés avec toi ? Et pourquoi ? Pourquoi ? pourquoi ? » La petite voix refusait de se taire et elle le serrait dans ses bras comme si presser plus sa tête contre le torse de son frère allait la faire cesser de penser… Elle aurait pu lui dire… Comme ça, de but en blanc.. Pour voir sa réaction, pour lire dans ses yeux qu’il se rendait compte à quel point il lui avait fait mal… Mais elle était raisonnable. Elle était réfléchit. Et contrairement aux apparences elle n’était pas qu’une petite conne. Alors elle se serra plus fort, serrant la mâchoire et fermant les yeux.

Et il parla de la maison. Oui. Elle savait. Connard. Enculé. Traitre. Avait-il vraiment besoin de la ramener à ce moment là ? Ne pouvait-il pas profiter d’un putain de câlin ? Ne voyait-il pas que c’était exactement pour ça qu’elle était là ? N’avait-il pas plus de deux neurones bordel ?! « Do I ? » souffla-t-elle finalement avec un sourire d’ange. Oh, oui, ça puait le sarcasme et elle essayait pas de le cacher. Mais en même temps elle était si mignonne et son sourire avait l’air si innocent… C’était comme si on lui avait appris à mentir toute sa vie. Oh wait… Right. Et puis la mention des parents… Parents… Ah. Ah. Pouvait-il être plus moralisateur et chiant ? Qu’était-il arrivé à son grand frère préféré ? Etait-il seulement sérieux ? « Aunt » elle appuya d’abord, pour notifier sans doute que non, ce n’était pas ses parents, et que oui elle prétendait le contraire parce qu’on lui avait dit de le faire, et qu’elle n’était pas totalement stupide ou ingrate, mais non elle ne prétendrait rien en privé du tout. « knows that i’m out… » elle souffla presque énigmatique. « and it’s a saturday afternoon… i’m sixteen… i can do what i want… » Oui oui, c’était presque une adulte maintenant. L’année prochaine elle serait majeur etc. Rien ne pourrait l’arrêter. « Besides… it’s not like being with you was really dangerous… » elle souffla avec un air entendu et un petit sourire… « Sixteen years old girl can do so much worse than visiting their brother unannonced. » Et là… Si Uther trouvait quelque chose à répondre à ça… Elle lui donnerait peut être quelques exemples de choses bien moins safe qu’elle pourrait faire… Et dieu ce qu’elle avait une imagination débordante… Ou alors elle en avait peut être fait quelques unes… Qui sait ? On lui avait appris à mentir et elle le faisait désormais très bien. Son frère avait aussi été un très bon enseignant d’occlumancie… Ou elle avait été une très bonne élève… peut importe… Il n’aurait aucun moyen de savoir ou se trouvait la vérité… Et tant pis s’il en venait à se demander s’il connaissait vraiment sa soeur ou non… Elle voulait qu’il ressente ce qu’elle ressentait… Juste une seconde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 41
▪ pseudo : tanagra
▪ multinick : Jamesie, Xander, Teddy & Nils ->
▪ célébrité : Daveed Diggs
▪ points : 0
▪ statut : sang-mêlé
▪ âge : 33 y.o.
▪ maison : serpentard
▪ emploi : Membre du Wizengamot, taupe au Ministère de la Magie pour les Mangemorts, féroce ambitieux
▪ orientation : Hétérosexuel. Esthète.
▪ situation : Célibataire
▪ crédits : juliaaaasme

▪ duels :
8 / 108 / 10
▪ potions :
5 / 105 / 10
▪ métamorphose :
4 / 104 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
10 / 1010 / 10
▪ quidditch :
3 / 103 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Uther Zabini

10/0/3

Lun 25 Juil - 23:44

Agnees avait amené plus à sa vie qu’il n’aurait su l’exprimer. Plus précisément encore: Agnees avait amené plus à sa vie qu’il ne l’avait jamais exprimé. Il avait toujours été souriant, toujours été avenant, mais aussi toujours été secret. Il n’était pas stupide: il avait blessé sa soeur en la chassant de chez lui, il aurait fallu être aveugle pour ne pas s’en rendre compte… mais il avait au moins pour lui la certitude d’avoir fait au mieux pour la protéger. Le jour où il avait réalisé qu’il avait une soeur, là, tout à l’autre bout de l’Europe, quelque chose en lui avait changé - pour la toute première fois, il avait eu peur. L’amener à ses côtés n’avait rien changé à l’affaire, bien au contraire. Mais est-ce qu’il avait déjà regretté ses choix? Jamais. Parce qu’elle était la plus belle chose qui lui soit jamais arrivé. C’était ridicule à dire, mais elle était toujours comme un rayon de soleil à ses yeux. Oui, objectivement, des Mangemorts pouvaient apparaître à tout moment, remarquer sa présence, chercher à la faire rentrer dans les rangs elle aussi. Oui, objectivement, elle pouvait réaliser avec horreur qu’une marque avait été tatouée, indélébile, sur son avant-bras, elle pouvait l’accuser de tous les maux, le pointer du doigt en le traitant de meurtrier - à raison. Mais il était toujours heureux de la voir. Toujours. Et sûrement qu’elle en doutait - mais quand il la serrait dans ses bras, il espérait au moins qu’elle pouvait ressentir tout ou partie de son amour pour elle, et comprendre que, au fond, il ne s’inquiétait que de sa sécurité.
Avant d’apprendre qu’il avait une soeur, là, tout à l’autre bout de l’Europe, il avait été sa seule priorité, sa seule considération. Tout à coup, il en avait eu une seconde, plus importante encore - mais aujourd’hui encore il apprenait à gérer ce sentiment. Il était piètre à ce petit jeu là, il le savait - mais on ne pouvait guère l’accuser de ne pas essayer de faire ce qui était le mieux pour elle.
Oui - au-delà de son ambition dévorante, au-delà de ce problème sans fin que semblait être devenu le fil de son existence, il y avait la tendresse sans borne qu’il éprouvait pour sa petite soeur. Il mit un temps fou à arranger correctement ses vêtement, un sourire distrait aux lèvres, à prendre soin qu’elle était parfaite - mais, après tout, elle avait toujours été parfaite. Même quand elle commençait à glisser lentement mais sûrement vers le sarcasme, lui, il roulait des yeux et souriait toujours, avant de dire « You know they’re my mom and dad. At least, I see them like this. ». Ce n’était pas comme s’il allait se mettre à paniquer pour ces petites gué-guerres qu’elle lançait parfois - sûrement pas celle-ci, qu’il avait entendu encore et encore pendant des années. Littéralement. « Okay » qu’il dit avec un nouveau sourire à ses petites protestations. Oui, en théorie, ils devraient être tranquilles. Mais être avec son frère était en effet dangereux pour elle… elle ne s’en rendait simplement pas compte. Elle ne s’en rendrait pas compte jusqu’au jour où il daignerait lui expliquer… il n’était tellement pas prêt à lui expliquer… il ne savait pas s’il serait un jour prêt à lui expliquer. Il laissa échapper un semblant de rire - un peu jaune, peut-être - « Yeah, you could do worse, I guess. ». Ce n’était pas qu’il doutait de ses capacités (pour le reste, elles étaient colossales). C’était juste qu’il savait les dangers qui traînaient ici. Il était dangereux, oui, mais ne le serait jamais pour elle - c’étaient les autres qu’il craignait.
Il fallait agir vite. Il était suffisamment bon en sortilèges pour poser des charmes anti-transplanage sur sa maison et les alentours immédiats - il lui fallait juste le moment opportun pour le faire. Il n’avait même pas besoin de prononcer la formule. Juste le besoin de cacher les jets de lumière qui ne manqueraient pas d’apparaître - et c’était normal après tout. Il sourit, donnant autant de calme à son apparence que possible. « You want to go in the backyard? We could have a butterbeer, or something like that. I’ll bring them to you. » Est-ce qu’elle allait mordre à cet hameçon? Il l’espérait de toutes ses forces, comme un gamin: parce qu’il avait beau se concentrer sur les probabilités, sur le fait que le plus clair des mangemorts qu’il fréquentait étaient déjà venus cette semaine et évitaient de passer trop de temps ici pour écarter au maximum les soupçons, il ne pouvait se débarrasser de l’angoisse. « Go wait for me, please. I’ll be right back. » Pendant un bref instant, il en vint à regretter de ne plus avoir de phénoménale autorité sur la jeune femme. Il se souvenait, à une époque, elle l’observait toujours avec une admiration absolue - elle l’observait comme si chaque mot qui sortait de sa bouche était une vérité parfaite. Il avait, pour le moins, entaché cette image quasi-divine le jour où il l’avait chassée de chez lui. Mais pour elle. Il avait fait ça pour elle. A nouveau, il en vint à se le répéter, encore et encore, parce qu’il en avait presque un noeud dans la gorge. « You’ll tell me about your year at Hogwarts. » Il avait gardé sa baguette dans sa main - et sa pression sur elle se renforça encore un petit peu, comme par anticipation. Quelques minutes. Il avait juste besoin de quelques minutes. Voire moins encore - il avait juste besoin de quelques secondes et sa soeur serait en parfaite sécurité… et ils pourraient parler de tout, de rien, comme si tout allait merveilleusement bien. Au plus il y pensait, il avait besoin de cela. Agnees était la plus belle chose qui lui soit jamais arrivé - elle était aussi, sans doute, capable de faire quelque chose pour cette fatigue mortelle qui s’était emparée de lui depuis quelques jours. Elle pouvait lui faire tout, tout oublier, et lui redonner le goût sublime du calme et de la tendresse. Il avait besoin de cela. Terriblement.


the sinners & the saints
When you got skin in the game, you stay in the game - but you don’t get a win unless you play in the game | the room where it happens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 47
▪ pseudo : twisted sunshine
▪ multinick : BL.AF.RB.SB.
▪ célébrité : Amandla Stenberg
▪ points : 0
▪ statut : sang pur
▪ âge : 16 ans
▪ maison : serdaigle
▪ année : sixième année
▪ orientation : pas vraiment intéressée
▪ situation : célibataire
▪ crédits : Tanagra <3

▪ duels :
3 / 103 / 10
▪ potions :
5 / 105 / 10
▪ métamorphose :
8 / 108 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
7 / 107 / 10
▪ quidditch :
9 / 109 / 10
▪ divination :
1 / 101 / 10
  
    avataravatar
Agnees Zabini

0/0/3

Sam 30 Juil - 16:15



Parfois, honnêtement, Agnees s’en voulait de ne pas considérer son oncle et sa tante comme ses parents. Elle ne s’en voulait pas parce que ça devait probablement les blesser… Elle s’en voulait parce qu’Uther les considérait vraiment comme ses parents, et que les renier, c’était le renier un peu aussi. Parce que si elle ne parvenait pas à pardonner à son oncle et sa tante, elle avait réellement adopté Uther comme son frère depuis le moment ou elle l’avait rencontré. Elle avait adopté ses grands bras et ses cheveux toujours emmêlés. Uther était son frère, de sang, de coeur, et surement d’esprit un peu. Elle ne voulait pas le renier, elle ne voulait rien faire pour le faire souffrir. Mais ils étaient incapable de reconnaître les mêmes parents. Bien sûr, en public, Agnees le faisait. Mais elle avait toujours envie de grincer des dents à chaque fois qu’elle le faisait. Bien sûr, elle n’en montrait rien. Avec les années elle était devenue une menteuse hors pair… Mais en privé, elle ne mentait pas. Elle ne faisait pas semblant d’aimer ses parents. Elle ne faisait pas semblant de les appeler papa et maman… Elle appuyait sur oncle et tante à chaque occasion, et elle les traitait avec toute la hargne possible. Mais parfois, elle se sentait coupable… A cause d’Uther… Pourtant, au fond, c’était lui qui avait tord. C’était lui qui avait renier ceux qui lui avait donner la vie… C’était lui qui avait pris des étrangers pour parent. C’était lui qui lui demandait de mentir sans cesse. Mais elle l’aimait, c’était son grand frère, et elle lui passait tout. Et lorsqu’il lui rappelait que lui se satisfaisait de cette mascarade, elle culpabilisait. Oh ça ne durait qu’un instant. Elle se rappelait bien vite qu’ils l’avaient arraché à sa famille, à son pays, et qu’il ne lui avait jamais apporté moitié autant d’amour que ses vrais parents.

« They’re not mine. They never will be. » elle souffla doucement, en baissant la tête accablé par le poids de la culpabilité. « But your my brother… That will never change too. » elle murmura avec un petit sourire, avant de relever la tête. « but don’t worry, i keep the lie intact. » Et des mensonges, elle en avait tout le tour du ventre. A force c’était clairement une deuxième nature. Il lui arrivait de mentir sur des choses vraiment stupide, juste parce qu’elle savait qu’elle pouvait. A force de mentir sur les aspects les plus importants de sa vie, c’était presque devenu un réflex pathologique. Elle devait avouer qu’elle commençait même à mentir à son frère parfois… Juste parce qu’elle pouvait sans doute… Elle lui fit un sourire brillant - parce que mine de rien, c’était leur marque de famille à tous les deux, ils avaient souvent l’air si heureux et si vibrant que s’en était étonnant. Et jouant avec ses mouvements de sourcil elle ajouta dans un rire « And who knows, i maybe had done worse already » Dans les faits, elle était plutôt sage… Enfin, non, sage n’était pas le mot… Mais elle ne se mettait surement pas en danger. Elle était bien trop intelligente pour ça. Et elle avait un instinct de survit assez fantastique jusque là. Mais comment résister à essayer de réveiller l’instinct protecteur de son frère. Elle devait avouer qu’il lui manquait particulièrement, et qu’elle avait besoin de l’entendre renouvelé tout l’amour qu’il éprouvait pour elle. Parce que c’était des choses qui étaient toujours bonne à entendre.

Pour la suite, si la proposition de s’installer dans le jardin avait été plutôt naturelle et bienvenue, le reste était… pour le moins suspicieuse. Agnees n’était pas du genre à suspecter son frère - quoique si, depuis ses treize ans, elle suspectait toujours son frère. Elle ne le suspectait pas de faire des choses horribles… Elle savait juste qu’il gardait des secrets. Des secrets surement assez gros pour la tenir éloigné de lui… Et elle n’aimait pas être tenue à l’écart. Elle voulait savoir, elle voulait faire parti du secret. Elle fronça les sourcils « Come on. I’m no princess. I can help. » elle sourit d’une manière toute enjouée pour ne pas paraître plus suspicieuse qu’elle l’était en réalité. « And loose up the grip on your hand, you’re gonna break it… » elle ria plus fort encore, mais observa subtilement la réaction de son frère. « I’m sorry i scared you… It was just funny… » elle haussa les épaules avec un ricanement amusé « And i wasn’t sure you’d have let me in other way… » elle avait l’air moins joyeuse tout un tout… Elle perdait en maturité soudainement. Elle avait l’air d’une gamine qu’on avait blessé et qui ne s’en remettait pas. « hate being a mere guest in your house » elle marmonna doucement et se rendit compte de la gène grandissante chez son frère. Elle finit par sentir qu’il essayait de lui donner des ordres - et qu’il s’y prenait comme un manche… « Did i came at the wrong time ? » elle demanda doucement « if you have something to do, just do it you know… I’m not tyrant. » elle ria plus joyeusement « I get that your all grown up with responsabilities » elle fit un air de quelque chose vraiment important… Parce qu’un truc qu’elle avait gardé de l’Italie, en plus d’un accent clair, c’était de parler avec ses mains. Ca allait parfaitement bien avec le faite qu’elle avait - lorsqu’elle le voulait - un visage très expressif. Ce qui était très utile pour mentir, parce qu’elle pouvait faire dire à son visage tout ce qu’elle souhaitait. Elle passait de la tristesse à la joie en quelques secondes. Ce n’était pas tant qu’elle était une bonne actrice que son visage - ses expressions en tout cas - était extrêmement malléable. Elle était des ses gens qui peuvent tordre leurs joues dans tous les sens… Pas que ça soit quelque chose de formidable… Mais voilà. Elle continuait à observer son frère du coin de l’oeil, comme si elle pouvait lire chez lui quoique ce soit… C’était stupide. C’était lui qui lui avait appris l’occlumancie… Et s’il y a un truc qu’elle savait, c’était que son frère était illisible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 41
▪ pseudo : tanagra
▪ multinick : Jamesie, Xander, Teddy & Nils ->
▪ célébrité : Daveed Diggs
▪ points : 0
▪ statut : sang-mêlé
▪ âge : 33 y.o.
▪ maison : serpentard
▪ emploi : Membre du Wizengamot, taupe au Ministère de la Magie pour les Mangemorts, féroce ambitieux
▪ orientation : Hétérosexuel. Esthète.
▪ situation : Célibataire
▪ crédits : juliaaaasme

▪ duels :
8 / 108 / 10
▪ potions :
5 / 105 / 10
▪ métamorphose :
4 / 104 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
10 / 1010 / 10
▪ quidditch :
3 / 103 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Uther Zabini

10/0/3

Sam 30 Juil - 17:19

Agnees lui était si familière que parfois il en oubliait la prudence la plus élémentaire. Elle était sa petite soeur, de la même soeur, du même sang (impur) alors, parfois, il laissait sa vigilance s’effacer un petit peu. Ce n’étaient que des détails, des pointes quasi-imperceptibles - mais elle avait cet esprit perçant et lumineux de Serdaigle qui voyait tout et n’en comprenait pas moins. Elle pouvait tout savoir. Parfois, il l’admirait. Il avait son propre type d’intelligence - un instinct brutal et impulsif qu’il venait habilement réparer par des mensonges, fier manipulateur de vérités qu’il avait été depuis son plus jeune âge - mais, elle, elle lui était largement supérieure. Parfois, il se demandait ce qu’elle pourrait bien accomplir avec son ambition; ce qu’elle pourrait bien accomplir dans les mêmes jeux dans lesquels baignait son frère aîné - et puis il écartait ces pensées, farouchement, parce qu’il voulait la voir loin de tout cela - en sécurité et heureuse, jusqu’à la fin de ses jours.
Parfois, aussi, il se demandait s’il lui avait laissé une chance pour cela, pourtant.
Mais quand ces angoisses venaient le prendre à la gorge, il faisait de son mieux pour les faire taire. Il les écartait aussi vite qu’elles venaient et, dès lors, c’était toujours une lutte incessante pour ne plus y penser, une lutte incessante pour prétendre que tout allait merveilleusement bien, qu’il avait laissé une issue et une opportunité au moins pour leur famille. N’est-ce pas? Ce n’était pas parce qu’il ne la voyait pas - plus - qu’elle n’existait pas. N’est-ce pas? Il eut un sourire triste, presque imperceptible, quand elle lui jura garder le mensonge intacte - et lui, il se pencha vers elle pour déposer un baiser sur son front (elle était toute petite - elle avait toujours été petite, et précieuse, et belle) en soufflant « Thank you, lil’ sister », avec toute la tendresse qu’il pouvait avoir dans la voix. Malgré la tension et le besoin urgent de poser de nouveaux sortilèges de défense et anti-transplanage sur la maison, il laissa même échapper un rire en lui répondant « I don’t doubt that. ». Quoi? Lui aussi avait été une petite terreur à Poudlard - à sa manière. Disons qu’il n’était pas fichu de rester en place plus de quelques minutes d’affilée, à l’époque, et qu’il ne s’était jamais privé de le faire savoir. Il ne s’était jamais privé de sécher les cours pour rester en bonne compagnie aussi - mais ça il ne le mentionnerait probablement jamais à sa petite soeur. Trop jeune et trop innocente. En tous cas, dans sa tête à lui - mais il était clairement un grand frère poule.
Sa main. Trop serrée. Elle avait raison - et lui il la desserra imperceptiblement, sa même répondre à sa remarque. D’ailleurs, il se contenta à peine d’un « You are a princess. », d’un rire, d’une précision « You’re my princess - go take a seat, right now, I’ll be there in a minute and I clearly don’t need help for that… » pour ce qu’elle avait bien pu lui dire avant cela. En passant à ses côtés, il déposa brièvement une main dans ses cheveux à nouveau, sourit « You didn’t scare me, don’t worry about that. ».
Le reste? Le reste, malgré cette apparence d’innocence, de douceur et d’affection, lui fit imperceptiblement serrer les dents. Elle lui faisait toujours ces remarques, lui posait toujours ces questions. Sûrement qu’il aurait fait de même à sa place - mais c’était simplement qu’il… ne savait pas comment répondre sans la blesser ou, pire, lui dire la vérité. Dilemme stupide. Il était coincé entre plusieurs options, et toutes les options lui semblaient mauvaises. Il ne saurait plus quoi faire de lui-même si Agnees lui annonçait un jour qu’elle le haïrait éternellement - il ne saurait plus quoi faire de lui-même non plus si, en découvrant son identité, elle le traitait de meurtrier. Le pire? C’est que, dans les deux cas, elle aurait probablement raison. Un sourire « You’re not a mere guest in my house, Agnees. », un soupir. « It’s just that I work a lot… you can come here, but I’m always busy, the Wizengamot takes a lot of time… Couldn’t take care of you properly is you came back to live here, and I don’t want that… » Dans les faits, ce n’était pas tout à fait faux. Il travaillait constamment - peut-être même qu’il travaillait trop. Sauf que, en prime du Wizengamot, il y avait ces autres missions qui lui prenaient un temps fou. A terme, il ne savait même plus s’il avait encore le temps de dormir convenablement. Une certitude: il ne tenait plus une journée sans café et sans énergisants magiques. Tristesse. Quand est-ce qu’il en était arrivé là? Il ne savait même plus - il y avait trop longtemps, probablement. « Plus, it’s kinda shitty here » Un rire. Ca l’était - probablement - en comparaison de la maison dans laquelle ils avaient grandi. Ses parents adoptifs avaient largement mieux réussi leur vie que ses parents biologiques - et, par moments, il se demandait si ce n’était pas l’une des raisons pour lesquelles il s’était si vite attaché à eux. Il était superficiel. Il n’y avait aucune raison de nier cela. « You never come at the wrong time. » Ces mots, encore, avaient été soufflés: « Sure, it’s always easier when you tell me beforehand - but you’re always welcome. » Là. Peut-être qu’en lui laissant le choix cela fonctionnerait mieux. Il n’y avait pas de mal à espérer… n’est-ce pas? « Go take a seat, please. I’ll be there in a minute. » Il souriait toujours. Il savait que l’expression de son visage était composée à merveille - elle avait tous les traits et toutes les caractéristiques de la plus parfaite innocence. Toutes les émotions qu’il ressentait y figuraient à merveille, hors de la tension. Oui. Il avait toujours été bon à ce petit jeu là. Quelque part, c’était absurde, mais il avait du le perfectionner encore pour pouvoir convaincre également sa propre soeur. C’était triste, mais c’était nécessaire. Au moins, Agnees était dans l’ignorance - et, parfois, ignorance is bliss. N’est-ce pas?


the sinners & the saints
When you got skin in the game, you stay in the game - but you don’t get a win unless you play in the game | the room where it happens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 47
▪ pseudo : twisted sunshine
▪ multinick : BL.AF.RB.SB.
▪ célébrité : Amandla Stenberg
▪ points : 0
▪ statut : sang pur
▪ âge : 16 ans
▪ maison : serdaigle
▪ année : sixième année
▪ orientation : pas vraiment intéressée
▪ situation : célibataire
▪ crédits : Tanagra <3

▪ duels :
3 / 103 / 10
▪ potions :
5 / 105 / 10
▪ métamorphose :
8 / 108 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
7 / 107 / 10
▪ quidditch :
9 / 109 / 10
▪ divination :
1 / 101 / 10
  
    avataravatar
Agnees Zabini

0/0/3

Sam 13 Aoû - 0:56

Honnêtement, Agnees n’arrivait pas à comprendre son frère. Elle ne comprenait pas comment il pouvait dégager encore autant d’amour alors qu’il l’avait clairement repoussé. Elle ne comprenait pas comment il pouvait agir aussi innocemment alors qu’il lui avait réellement fermé les portes de sa maison. Elle ne comprenait juste pas. Oh, elle l’aimait toujours autant - et parfois c’était ça le plus douloureux - mais elle avait juste envie de comprendre. Elle voulait savoir pourquoi son frère, la chair de sa chair, le sang de son sang agissait comme ça avec elle… Elle voulait savoir comment il pouvait l’ignorer pendant des jours, voir des semaines parfois, et la prendre ensuite dans ses bras comme si elle était la plus belle chose au monde. Oh, elle ne voulait absolument pas qu’il arrête de la traiter comme ça. Au fond, elle ne saurait pas ce qu’elle ferait, sans la tendresse de son frère. Sans doute qu’elle serait perdue. Elle avait toujours vécu avec la tendresse et l’amour de sa famille. Elle s’était refermée comme une huitre lorsqu’elle avait plus eu ses parents. Elle avait à nouveau ouvert sa coquille lorsqu’elle avait compris qu’elle avait un frère sur qui compter. Elle ne savait pas ce qu’elle pourrait faire sans lui. Et lorsqu’elle le voyait agir avec elle comme un parfait lunatique, elle avait peur de le perdre. Elle pensait souvent qu’il n’en avait juste plus rien à faire, qu’il avait finit par se lacer du nouveau jouet qui lui avait été apporté lorsqu’il était déjà un peu trop vieux sans doute. Quoiqu’il en soit, au fond, elle préférait peut être qu’il soit parfaitement honnête avec elle. Elle n’aimait franchement pas ce semblant d’hypocrisie qui s’était installé entre eux. Elle se demandait depuis quand ils avaient commencé à se mentir l’un à l’autre. Depuis quand c’était rentré dans leur contrat. Elle avait toujours cru qu’elle mentirait à tout le monde sauf à sa famille, sauf à Uther. Mais elle était bien forcée d’accepter qu’il lui mentait. Et elle détestait ça.

Il n’empêchait qu’elle le laissait la recouvrir de tendresse. Parce qu’elle en avait besoin. Parce qu’elle avait été insupportable avec ses « parents » parce qu’ils ne savaient pas s’y prendre avec elle, que seul Uther savait. Parce que oui, lorsqu’elle était dans les bras d’Uther, lorsqu’il lui soufflait des mots tendres, elle oubliait tout le reste. Et pendant un moment, elle laissait tomber son radar. Elle se calmait enfin et se laissait à penser que finalement tout allait bien. Lorsqu’elle retrouvait le frère qu’elle avait toujours connue, elle se disait que tout était dans sa tête. Mais à chaque fois, ça ne durait qu’une seconde. Une seconde de pur bonheur, d’insouciance enfantine, et son radar se remettait à hurler. Elle le regardait la traiter comme une princesse et pensait, «  Il en fait trop, il en fait vraiment trop. » C’était bien la première fois qu’elle rechignait devant de la tendresse physique ou verbale. Mais au fond, elle sentait bien que ça sonnait un peu faux. « You’re spoiling me » elle souffla d’un ton un peu suspect, avant de finir par prendre ses distances pour faire ce qu’il lui demandait. De tout façon, elle connaissait bien la manière dont fonctionnait les Zabini, si elle lui demandait la vérité, il trouverait juste un autre moyen de l’embobiner ou de la rassurer. Si elle voulait savoir, elle devait soit attendre qu’il lui dise par lui même, ou alors trouver par elle même. Rien ne servait de l’affoler maintenant.

Elle serait sans doute allée jusqu’au jardin s’il n’avait pas cherché à se justifier. Elle se retourna et roula des yeux « Come on… you know i don’t care about any of that… and i’m old enough to take care of myself. » elle soupira un peu triste. Elle n’aimait pas qu’il trouve ce genre d’excuse. C’était injuste pour elle, et surement injuste pour lui. « You know i don’t like being with aunt and uncle. » elle soupira encore plus fort, boudant clairement « They don’t get me like you do… » et personne ne pouvait le faire. Il était la seule personne avec laquelle elle était totalement elle même, et ça depuis bien longtemps. Et puis elle n’avait jamais aimé être avec son oncle et sa tante. Ils essayaient trop. Et c’était fatiguant, parce qu’elle avait pas envie d’essayer avec eux. Elle ne voulait pas qu’ils soient ses parents. Elle ne voulait pas remplacer ceux qu’elle avait… Même si elle ne devait plus jamais les revoir. Peut être qu’elle était un peu absurde, peut être que ce qu’elle faisait était ridicule. Mais elle y tenait, et elle avait l’impression qu’elle leur devait bien ça.

Elle ricana un peu, lorsqu’il fit des pieds et des mains pour la faire se sentir bienvenue « always welcome » elle répéta après lui, roulant doucement des yeux pour montrer qu’il en faisait trop, pour une fois. « right » elle soupira doucement, enfonçant ses mains dans ses poches. Oh elle avait tout d’une adolescente un peu trop intelligente qui était en pleine crise, elle n’allait même pas essayer de le cacher, elle bouillonnait toujours à l’intérieur, elle avait constamment envie d’exploser. Elle tourna les talons, faisant une mine déçue, et se dirigea jusqu’au jardin. Elle s’assit sur le premier siège venu et se laissa glissé dedans, tordant son cou pour regarder le ciel, trouver des formes au nuage. Elle faisait ça en Italie, lorsque ses parents n’étaient pas là… Mais les nuages Italiens avaient de meilleures formes… Simplement parce qu’il y en avait moins. Le temps lui paru long, a essayer de voir quelques pauvres formes dans un ciel trop nuageux. Elle se redressa à peine lorsqu’elle entendit son frère arriver. Elle le regarda attentivement, détaillant tout de sa stature, comme s’il pouvait laisser sur lui même des indices suffisamment claires. Ne trouvant rien, elle finit par baisser la tête, un peu penaude « are you really glad to see me ? » elle souffla doucement. « and don’t lie to me… » elle ajouta doucement, agitant nerveusement ses pieds sur le sol « I know when you do. » Et c’était ça le plus frustrant, savoir, mais rester dans l’ignorance. Parce qu’il lui avait tout appris de l’occlumancie, et que mine de rien, c’était son frère, elle avait appris à le lire… Mais il était trop bon pour qu’elle puisse lire ce qu’il cachait. Elle avait juste appris à déceler, que définitivement, il y avait quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 41
▪ pseudo : tanagra
▪ multinick : Jamesie, Xander, Teddy & Nils ->
▪ célébrité : Daveed Diggs
▪ points : 0
▪ statut : sang-mêlé
▪ âge : 33 y.o.
▪ maison : serpentard
▪ emploi : Membre du Wizengamot, taupe au Ministère de la Magie pour les Mangemorts, féroce ambitieux
▪ orientation : Hétérosexuel. Esthète.
▪ situation : Célibataire
▪ crédits : juliaaaasme

▪ duels :
8 / 108 / 10
▪ potions :
5 / 105 / 10
▪ métamorphose :
4 / 104 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
10 / 1010 / 10
▪ quidditch :
3 / 103 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Uther Zabini

10/0/3

Ven 30 Sep - 14:26

Parfois, passer d’une peau à l’autre s’avérait curieusement difficile - un instant il était l’impeccable membre du Wizengamot, un instant il était ferme mangemort, sang-pur jusqu’au bout des ongles, et puis parfois il se retrouvait dans une situation où il pouvait - devait - être lui-même… Et c’était cette transition la plus difficile. Mensonge. Mensonge. Vérité. C’aurait dû être facile, une évidence - mais c’était aussi une rupture de rythme et de concentration. Il s’en voulait, souvent. Il aurait voulu que le frère de Agnees existe toujours. Quelqu’un qu’elle puisse admirer, toujours à sa disposition. Mais il n’était là qu’un tiers du temps… Peut-être moins encore. C’en était presque triste.
Alors par moments il en faisait trop - à d’autres il en faisait cruellement trop peu. Il murmura un « I just missed you », et il y avait un semblant de douleur qui traînait sur son visage - l’impression tenace d’être en décalage. Au plus les années passaient, au plus la distance se creusait. Il le sentait, distinctement, à cet instant. Ca faisait comme un creux dans son ventre, une douleur tenace, là, juste sous la poitrine. Un semblant de rire, peut-être un petit peu trop amer sur les bords - « And that’s my job, as a brother - to spoil you. » C’était fou, comme il pouvait le dire et le croire… et en même temps être foncièrement incapable de lui donner la seule chose qu’elle voulait réellement. Vivre avec lui. Il savait qu’il lui avait brisé le coeur. Il savait aussi qu’au moins elle était en sécurité. C’était le plus important dans cette histoire: faire en sorte de ne pas l’exposer au danger, mais aussi de l’empêcher de rejoindre les rangs du seigneur des ténèbres. Elle n’était pas comme lui. Elle était tellement différente de lui. Elle ne méritait pas cela. L’endoctrinement. La peur.
« You’re safer there. » à peine un murmure « These are dangerous times… Mom and Dad are here for you. I’m always busy… I’m always at work… Always at the ministry of magic… And I know they try to get you… They like you… ». A nouveau, il se rapprocha d’elle, posa un baiser sur son front, poussa un soupir. Il aurait aimé qu’elle comprenne - il savait aussi qu’il ne lui avait jamais donné les clés nécessaires pour comprendre.
Il y avait des instants où il était pris d’un terrible doute. Il n’avait pas gardé grand souvenir de ses jours en Italie, il était parti si tôt - mais il se souvenait, au moins, de l’impression de misère, de la solitude, de la faim, par instants, parfois. Aucune image mais ces impressions physiques qui s’étaient, au fil du temps, conjuguées aux récits et aux descriptions de ses parents adoptifs - et peut-être que ces dernières avaient fini par accentuer tout le reste, avaient fini par créer de toute pièce des mémoire pires encore que celles qu’il aurait pu garder naturellement. Et si elle avait été heureuse, elle? Plus heureuse que lui? Est-ce qu’il avait eu raison? Il savait, aussi, qu’il n’aurait pas supporté de l’avoir loin d’elle. C’était égoïste, sûrement. L’une de ses principales caractéristiques avait toujours été la farouche ambition, la volonté de se venger de la vie - mais une autre avait toujours été l’attachement excessif à sa famille. Mieux encore, la volonté d’en avoir une à lui seul. « You are always welcome » qu’il souffla tout bas, il aurait pu le répéter encore et encore. Les douleurs étaient toujours là, à l’arrière de son crâne, dans son ventre - tenaces et entêtantes.
Quand elle partit enfin, il se saisit à nouveau de sa baguette pour esquisser quelques gestes. Lentement mais sûrement, il apposa tous les sortilèges de protection nécessaires à la maison - en particulier ceux qui interdisaient le transplanage. Régulièrement, il jetait des regards dans sa direction, s’assurait qu’elle ne le regardait pas - et puis il déposa à nouveau sa baguette sur le comptoir. Une bouteille de bonne butterbeer, deux verres, il passa la porte pour la rejoindre, s’assit à ses côtés. Un léger rire. « I’m not lying to you. », qu’il souffla. Sauf si les white lies comptaient… ils comptaient probablement. Techniquement, pourtant, il était en phase avec sa conscience. Un sourire, qu’il voulait aussi tendre et sincère que possible: « I am happy to see you. What do you think? That I hate you? » un léger rire - il ouvrit la bouteille, versa deux généreux verres et lui tendit l’un d’entre eux: « I’m just stressed out because of work. It’s fine. » Quel travail? La question la plus importante, probablement. Certes, son poste au wizengamot lui prenait du temps… d’autant plus qu’il faisait partie des membres réguliers, ceux qui ne se permettaient pas de rater une séance sur deux, voire plus… mais son poste dans les rangs des mangemorts était sûrement plus exigeant encore. Petit à petit, il avait commencé à oublier depuis combien de temps il maintenait un Impero sur Tobias Sherwood. Une certitude: trop longtemps pour son propre corps. « You want to spend the night here? I could send and owl to mom and dad. » Maintenant que les sortilèges de protection étaient en place, il n’y avait plus réellement de raison de s’en empêcher… n’est-ce pas? Tout allait bien - ils étaient en sécurité. Elle était en sécurité. Et peut-être que, après cela, elle comprendrait qu’elle l’aimait toujours. Peut-être. Il l’espérait, en tous cas.


the sinners & the saints
When you got skin in the game, you stay in the game - but you don’t get a win unless you play in the game | the room where it happens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 47
▪ pseudo : twisted sunshine
▪ multinick : BL.AF.RB.SB.
▪ célébrité : Amandla Stenberg
▪ points : 0
▪ statut : sang pur
▪ âge : 16 ans
▪ maison : serdaigle
▪ année : sixième année
▪ orientation : pas vraiment intéressée
▪ situation : célibataire
▪ crédits : Tanagra <3

▪ duels :
3 / 103 / 10
▪ potions :
5 / 105 / 10
▪ métamorphose :
8 / 108 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
7 / 107 / 10
▪ quidditch :
9 / 109 / 10
▪ divination :
1 / 101 / 10
  
    avataravatar
Agnees Zabini

0/0/3

Jeu 6 Oct - 10:53

Parfois, Agnees devait l'avouer, elle ne suivait pas le raisonnement de son frère. Peut être qu'elle ne le connaissait plus si bien que ça. Sans doute qu'elle ne savait plus tout de lui. Au fond, elle n'était pas sur d'avoir un jour tout si de lui. Après tout, il était déjà vieux lorsqu'elle était arrivée avec eux... Elle ne savait pas grand chose de son histoire. Elle ne savait pas combien de temps il avait été en Italie, elle ne savait pas quand est-ce qu'il avait été pris à ses parents. Elle ne savait pas non plus comment il s'était acclimaté a l'Angleterre. Oh, elle le voyait bien. Et puis elle avait eu le droit à des histoires sur Poudlard. Mais au fond, elle ne savait pas grand chose d'Uther. Peut être que c'était normal, peut être que ça faisait parti du personnage. Plus elle fouillait sa mémoire, plus elle se rendait compte que c'était quelque chose de récurant. Elle ne se souvenait plus de grand chose à propos de ses parents. Mais elle se souvenait des vagues d'absence inexpliqué. Elle se souvenait des ordres, toujours gentils mais qu'elle avait toujours respecter sans réfléchir. Elle se rendait compte qu'elle avait été une gamine qui ne posait pas assez de question. Elle avait sans doute un sens du devoir un peu trop aigu. Du moment qu'elle appréciait et respectait les gens, elle disait oui avant d'en savoir la cause. Ce n'était pas très Serdaigle de sa part. Sans doute était-ce pour ça - ou alors c'était seulement les affres de l'adolescence - qu'elle se mettait enfin à tout remettre en cause. Et maintenant qu'elle observait plus ce qu'elle avait sous les yeux, elle se rendait compte des failles et des manques de logique. Elle pouvait sourire lorsque son frère était trop mielleux pour son propre bien. Mais ça ne l'empêchait pas de scruter avec un peu trop de force tout son langage corporel. Elle ne trouvait rien de particulièrement suspect. Mais elle se disait que si vraiment son frère lui cachait quelque chose elle finirait par le voir. Personne ne pouvait être un aussi bon menteur. Elle avait des yeux d'aigle cette gamine. Elle avait le cerveau aussi acéré que des griffes.


Si le langage corporel d'Uther était aussi normal que possible ce n'était pas le cas de ce qu'il disait. Comment pouvait-il etre aussi doux et mielleux une seconde et l'autre s'il ne mentait pas il lui sortait les pires excuses du monde. Il ne fallut d'ailleurs pas plus d'une seconde à Agnees pour se renfrogner. Elle croisa ses bras contre son torse et souffla "if you don't want me to live here, fine. But at least say it instead of saying all of those dumb stuff." Elle eut un air sévère et vexé. Elle n'était pas complètement stupide "I know you work, and I'm old enough to take care of myself... I'll be seventeen this year..." au cas où il avait oublié ça aussi. "And if it is not for us to be safe that We claim to be pure blood I don't get it" Parce que franchement, on s'en foutait sinon, non ? Quel intérêt avait-il à être sans pire si ce n'est pour être laissé tranquille ? "And they don't ! Not how they like you... and you know it." Elle souffla le regard anormalement froid. Allait-il finir par comprendre que c'était de lui qu'elle avait besoin et pas de ses soit disant parents. "I don't even understand why they come to took me from there." Elle souffla douloureusement avant de s'assoir plus confortablement dans le siège.


Avec Uther, elle avait effectivement l'impression de redevenir une enfant. Lorsqu'elle était avec Uther, elle retrouvait normalement La vague de chaleur et de bonheur qu'elle avait toujours ressentit avec ses parents. Ainsi, elle avait l'impression d'être à nouveau une gamine qui ne pensait qu'à rire, a aimer et sans doute un peu aussi à être aimé. Et à chaque fois qu'Uther l'éloignait de lui, c'était son cœur de gamine qui se brisait. Elle voulait le croire lorsqu'il lui disait qu'elle était toujours la bienvenue... Et pourtant ce n'est pas ce qu'elle avait entendu quelque minutes plus tot. Elle voulait croire tout ce qu'il disait. Elle voulait lui donner le bénéfice du doute, reconnaître qu'il ne mentait pas. Mais alors comment expliquer les incohérences, les bizarreries ? Elle ne savait pas ce que c'était et elle ne voulait sûrement pas proférer des accusations contre son propre frère, mais il y avait définitivement quelque chose.


A La remarque de haine sûrement prononcer sur le ton de la blague elle haussa les épaules faiblement, trempa ses lèvres dans sa bière au beurre et soupira un doux mais douloureux "I honestly don't know". Il ne s'en rendait même pas compte, hein ? Du mal qu'il lui faisait en faisant ce je ne sais quoi qu'il faisait. Elle lui en avait tellement voulu. Parfois elle lui en voulait toujours beaucoup. Lorsqu'elle ne le voyait pas, elle avait même envie de le frapper rien que de penser à lui. Pourtant elle n'était pas une gamine violente. Elle avait envie de fuguer et de filer tout droit en Italie pour essayer de retrouver ses parents. La au moins elle serait bien accueillit.


Elle le regarda avec des grands yeux lorsqu'il lui proposa de passer la nuit ici. Il disait effectivement tout et son contraire d'une seconde a l'autre. C'était absolument incroyable. Oh elle n'avait pas envie de se plaindre. Elle avait bizarrement l'impression d'avoir gagné une bataille. Elle n'avait plus tout à fait l'impression d'obtenir un oui à toutes les requêtes qu'elle faisait à son frère. Elle le regarda ainsi hébétée une seconde et hocha la tête en buvant souffla tout de même ironiquement " I thought I was safer there" quoi ? On ne se refaisait pas tout à fait et Agnees ne pouvait pas se débarrasser de ses réflexes d'adolescente. Elle savait que techniquement elle devait être une adulte - suivant le code de sorcellerie- l'année prochaine, mais elle ne se sentait pas tout à fait prête. "I want to spend more time with you, you know." C'était la seule chose qu'elle désirait vraiment au fond.




we can be heroes just for one day
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 41
▪ pseudo : tanagra
▪ multinick : Jamesie, Xander, Teddy & Nils ->
▪ célébrité : Daveed Diggs
▪ points : 0
▪ statut : sang-mêlé
▪ âge : 33 y.o.
▪ maison : serpentard
▪ emploi : Membre du Wizengamot, taupe au Ministère de la Magie pour les Mangemorts, féroce ambitieux
▪ orientation : Hétérosexuel. Esthète.
▪ situation : Célibataire
▪ crédits : juliaaaasme

▪ duels :
8 / 108 / 10
▪ potions :
5 / 105 / 10
▪ métamorphose :
4 / 104 / 10
▪ legilimancie :
0 / 100 / 10
▪ occlumancie :
10 / 1010 / 10
▪ quidditch :
3 / 103 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Uther Zabini

10/0/3

Mer 19 Oct - 10:43

Elle lui ressemblait trop. Sa petite soeur lui ressemblait beaucoup trop. Au-delà de cela, le drame résidait aussi dans le fait qu’elle était plus brillante que lui encore - leurs légères différences se tenaient toutes entières dans cela, dans le fait que leurs intelligences avaient leurs nuances, et que celle de Agnees était plus acerbe. A chaque instant, c’était comme si elle savait - comme si elle voyait tout droit au travers de lui. Il savait que c’était impossible, pourtant. Il n’avait pas appris l’occlumancie pour rien - il tenait fermement ses défenses face à des sorciers qui avaient mille fois l’expérience de Agnees, mille fois sa maîtrise quand il s’agissait de magie. Mais elle avait sa curiosité. Elle avait sa lucidité - même si celle de Uther était remarquablement ponctuelle. Elle savait déceler le mensonge, comme par instinct. Oh, elle ne pouvait pas exactement mettre le doigt non plus - merlin merci - mais elle pouvait sentir les failles.
C’était comme un bateau qui prend l’eau, par instants. Il fermait sa maison à tout transplanage pour éviter que des mangemorts ne débarquent et la mettent en danger - et voilà comme une fuite qui apparaissait de nulle part, des questions qui menaçaient de faire chanceler son sourire impeccable et, à terme, de causer sa perte. Leur perte, même. A tous les deux.
Quand il soufflait tout bas « I don’t want you to live here, for all the reasons I gave you », il avait comme un trou dans le coeur. « You’re still a kid to me, Agnees… you’re… » un rire « …basically my kid at that point, you know? » Leurs deux sièges étaient tout proches, et après une infime hésitation il tendit la main vers elle pour toucher doucement son genou, dans un geste de tendresse et d’apaisement. « I want you to be okay. All the time. I want you to be happy and safe, and you read the Daily Prophet, right? You know what kind of thing is happening. » Un soupir. Si elle savait. Si elle savait qu’il avait du sang sur les mains, si elle savait qu’il était capable de prendre totale possession de l’esprit d’un autre homme et de le guider tout droit vers la mort et vers le crime. Si elle savait qu’il était un meurtrier. Sûrement qu’elle ne pourrait plus jamais le regarder en face - et ça, il n’était pas sûr de pouvoir le supporter sans s’écrouler complètement, sans tomber et se laisser pour mort. Il avait réalisé, trop tard, qu’au-delà de sa propre mort il risquait de mourir aux yeux de sa soeur. Il avait réalisé, trop tard, que c’était là sa plus grande faiblesse. « I just want you to be safe. It’s everything I ever cared about. » A ce stade, il en chuchotait presque. Ils étaient rares, les instants auxquels il était si intensément sincère - pas dans sa maîtrise parfaite, non, juste dans la plus claire de toutes les sincérités.
« I don’t hate you. I love you. » qu’il murmurait. Il aurait pu le dire, encore et encore - il aurait aimé avoir la force de le faire et de supporter la douleur dans sa voix. Il aurait aimé que les choses soient aussi simples, aussi. Que les mots puissent suffirent à faire des certitudes dans ce genre là. Les mots ne suffisaient pas, pourtant. « I want you to know that. I always cared. I always will. You mean the world to me, Agnees. » Ah, s’il avait pu se contenter de cela, sûrement que sa vie aurait été plus simple. Sûrement qu’il ne se serait pas enfoncé dans la pénombre comme cela - sûrement qu’il aurait pu vivre heureux, tranquille, modeste mais heureux et tranquille, en sécurité dans toute cette guère. Oui. Les choses auraient été plus simples.
Est-ce qu’il était encore temps de reculer, pourtant? Non. Il avait un long tatouage à l’avant de l’un de ses bras pour le lui rappeler, toujours présent, toujours plus ou moins brûlant, qu’il le soit directement ou seulement par les dérives de son subconscient. He was way past the point of no return. Tout le suspens, à présent, résidait dans combien de temps il saurait prolonger son petit numéro d’équilibriste entre le Ministère de la Magie et les rangs des mangemorts - qui des deux saurait le démasquer en premier, aussi.
Il n’était plus temps de reculer. Juste temps de recoller les morceaux avant qu’il ne soit trop tard, et comme il le pouvait. Il laissa éclater un rire au changement brutal d’expression sur le visage de sa soeur - et tout à coup ce fut comme s’il était un tout, tout jeune homme découvrant une minuscule gamine à nouveau. Il roula des yeux « You’re safer there indeed. I just guess a night won’t hurt. I will be there. » Il secoua lentement la tête en le regardant, l’air de la gronder tendrement sans pour autant prononcer un mot « I know » - un soupir. « I’m doing everything I can. I’m just working for us to have a good life. To do everything I always wanted to do. » Il aurait voulu qu’elle soit capable de comprendre son point de vue. Mais Agnees était une adolescente, encore, même à dix-sept ans - et les adolescents avaient leurs visions bien définies du monde. Différentes des siennes. « I’ll come to see you at Hogsmeade when you’ll go back to school », qu’il souffla « I’ll come right after work in my fancy Wizengamot outfit and we will be all impressive and stuff while drinking butterbeer » Il souriait. Ce n’était plus qu’il avait besoin de la convaincre pour sa sécurité - c’était qu’il voulait la convaincre pour son bonheur. A nouveau, il descendit une gorgée de butterbeer. Il avait cru, le jour où il avait entamé sa lente ascension politique, qu’il n’aurait plus jamais au ventre cette impression de vide. Devant les yeux blessés de sa soeur, devant ses questions et ses pointes de douleur, il réalisait parfois que ce n’était pas le cas. Loin de là. Peut-être même que la distance avec le reste du monde n’avait fait que rendre toutes ces choses pires.


the sinners & the saints
When you got skin in the game, you stay in the game - but you don’t get a win unless you play in the game | the room where it happens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
  
    avatar
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 

Love the way you lie + Zabzab

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥
» Love et Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ϟ FLOO POWDER-