top site
n'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour le forum
Poudlard a besoin d'étudiants!
merci de privilégier les élèves aux adultes à l'inscription
intrigues
inscrivez-vous aux nouvelles intrigues ici & ici !

 :: WIZARDING WORLD :: pré-au-lard :: tête de sanglier

 Laisse béton (Feat Franky Longbottom)

AuteurMessage
profil
▪ messages : 28
▪ pseudo : Scrasch
▪ multinick : Nop
▪ célébrité : Trevis Fimmel
▪ points : 0
▪ statut : sang pur
▪ âge : 31 ans
▪ maison : serpentard
▪ orientation : Hétéro
▪ situation : Fiancé à Elissa Shafiq. Mais considérez le célibataire.
▪ crédits : En cours

▪ duels :
9 / 109 / 10
▪ potions :
4 / 104 / 10
▪ métamorphose :
6 / 106 / 10
▪ legilimancie :
1 / 101 / 10
▪ occlumancie :
7 / 107 / 10
▪ quidditch :
3 / 103 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Wilbur Goyle

0/0/1

Lun 10 Oct - 22:51


J'étais tranquille, j'étais pénard ♪


Accoudé au coin d'une fenêtre, j'observais la masse de parieurs s'échauffer un brin. Je ne me faisais aucune illusion sur le sujet traité, le Quidditch. Un soupire mortel monta du tréfonds de mon estomac, pourquoi autant de remue-ménage pour un sport aussi ridicule ? Je me le demandais en cuvant mon troisième whisky pur-feu. J'étais venu ici pour être tranquille, évitant les étudiants et les sorciers mondains des trois balais, pensant bêtement que la tête de sanglier serait propice au calme. Grave erreur. Ils me vrillent les tympans à parler de ça. Foutu hooligan, retournez tondre les pelouses des terrains plutôt que de piétiner le même plancher que le mien. Un téméraire était même venu s'écraser, quelque temps plutôt, à ma table me demandant si j'avais un pronostic. Il était bien éméché mais encore assez lucide pour comprendre que ma seule prévision était de lui casser le nez, s'il déguerpissait pas très vite de là.  Il bougea.

Ok le bar était réputé pour tenir des paris. Ok, j'y participais même de temps à autre lorsque ça parlait course d'hippo. Mais il faudrait sérieusement un jour que j'me fasse un planning des matchs pour éviter à l'avenir de pourrir mes soirées. Soudain, une alarme s'alluma quelque part dans ma caboche. Un instinct hérité de mon expérience de pilier de comptoir. L’échauffourée avait changé de nature, ça puait la bagarre à trois kilomètres. C'est comme un fil qui se tend ou le silence avant un traquenard. Lentement j'ai pivoté vers la cause. Un jeune blanc-bec s'était débrouillé pour se faire entourer par 6 gars à l'allure mauvaise et franchement pleins. Il argumentait calmement pourquoi son équipe ne pouvait que gagner face à des.... oh le con... des brouteurs d'herbe. Le départ fut lancé d'un signe de tête par le plus costaud. Son pote attrapa le gars par derrière tandis que lui armé son bras pour cogner le foie. J'ai enfilé cul sec mon whisky avant de me lever et balancer mon verre sur la tête d'un gars qui voulait lui aussi se joindre à la fête. Le verre éclata et le plancher trembla lorsque le pauvre gars s'écroula au sol, sonné. Il en restait plus que 5. J'avais instinctivement pris parti pour l'inconscient, et même si avec le recul, j'aurais dû le laisser prendre sa branlée, mes tripes elles n'étaient pas d'accord. Foutu pour foutu, autant continuer. J'ai attrapé la première chaise sur mon chemin tandis que deux autres agresseurs s'étaient détachés du bloc pour me faire face.  

La chaise plia sous l'impact. Deux de moins. Le dernier déséquilibré par son pote lui tombant dessus n'eut même pas le temps de voir mon poing lui caressé la tempe. Stoïque, il encaissa, les yeux troubles. Absolument pas fair-play, j'ai enchaîné avec une gauche dans la mâchoire. J'ai entendu un crac, c'était deux de mes doigts. Putain de merde, la douleur se diffusa dans toute ma main.

"Fait chier" furent mes seules paroles avant que je ne cogne par colère l'homme à terre responsable de ma souffrance. Il fut pris d'un spasme comme un poisson sortit de l'eau.

Bon il en est où le jeune ? Me suis-je demandé à shootant la tête du balourd qui s'était pris une chaise sur la poire. Hors de question que tu te relèves, t'y es t'y restes.

Ai-je signaler que j'étais de très mauvaise humeur depuis ce matin ?         





I don't mind. Let me alone. God, I know what is right !
I hate Scotland, i wanna come back to dragon hunting. Where is the sun and the great heat ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 153
▪ pseudo : khâl
▪ multinick : Luke Rosier
▪ célébrité : Gaspard Ulliel
▪ points : 30
▪ statut : sang pur
▪ âge : 24 ans
▪ maison : gryffondor
▪ emploi : Auror
▪ orientation : Hétérosexuel
▪ situation : Marié à Alice
▪ crédits : mach

▪ duels :
9 / 109 / 10
▪ potions :
2 / 102 / 10
▪ métamorphose :
9 / 109 / 10
▪ legilimancie :
1 / 101 / 10
▪ occlumancie :
5 / 105 / 10
▪ quidditch :
7 / 107 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Frank Longbottom

10/100/21/V

Mar 18 Oct - 22:08

Frank avait toujours adoré le Quidditch… Bon, certes, il aimait beaucoup de choses, mais le Quidditch restait l’une de ses activités favorites. Il ne pariait pas vraiment, d’habitude, il fallait dire qu’il n’avait jamais vraiment eu besoin d’argent non plus mais, cette fois, l’occasion était bien trop belle. Les Flèches d’Appleby ne pouvaient pas perdre contre Flaquemare… C’était littéralement impossible et il n’était pas le seul à le dire. Alors, une fois n’était pas coutume, il s’était rendu à la Tête de Sanglier, pour siroter un verre et poser quelques gallions sur des tables de paris, tout sauf légales, certes, mais il n’était pas de service aujourd’hui. De toute façon, ce n’était pas son boulot, ça… Malgré la côte désastreuse, Flaquemare avait toujours ses adeptes et ses fervents supporters et, passé un moment, pris de pitié et ayant sans doute trop abusé du whisky, le Longbottom voulut leur ouvrir les yeux sur la dure réalité, à savoir la nullité absolue de leur équipe. Qu’il soit six à l’encercler ne lui apparaissait pas encore clairement et, au final, ça n’aurait sans doute pas changé grand-chose, quand on connaissait l’énergumène qu’était Frank. Et puis, il ne pensait pas à mal, il voulait vraiment leur rendre service et leur épargner déconvenue et faux espoirs ! Il n’a pas tellement le temps de réagir qu’il réalise que le plus costaud se fend d’un signe de tête à quelqu’un dans son dos… Il tourne la tête, pas assez rapidement pour empêcher l’inévitable et ne pas se retrouver ceinturé par le type derrière lui tandis que celui qui lui fait face lui décoche un violent coup de poing dans l’estomac. Il laisse échapper un « ouf » de douleur, comme il cherche à se dégager, mais l’autre tient bon. L’un des types s’écroule tout à coup, sans qu’il y soit pour rien et, surpris, il cesse un instant de se débattre, réalisant qu’un homme sûrement tout aussi inconscient que lui avait pris son parti, pour d’obscures raisons. Sûrement un supporter des Flèches, réflexion faite… Un air presque admiratif sur le visage, il le regarde effectuer son balai aérien et empli de violence, comme il enchaîne ses agresseurs les uns après les autres, finissant par les envoyer au tapis. Au bout du compte, finalement, celui qui le maintient fermement décide qu’il est bien plus prudent de le relâcher et de fuir sans demander son reste. Il se fend même d’un « désolé, monsieur » qui laisse le sang pur un brin goguenard. Fort heureusement, il n’avait jamais été vindicatif, pas plus qu’il n’avait jamais été un grand adepte de la violence gratuite. Le rattraper pour lui donner une leçon ? Très peu pour lui, il gardait son énergie pour les vrais ennemis… Il réalise d’ailleurs que son sauveur ne semble pas capable de faire preuve de la même retenue que lui comme il achève un homme déjà à terre. L’ancien Gryffondor grimace, retenant le poing qui s’apprête à frapper à nouveau. « Je pense qu’il a compris… » commence-t-il mais, dans son regard et dans sa voix, ça sonne plus comme un ordre que comme un conseil. Sauveur ou pas, il ne fallait pas laisser les choses dégénérer plus avant. Alice ne serait sans doute pas de son avis et estimerait qu’il l’avait tous bien cherché mais Frank, lui, était bien plus doux, bien plus chevaleresque pour laisser parler ainsi ses plus bas instincts. Progressivement, dans le silence le plus total, hormis quelques gémissements de douleur, les cinq hommes se relèvent et quittent la taverne sans demander leur reste, un regard craintif en direction de l’inconnu. Quand les choses daignent enfin avoir repris leur cours normal, Frank s’autorise lui aussi à lâcher le poignet de l’inconnu, se fendant d’un sourire reconnaissant. « Joli combat… Et sans avoir sorti de baguette… Je suis admiratif… » commence-t-il avant de lui tendre la main. « Frank Longbottom. » se présente-t-il. Si le visage de l’autre ne lui semble pas totalement inconnu, il est bien incapable d’y mettre un nom, malgré tout. « Merci. Mais j’aurais pu le faire tout seul, vous savez ? » Un nouveau sourire presque enfantin. Bien sûr que non, mais ils le savaient tous deux.




Still I'll rise.
Did you want to see me broken ? Bowed head and lowered eyes ? Shoulders falling down like teardrops, weakened by my soulful cries ? You may trod me in the very dirt but still, like dust, I'll rise. ALASKA + tumblr + Maya Angelou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 28
▪ pseudo : Scrasch
▪ multinick : Nop
▪ célébrité : Trevis Fimmel
▪ points : 0
▪ statut : sang pur
▪ âge : 31 ans
▪ maison : serpentard
▪ orientation : Hétéro
▪ situation : Fiancé à Elissa Shafiq. Mais considérez le célibataire.
▪ crédits : En cours

▪ duels :
9 / 109 / 10
▪ potions :
4 / 104 / 10
▪ métamorphose :
6 / 106 / 10
▪ legilimancie :
1 / 101 / 10
▪ occlumancie :
7 / 107 / 10
▪ quidditch :
3 / 103 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Wilbur Goyle

0/0/1

Mer 19 Oct - 17:24

La bagarre fut brève, trop.. Les trois autres gars étaient repartis sans demander leurs restes. Mine de rien, cette bagarre, j'en avais eu besoin. La colère m'avait pris ce matin. Hiboux de malheur, je l'aurais bien plumé s'il appartenait pas au service postal. Je suis sûr que c'est pour ça que mon père avait pas envoyé un des siens. Le salaud. En tout cas, j'étais resté sur ma faim. Avec encore un peu d'envie dans les yeux, j'ai armé mon poing pour frapper à nouveau celui qui m'avait fait mal. Une main ferme m'attrapa au vol. C'était l'autre gus. Un hippie, manqué plus que ça. Je l'ai regardé dans les yeux m'ordonnait d'arrêter. Pacifiste de la première heure, tu crois qu'ils se seraient arrêtés eux ? Me suis-je retenu d'exprimer. A la place, j'ai grogné tandis que les autres se relevaient pour décamper. Il tenta ensuite de briser la glace par des compliments. Là encore, je me suis contenté d'hausser les épaules.

"Plein comme ils étaient. Ma grand-mère serait venu à bout de ces idiots avec une canne" ai-je répondu humblement.

Ces mots, je les pensais. En même temps, elle était pas commode mère-grand. Lorsqu'il se présenta en me tenant la main, je me suis contenté de l'observer pendre, 10, 30 secondes ? Un Longbottom. J'vais dans l'un des pires trous à rat du monde magique et je tombe sur un noble sang pur. Décidément c'était une malédiction. J'aurais du naître moldu, j'en avais soupé de ces histoires de sang. Père t'es qu'un salaud !. J'ai fini par lui serrer la pince me présentant à mon tour "Wilbur Goyle". Avant de l'écouter désamorcer encore une fois la situation à coup de plaisanteries. A croire que j'étais une foutue corne d’Éruptif. Dans un bon jour avec sa baguette et moitié moins plein qu'il était : sûrement. Mais bon, j'allais pas le froisser c'était de l'autodérision, enfin je crois.  

"J'imagine" Me suis-je contenté de répondre avant de lui faire un signe pour s’asseoir à ma table.

J'ai levé la main, refoulant une grimace de douleur pour réclamer au barman une bouteille. Deux de mes doigts étaient enflés, tordus et surement déboîtés. J'en avais donc bien besoin. Aucun soucis, l'infirmière m'adorait... Mais pour l'instant, il était temps que je m'asseye alors je me suis traîné, taguant légèrement, vers mon siège avant de m'y écrouler, rompu. Si mes souvenirs étaient exacts et je sais qu'ils l'étaient vus mon acharnement à tenir les registres. Maugrey je t'emmerde. C'était un Auror. La bouteille arriva et j'ai servi deux verres. Je me suis mieux calé dans mon siège avant de demander :

"Alors qu'est-ce qui amène un jeune et prometteur Auror dans ce coin de pays ?"  



I don't mind. Let me alone. God, I know what is right !
I hate Scotland, i wanna come back to dragon hunting. Where is the sun and the great heat ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 153
▪ pseudo : khâl
▪ multinick : Luke Rosier
▪ célébrité : Gaspard Ulliel
▪ points : 30
▪ statut : sang pur
▪ âge : 24 ans
▪ maison : gryffondor
▪ emploi : Auror
▪ orientation : Hétérosexuel
▪ situation : Marié à Alice
▪ crédits : mach

▪ duels :
9 / 109 / 10
▪ potions :
2 / 102 / 10
▪ métamorphose :
9 / 109 / 10
▪ legilimancie :
1 / 101 / 10
▪ occlumancie :
5 / 105 / 10
▪ quidditch :
7 / 107 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Frank Longbottom

10/100/21/V

Mer 9 Nov - 17:52

Lui qui, comme à son habitude, avait voulu se montrer sympathique en lui faisant un compliment sur ses aptitudes de combattant, se retrouve vite rabroué par un homme visiblement frustré d’avoir été freiné en si bon chemin. Malgré tout, Frank ne regrettait pas son geste. Il était, dans ce qu’on appelle les cercles communs, un genre de héros parfait, parfois affreusement lisse, si l’on occultait son affolante manie de se jeter tête première dans la mêlée au dépit de sa propre vie. Massacrer un homme à terre par pur instinct de vengeance, ça n’était tout bonnement pas dans son tempérament. Et tant pis si cela ne plaisait pas à son sauveur, le Longbottom était un homme intègre, c’était là tout son charme et tous ses défauts. « Plein comme ils étaient. Ma grand-mère serait venue à bout de ces idiots avec une canne » répond l’autre avec une modestie sans doute feinte mais à laquelle le jeune Auror ne peut s’empêcher de sourire, lui tendant la main, espérant une poignée franche. L’autre la regarde avec circonspection pendant un temps qui ne dure pas si longtemps mais qui lui parait indéfiniment long et l’ancien Gryffondor cille, se demandant ce qu’il avait bien pu faire de mal. Il se détend légèrement quand son compagnon finit par la lui serrer, se présentant à son tour. « Wilbur Goyle » Il hausse un sourcil un brin surpris. Un Goyle ? Il en avait les traits, certes, mais pas vraiment le comportement atypique alors il ne peut s’empêcher de le regarder par en-dessous, un brin curieux. Il se laisse glisser sur la chaise qui lui fait face quand Wilbur lui fait signe de s’asseoir, levant sa main en sale état pour commander à boire auprès du barman, lequel, à en croire son air revêche, aurait largement préféré les voir s’en aller. Il l’observe, l’air de rien, intrigué, il ne peut le nier, avant de reporter son attention sur le serveur qui leur apporte une bouteille puis sur la main tremblante qui leur verse deux verres. Les doigts de Frank se referment sur le sien mais il ne le porte pas à ses lèvres ; il avait une tendance affolante à enchaîner les conneries quand il avait un peu bu alors il préférait ne pas se laisser tenter. De plus en plus sage, avec l’âge… « Alors qu'est-ce qui amène un jeune et prometteur Auror dans ce coin de pays ? » Il a un air légèrement étonné en constatant qu’il le connait. Si lui avait une vague notion des sangs purs et de la rigueur de leur registre, il aurait été bien en peine de mettre un visage sur chaque nom et encore moins un métier. Il penche légèrement la tête, se demandant ce qui lui vaut cette soudaine notoriété. « Ne dites pas ça trop fort, sait-on jamais… » Les Aurors n’étaient pas populaires dans certains endroits et il craignait fort qu’un bar miteux du genre soit le parfait bouge de repères à mangemorts. Goyle lui-même avait d’ailleurs un nom prédestiné mais, comme toujours, Frank était partisan de la présomption d’innocence, au grand dam de la plupart de ses camarades de l’Ordre du Phénix. « Malgré tout, rien de particulier, Wilbur, juste un sorcier féru de Quidditch qui a choisi le mauvais bar… » Il se laisse finalement aller à boire une gorgée de son verre, grimaçant sous le goût âcre du liquide avant de reporter son attention sur l’homme qui lui fait face, le fixant avec insistance comme s’il espérait lire en lui. « Et vous-même ? Vous n’aimez vraisemblablement pas le Quidditch… » Oh oui, en bon observateur, il l’avait vu ne pas se mêler au débat, ne même pas suivre l’avancée du match. « Votre main, vous devriez la soigner… Est-ce que vous voulez que je... ? » Il avait toujours été plutôt bon en sortilèges, après tout…


Still I'll rise.
Did you want to see me broken ? Bowed head and lowered eyes ? Shoulders falling down like teardrops, weakened by my soulful cries ? You may trod me in the very dirt but still, like dust, I'll rise. ALASKA + tumblr + Maya Angelou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
▪ messages : 28
▪ pseudo : Scrasch
▪ multinick : Nop
▪ célébrité : Trevis Fimmel
▪ points : 0
▪ statut : sang pur
▪ âge : 31 ans
▪ maison : serpentard
▪ orientation : Hétéro
▪ situation : Fiancé à Elissa Shafiq. Mais considérez le célibataire.
▪ crédits : En cours

▪ duels :
9 / 109 / 10
▪ potions :
4 / 104 / 10
▪ métamorphose :
6 / 106 / 10
▪ legilimancie :
1 / 101 / 10
▪ occlumancie :
7 / 107 / 10
▪ quidditch :
3 / 103 / 10
▪ divination :
0 / 100 / 10
  
    avataravatar
Wilbur Goyle

0/0/1

Ven 30 Déc - 19:17

J'ai beau avoir abandonné l'idée de devenir Auror, je tiens méticuleusement les registres des Aurors. Un hobbies comme un autre qui me permet parfois de laisser éclater ma rage face à l'injustice dont j'ai été victime. Malheureusement, on ne peut pas dire que les aurors soient recrutés pour incompétences ces temps-ci. A dire vrai, alors que le Ministère en aurait terriblement besoin au vu des troubles à venir, je m'étonne qu'on donne pas un badge à chaque clampin de la brigade qui fait un éclat d'héroïsme. D'ailleurs, la nomination de ce Longbottom est plus que mérite à ce que j'ai entendu dire. Un vrai chevalier des temps moderne. Arthur serait fier. Toutefois, le trouble qui s'opère en lui lorsque je m'annonce ne m'échappe et ne m'étonne guère. De toute façon dès que tu fais un pas dans ce foutu pays, les noms du sang prime sur tout le reste. Baaah, laissons venir, j'ai pas l'impression que c'était du dégoût mais de la surprise. Chevaleresque comme il est, je suis sûr qu'il va me laisser ma chance. Il a intérêt.

Je ne décroche ni mots ni yeux de l'Auror jusqu'à l'arrivée du Barman. Je vois bien qu'il est hésitant. Il n'a pas bien l'air de savoir pas quel bout me prendre. Je suis pourtant pas méchant, je lui ai même sauvé sa jolie petite bouilles, très jolie. Le serveur brise le charme et dépose deux verres de part et d'autres de la table. Sans me faire prier, je décoche ma choppe et la gobe presque cul sec. Ca fait toujours du bien par où ça passe. Rassassier. Je décide finalement de briser la glace. Encore une fois, il est surpris. Ouais, c'est vrai que ça parait louche de connaître chaque Auror de Grande-Bretagne. C'est un coup à passer pour un gars qui a des choses à cacher. Faudrait que je fasse plus attention à l'avenir. Déja que j'ai pas besoin de ça pour m'en prendre plein le pif. M'enfin. Il sourit et blague sur la discrétion. Mais dans quel monde vit-on pour devoir cacher une fonction d'autorité à certains endroits ? Je ne trouve pas cela très drôle. D'ailleurs, je ne souris même pas. Ce genre de blagues permettent de cacher des vérités troublantes qui m'écoeurent totalement. J'ignore aussi royalement le Barman et son regard de tueur. Il a l'habitude d'envoyer des factures à Poudlard à mon nom depuis quelque temps, alors qu'il arrête de se plaindre.

"C'est tout le problème" Finis-je par énoncer sans rien ajouter de plus. Qu'il comprenne ce qui lui chante. C'est pas dans ma nature de discourir.

"Hmm... Non, je n'aime pas ça. Disons que j'ai toujours préféré voler avec des animaux de chairs et de sang" J'enchaine, finis le cul du verre et me sers une nouvelle tournée sans proposer à mon compagnon qui a à peine entamer le sien. C'est qu'il va me vexer. "Je fuis les responsabilités" C'était une blague. "Disons qu'on est vendredi et que le vendredi soir, alors que j'ai eu une mauvaise journée, je n'ai absolument aucune envie de tomber sur mes élèves de 6-7ème aux trois balais". Lorsqu'il me propose de me soigner avec ma main. Malgré moi, je grimace et hurle un Non un peu trop soudain. "Pardon, mais disons que j'ai eu une mauvaise expérience avec soigneur auto-proclamé. Et puis ça me retirait la joie de rendre visite à la jolie infirmière de Poudlard"

J'avais beau savoir que les Aurors avaient reçu une formation de premier soin. Je n'étais pas vraiment décidé à le laisser utiliser un sort sur moi. Les vieilles habitudes ont la vie dure. Après tout celui qui m'avait fait pousser un sixième doigt avait aussi reçu une formation, parait-il.



I don't mind. Let me alone. God, I know what is right !
I hate Scotland, i wanna come back to dragon hunting. Where is the sun and the great heat ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
profil
  
    avatar
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 

Laisse béton (Feat Franky Longbottom)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Laisse moi t'aider - Feat Ariel
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» Laisse la force te guider [libre]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ne la laisse pas tomber, elle est si fragile.. | Asher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ϟ FLOO POWDER-